Perepiscopus

Face à Mgr Éric de Moulins-Beaufort, Mgr Laurent Ulrich voulait succéder à Mgr Pontier

Commentaires (5)
  1. BMN dit :

    il est vrai qu’en évitant Mgr Ulrich, on passe à côté d’une grande catastrophe ; mais tous les ‘jeunes’ évêques de la génération des nouveaux élus restent des fanatiques inconditionnels de Vatican 2, et n’imaginent pas d’en reconnaître ni les actes confus, ni les applications pastorales gauchies et stériles ;
    le corps épiscopal français reste globalement conformiste (par ex. politique), désorienté (par ex. liturgie), débordé (par ex. formation), peureux (par ex. enseignement moral) et mondain-compatible (par ex. MRJC, CCFD).

  2. GIRIEU dit :

    Rendons grâce pour le nouveau président de la CEF, et prions pour lui et pour tous nos pasteurs.
    Rude mission que de garder le cap, alors que tant d’éléments se déchaînent : la critique, la division, l’orgueil de vouloir avoir raison contre notre Sainte Mère l’Eglise,…
    Ecoutons le Seigneur qui n’a de cesse de nous inviter à garder confiance, à construire la Paix et vivre dans la communion .

    1. Jean Garsaud dit :

      J aime particulièrement ce dernier paragraphe.

  3. Chouan catho dit :

    En juin 2004 j’avais sollicité le curé de l’église Saint Paul-Saint Louis de Paris pour la célébration d’une messe de Requiem en l’honneur de Georges Cadoudal guillotiné place de Grève le 25 juin 1804 avec ses compagnons d’infortune.
    La messe aurait été célébrée le samedi 26 après-midi par l’abbé Christian-Philippe Chanut curé (diocésain) de Milly la Forêt. Ce regretté prêtre disait la messe selon les deux formes du Rit romain et portait indifféremment la soutane ou le strict clergyman.
    L’église en question était celle où Georges avait été brièvement inhumé après le rachat de son squelette par Sol de Grisolles et Joseph Cadoudal auprès de Dominique Larrey en juin 1814 et en attente de la construction d’un tombeau à Auray.
    Cette cérémonie de Requiem (grégorienne donc) fut refusée, à ma grande stupéfaction, par le curé:”Pas de ça ici !). Il venait pourtant de dire la messe !
    Ce curé est maintenant archevêque de Reims où fut sacré Louis XVI:
    Il s’appelle Mgr de Moulins Beaufort !

  4. allegrovivace dit :

    @Chouan catho
    la constatation est faite depuis déjà longtemps que les évêques ont le profil “Jureur”. Ils sont globalement acquis à la révolution et sa vitrine politique la république.
    Je n’avais pas d’illusion sur Mgr de Reims.
    Pour honorer les martyrs de la foi guillotinés, torturés, noyés (à Nantes), etc… fuyons tout esprit de collaboration active avec la centrifugeuse républicaine qui a converti au laïcisme un si grand nombre de catholiques… en distribuant la Légion d’honneur “aux chiens muets” nos évêques. Ce sera un grand service rendu aux générations à venir.
    Mais, la chute libre continuera dans l’Eglise au bénéfice du diable, selon le principe bien connu des vases communicants : plus DIEU recule, plus le diable avance, puisque nos évêques ont si souvent pris le parti de l’ennemi, celui de l’Homme Autonome qui a choisi, voulu et organisé institutionnellement (république) la vie naturelle coupée de la grâce.
    Normal que tout aille donc de mal en pis quand on continue indéfiniment de dénoncer la mal en chérissant sa cause. (Bossuet avait énoncé le concept dont meurt l’Eglise en notre temps).

Laisser un commentaire

Votre courriel ne sera pas visible. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile.

Traduire le site »