Summorum Pontificum

Rappel à Dieu de l’abbé Bruno Le Pivain

Commentaires (3)
  1. Benoit DELTOMBE dit :

    Un prêtre (d’une fratrie de quatre prêtres) nait à la vie éternelle ; deux diacres et un prêtre , reçu académicien pour porter témoignage d’un érudit en art sacré , l’abbé Antoine Ruais , ont été ordonnés le 30 juin dernier :
    https://www.courrierdelouest.fr/actualite/maine-et-loire-deux-diacres-et-un-pretre-seront-ordonnes-a-la-cathedrale-d-angers-28-06-2019-404548
    Ainsi va la vie de l’Église , et la génération JP II n’a pas fini de nous réserver des surprises … Je me souviendrai toujours de son homélie , lors de la messe de mariage de notre fille à la cathédrale Saint Maurice , transcendante d’érudition biblique ( comme toujours ) et de spiritualité sans circonvolutions ampoulées . Requiescat in pace !

  2. Berzingue Atoute dit :

    il était as bien solide ce gars la, il nous faut des curés costaux dans le haut-anjou

  3. Yves-Marie Adeline dit :

    Mon Dieu, quelle tristesse que cette mort! Nous nous sommes assidûment fréquentés quand nous étions étudiants à poitiers, lui en droit, moi en sciences humaines. Il avait spontanément intégré un petit groupe royaliste indépendant que j’avais monté, vers 1982, et qui a vécu à peine le temps que vivent les roses. Jeunesse ! En 1985, alors que j’étais en recherche d’un monde pur et lisse, il m’a fait découvrir au pèlerinage de Chartres ce qu’on appelait la “tradition”, dans laquelle je me suis précipité avec enthousiasme, pour en revenir avec des bosses. Je ne lui en veux pas, d’ailleurs je ne sais pas encore quel bilan précis tirer de cette expérience, vécue quand même durant dix-sept ans. Je n’avais d’ailleurs rien vu venir quand il m’a annoncé qu’il entrait dans les ordres, c’est le secret de Dieu. Et puis la vie a fait comme d’habitude, nous nous sommes perdus de vue pendant longtemps. La dernière fois que je l’ai vu, c’était à Angers il y a maintenant quelques années, il m’a montré les admirables fresques qui venaient d’être découvertes derrière les boiseries du chœur de la cathédrale. Nous avons dîné, déjà je ne l’avais pas trouvé très bien, j’en avais éprouvé un certain malaise. Il m’a demandé de reprendre Kephas, je n’avais pas le temps d’assumer une telle charge, ni sans doute l’envie. Chacun de nous affronte son océan. Prie pour ceux qui ont eu comme moi le privilège de croiser ta route, Bruno.

Laisser un commentaire

Votre courriel ne sera pas visible. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile.

Traduire le site »