En Une

Assassinat du père Olivier Maire à Saint-Laurent sur Sèvre : la CEF communique

cathedrale-nantes-incendie
Article précédent
Application du Motu Proprio
Commentaires (7)
  1. Courivaud dit :

    1) Quelqu’un pourrait-il dire ici si les évêques peuvent faire l’objet d’une enquête canonique pour des faits des cette nature ?

    2) Il serait intéressant par ailleurs d’avoir le point de vue du ministre de l’Intérieur donnant des instructions au Parquet, afin de savoir si l’enquête pénale ne peut pas faire une jonction entre l’incendie criminel de la cathédrale de Nantes et ce meurtre dont dans l’un est l’autre cas, l’auteur est le même ; cette enquête pénale pourrait-elle mettre en cause les deux évêchés concernés “employeurs” du même meurtrier et incendiaire ?

    3) Enfin, des associations de fidèles compétentes en cette matière ne pourraient-elles pas se porter partie civile ou écrire au nonce pour demander l’enquête canonique (deux points de cette alternative à vérifier sur le plan juridique). ?

  2. Moi dit :

    L’auteur (présumé) du meurtre était déjà en situation irrégulière lorsqu’il a-urait incendiée la cathédrale de Nantes ! L’argument du contrôle judiciaire empêchant de l’expulser est ridicule !

  3. Moi dit :

    La CEF n’est qu’une misérable petite courroie de transmission du régime de Macron !
    Pas étonnant d’ailleurs après avoir appelé à voter pour lui.

  4. Pierre Mary de Montamat dit :

    Vous avez oublié de mettre la photo d’Emmanuel avec François à Rome. Là c’est du lourd !

    Bon, Nantes, c une erreur de jeunesse. S’attaquer aux hommes – à un Prêtre de surcroit, là c une mission importante…

    Il a un sacré pote l’Emmanuel ! Euh, le François !!!

  5. TD dit :

    Oui et vous oubliez aussi la grave culpabilité de ces prêtres qui accueillent en leur communauté l’incendiaire de la cathédrale de Nantes !!!
    Autrement dit on incendie une cathédrale et pour féliciter l’incendiaire on l’accueille dans une communauté de prêtres.

    Accueil pour les migrants. Pas d’accueil pour la messe traditionnelle. C’est la politique révolutionnaire bergoglienne.
    La fausse charité de ces prêtres modernes est à sens unique.

  6. Gonzague CHARTIER dit :

    écœurés, indignés, ” leur immense tristesse et leur effroi.”, la langue permet de s’étaler …

    “Le père Olivier Maire aura été fidèle jusqu’à donner sa vie” non, il n’a pas donné sa vie, il a commis une imprudence !

  7. Marcel SALVAN dit :

    Un scandale de voir dans notre Pays des faits aussi tragiques de la part d’individus qui ne mériteraient uniquement l’interdiction d’y rentrer. Après le Père HAMEL voilà le Père Olivier MAIRE et demain? Ca rappel en 1916 l’assassinat du Père Charles de FOUCAULT en plein désert.

Traduire le site »