La plus grande discrimination dont souffrent les pauvres est le manque d’attention spirituelle

Download PDF

Message de Mgr Ulrich, archevêque de Lille :

La fête de Noël paraît un événement  quasi universel. Il  existe bien des nations où elle n’est pas fêtée publiquement – et les calendriers des religions sont établis sur leurs propres fêtes, évidemment –, mais globalement, le monde entier retient son souffle autour du 25 décembre, et même les guerres semblent gênées de continuer à cette époque…

J’aime penser que c’est une marque d’intérêt pour la Bonne Nouvelle de Dieu qui devient un homme au milieu des hommes ; même si, pour autant, le monde entier ne devient pas adepte de l’évangile de la paix !

Le grand poète Charles Péguy, tué au front au tout début de la guerre de 1914, disait : «La foi, dit Dieu, cela ne m’étonne pas…» Et il expliquait : la beauté de la création crée une telle émotion qu’elle engendre  le  désir  de  rendre  grâce  à  quelqu’un pour cela. Le monde n’est pas né par hasard, mais il vient d’un amour qui l’appelle et le maintient en vie. Parfois, les douleurs de l’existence font douter de cet amour ; mais c’est encore le signe d’une profonde aspiration du cœur de l’homme. La philosophe athée Julia Kristeva parle d’un «incroyable besoin de croire» qu’aucun esprit libre ne peut ignorer. «Toute personne est capable de Dieu»

Oui, Dieu rejoint chaque homme, tout homme  est  sauvé  par  le  Christ  qui  donne sa vie : cette relation du Père et du Fils avec tous les hommes se fait par des moyens que Dieu seul connaît. Nous disons que «toute personne est capable de Dieu», tous, même les plus petits, les plus humbles : «Ce que tu as caché aux sages et aux savants, tu l’as révélé aux plus petits» évangile selon saint Luc 10, 21). Ce qui ne signifie pas que les savants sont exclus, mais qu’ils l’apprendront par les plus humbles !

Nous avons beaucoup à apprendre de la prière et de la recherche spirituelle des pauvres, des malades, des personnes en situation de handicap, des migrants, ainsi que le dit le pape François : «Je veux dire avec douleur que la plus grande discrimination dont souffrent les pauvres est le manque d’attention spirituelle» (Evangelii Gaudium, n°200). Joyeux Noël !