Mgr Crépy en gilet jaune ?

Download PDF

L’évêque du Puy Mgr Luc Crépy a reçu la presse afin de présenter les orientations diocésaines pour 2019, tout en dressant un bref bilan de l’année écoulée.

  • arrivée de deux nouveaux diacres permanents (ce qui porte le total à 14),
  • 110 prêtres incardinés dans le diocèse, pour une moyenne d’âge de 71 ans.
  • le montant du denier est en baisse de 4,60% par rapport à l’exercice précédent.
  • le nombre de donateurs est en baisse de 3,6% par rapport à l’exercice précédent.
  • L’année 2018 a été marquée par la journée diocésaine de prévention contre la pédophilie le 3 octobre, avec environ 250 personnes présentes.

Pour 2019 :

  • projet de création d’un musée diocésain en proximité de la cathédrale, à côté du Camino. L’idée serait d’évoquer la vie chrétienne en Haute-Loire, mais aussi la tradition hébraïque à travers l’Ancien Testament.
  • Le dialogue interreligieux est au coeur des préoccupations des communautés. La mosquée du Puy avait proposé une visite guidée à des résidents de l’EHPAD des Chalmettes en mai… Un pique-nique rassemblant communautés chrétiennes et musulmanes avait rassemblé plus de 100 personnes en juin au col de Peyra Taillade.
  • Mgr Jean-Marc Aveline, évêque auxiliaire de Marseille et Président du Conseil pour les relations interreligieuses et les nouveaux courants religieux, donnera une conférence à la Providence le mercredi 6 février 2019. Mgr Jean-Marc Aveline interviendra en compagnie de l’imam du Puy et du pasteur.
  • Les paroisses ont été invités par les évêques en décembre à réfléchir en répondant à un certain nombre de questions comme les enjeux de la crise, les moyens mis en oeuvre pour en sortir, etc.
  • Gilets jaunes : “ce mouvement, par le dialogue qu’il instaure, est une chance […], il y a un bel espoir dans notre pays de voir tant de gens qui parlent entre eux”

“ce fossé qui existe entre une trentaine de milliardaires et le reste de la population mondiale, c’est quelque chose qui n’est pas normale et qui ne doit pas exister. Il n’est pas possible que l’on ait encore 900 millions de personnes qui souffrent de la faim dans la monde. Il y a là vraiment une question de justice au niveau international, et avec par exemple les Gilets jaunes, on voit ausi une question de justice nationale, et tout ça est très lié.  Je trouve que ce mouvement, par le dialogue qu’il instaure, est une chance. Espérons qu’il y aura des résultats aussi concrets après, mais déjà, dès qu’on discute, qu’on dialogue, qu’on échange qu’on accueille l’autre, c’est déjà quelque chose de très riche. Par rapport à beaucoup de gens qui étaient un peu isolés, qui n’avaient pas la parole, il y a un bel espoir dans notre pays de voir tant de gens qui parlent entre eux”.