Summorum Pontificum

Le blog catholique Aleteia et le Motu Proprio

Commentaires (4)
  1. Pierre Mary de Montamat dit :

    Oui, j’ai l’impression qu’il s’agit ici d’une défense très défensive, en effet, sans vision proprement ecclésiale, mais attachée à son rite inaliénable, par un prêtre sous le choc !

    Pendant ce temps là, que devient l’Eglise ? Est-il suffisant de dire ‘le Saint-Père pense que… et moi je pense que…’ ?

    Même l’interview de Mgr Schneider à The Remnant est incomparablement plus riche !

    Mgr Vigano, au secours !

  2. TD dit :

    M l’Abbé Le Morvan fait preuve de naïveté et d’innocence.
    Si on lit son interview dans son intégralité, il semble abasourdi par la décision du pape Bergoglio. Découvre-t-il seulement aujourd’hui que le sinistre pape actuel est un révolutionnaire qui veut aller jusqu’au bout de la révolution de Vatican II ?
    M l’Abbé Le Morvan essaye aussi de se justifier en disant qu’il accepte Vatican II : “il existe des outrances dans la critique du Concile Vatican II, en revanche elles ne sont pas représentatives des prêtres et fidèles attachés à la messe tridentine.” M l’Abbé Le Morvan n’a donc pas compris que Vatican II est une révolution qui veut instaurer une nouvelle religion mondiale maçonnique ?
    De toutes manières s’il croit que c’est avec des paroles doucereuses d’apaisement qu’il va séduire les ultra progressistes il se fait des illusions.
    On peut donner des gages à la révolution , le révolution en demande toujours plus.

  3. Monseigneur Vigano mérite toute notre reconnaissance pour avoir dénoncé l’attitude téméraire de François dont ls crédibilité s’ébranle chaque jour davantage. Le pontificat de François est la conclusion logique d’une fausse prémisse d’il y a plus de 60 ans lorsque fût élu Jean XXIII dont on était sûr que son pontificat serait de brève durée et qu’il prendrait les dispositions nécessaires pour favoriser l’élection de Montini.

  4. M. Jean-Paul Benoist dit :

    Mes bien chers Amis,

    Faisons donc preuve de calme et de mansuétude. Ne pouvant nous juger nous-mêmes, serait-il équitable de juger autrui?

    Demandons à Dieu la paix que Lui seul peut donner mais, “ad Jesum per Mariam”: le Saint Rosaire à outrance! (Fatima).

    Souvenons-nous du “Commonitorium” de saint Vincent de Lérins et de la Bulle “Quo primum tempore” qui s’impose toujours.

    Très humblement vôtre,

    Le pauvre pécheur que je sais être.

Traduire le site »