En Une

Roubaix : une église désacralisée du XIXe à vendre

Commentaires (3)
  1. JPJL dit :

    dans le cadre de la nouvelle évangélisation !!

  2. Gabrielle dit :

    Bernard Tapie s’en va avec des millions d’euros qu’il n’a pu emporter, et voilà, nos églises, lui qui se dit au dernier moment, catholique et croyant en DIEU, qu’a-t-il fait ? au lieu de combattre la politique, il eût mieux fait de combattre les mauvais prêtres, qui maintenant se lamentent de n’avoir plus de denier du culte et des quêtes.Vatican II a chassé les catholiques, et les enfants ou petits-enfants paient, et ceux qui vont à leur messe ne peuvent avoir une grande foi, car leur messe est vide, surtout offensante pour le Christ;

    A propos de BT, deux messes c’est super, mais quelles messes ???? et puis un prêtre n’a-t-il pas pu aller lui porter l’Extrême-Onction ? Il ne suffit pas de croire, pour être sauvé.

  3. Arome dit :

    Bonjour Gabrielle.

    « Vatican II » n’a pas chassé les catholiques. « Vatican II » était un concile, aujourd’hui c’est un texte (disponible en livre ou sur internet). Nul part il n’y est écrit que les catholiques doivent quitter l’Eglise.

    Dans les années 65 et suivantes, ce texte a servi d’étendard à certains catholiques pour annoncer les changements qu’ils voulaient promouvoir, et parfois imposer dans l’Eglise. Ceci a mis d’autres catholiques suffisamment mal à l’aise – euphémisme – pour qu’ils s’en aillent. Si vous lisez Vatican II, vous verrez que le texte prévoir la messe en latin dos au peuple et le grégorien à la première place : voyez s’il est appliqué… et aujourd’hui les derniers révolutionnaires vous expliquent sur ces points (liturgie latine dos au peuple et grégorien) qu’il ne faut pas suivre la lettre de Vatican II, mais son esprit… dont ils sont les seuls à saisir la teneur, bien sûr.

    Aujourd’hui l’Eglise se redresse péniblement et lentement, mais elle se redresse. Le redressement aurait été plus rapide si tous les dégoûtés étaient restés, au lieu de céder le terrain un peu trop rapidement aux dégoutants. Avec le recul, on peut penser que c’était une faute tactique. Il n’y a pas que des révolutionnaires dans l’Eglise, et les bons auraient bien besoin de renfort. Et lisez Vatican II : il y a des textes qui méritent d’être appliqués – surtout vu d’où nous partons actuellement.

    Et puisque ce ne sont pas les textes qui comptent mais l’esprit, pourquoi est-ce que pas « votre » esprit qui serait le bon, « plutôt que le leur ? Si on est suffisamment nombreux à leur expliquer, ils ne comprendront pas, mais la masse nous suivra.

Traduire le site »