Lettre pastorale de Mgr d’Ornellas : « Afin que vous débordiez d’espérance »

Download PDF

Mgr Pierre d’Ornellas propose une méditation suivie de sa Lettre pastorale « Afin que vous débordiez d’espérance » dans une série d’émissions à écouter tous les weekends sur RCF Alpha. Tous les samedis à 17h et dimanches à 9h.

« la lettre d’un pasteur pour le troupeau de Dieu qui est en Ille-et-Vilaine. Cette lettre pastorale est le fruit d’une écoute attentive de tous ceux qui ont fait des propositions. ».

Cette lettre donne « des orientations, que chacun pourra recevoir pour essayer de les vivre comme il peut, là où il en est, et les faire vivre à d’autres. »

Cette méditation commence par le premier des 7 thèmes de cette lettre, qui concerne l’émerveillement : « Savoir dire merci ».

« Il est rare que nous sachions nous dire merci les uns aux autres ! » « C’est plus qu’une règle de politesse… c’est l’expression spontanée quand nous recevons. » « Oui, nous recevons beaucoup des autres… si nous savons voir, discerner ce que nous recevons. »

Je vous invite à être des personnes d’action de grâce, des personnes du merci

« Si nous ouvrons les yeux de telle sorte que nous regardions les autres, le monde, la Création… notre vie ! Alors nous découvrirons qu’il y a de multiples raisons pour lesquelles nous pouvons dire merci. (…) Il est tellement fondamental d’ouvrir les yeux, les oreilles pour reconnaître tous ces signes de bonté, de fraternité et de beauté. »

« Nous avons reçu la vie comme un cadeau. Et nous avons aussi ces frères et ces sœurs qui se font proches de nous. Merci à Dieu pour la vie qu’il nous a donné ! Et nous pouvons aussi dire merci à Dieu pour le don de la foi. »

« Essayons de sortir de nos habitudes, nos routines, pour essayer de décrypter : qu’est-ce que nous avons reçu, auquel nous nous sommes habitués si terriblement que nous ne percevons plus que nous l’avons reçu ? » « Si nous disons merci, s’infiltre en nous une joie très profonde. »

« Nous pouvons prendre conscience que nous avons un merci à dire à Dieu. » « Dans l’évangile de Saint-Marc il y a cette belle question que Jésus pose : « Qui suis-je, pour vous ? » Nous sommes invités à répondre personnellement, selon ce qui monte de notre conscience et de notre cœur. Nous répondons comme l’apôtre Thomas : Tu es mon Dieu, mon Seigneur, mon maître. Comme Pierre : Tu es mon ami, je t’aime. Ou comme Philippe et Nathanaël : Tu es notre chemin, notre vérité, notre vie, notre lumière… Dans cette réponse que nous formulons au Seigneur, nous découvrons à quel point nous recevons de lui. Et nous pouvons le remercier ! »

A partir du chapitre 9 de l’évangile de saint Luc, Mgr d’Ornellas pointe

« ces murs qui sont dressés entre différentes communautés, ethnies… cette rivalité qui s’instaure entre des groupes humains parce que nous pensons qu’il n’y a que nous qui sommes capables de faire du bien, il n’y a que nous qui sommes capables de parler de Celui qui nous fait vivre. » Et Jésus dit : « laissez les faire ». « Dans la Lettre pastorale, j’ai donné cette 2e orientation des ‘visitations’. Non pas des visites ! Dans une visitation, chacun reçoit quelque chose de l’autre. Afin de découvrir la richesse de l’autre. » « Nous rentrons dans ce que le pape François appelle ‘la culture de la rencontre’. »

« Il faut dépasser nos peurs instinctives de la différence, d’être jugé, de ne pas savoir faire comme les autres. Au delà de nos peurs, il y a un manque de simplicité. » « Enrichissons-nous par des visitations où nous allons nous écouter les uns les autres alors que nous avons des façons différentes de vivre. » « Ainsi nous pourrons discerner chez les autres l’œuvre de Dieu. » « Nous devenons de plus en plus une société des villes. Comment alors admirer la Création ? » « Nous sommes quelque part dans une alliance avec la Création et il est beau de savoir s’en émerveiller. » « Nous prenons parfois la Création pour une vaste poubelle ! Je voudrais bien que les adultes soient comme des enfants, pour que nous soyons capables de comprendre que la Création est un don et que nous puissions la protéger. »

« Admirer et protéger la Création nous amène à une conséquence immédiate : une vie sobre. Nous ne nous en rendons plus compte car dans nos supermarchés il y a une telle variété. » « Nous n’exploitons pas la planète en la dominant, nous la cultivons en la respectant. » L’Archevêque de Rennes en déduit : « Admirer la planète, c’est immédiatement entrer dans une vie de sobriété et dans un souci de protection. » « Chaque créature est reliée aux autres créatures. Il faut entendre un message qui se conjugue aux autres messages des autres créatures. »