Summorum Pontificum

Réveillons-nous avant qu’il ne soit trop tard !

Commentaires (6)
  1. Bruno ANEL dit :

    Mais le Père Viot accepte de célébrer dans les deux rites , pour répondre aux demandes du peuple qui lui est confié. On en demande pas plus aux prêtres adeptes de la liturgie de Pie V.

  2. Aubé dit :

    Cet homme manifeste envers Jean-Marc Sauvé une haine recuite qui fait froid dans le dos. Elle est, c’est le moins qu’on en puisse dire, peut digne d’un prêtre, même ancien franc-maçon.

  3. Courivaud dit :

    Et Monsieur Sauvé, conseiller d’Etat, “homme du sérail” de notre République (ce qu’il en reste : plus grand chose), qui est-il, Aubé ?

  4. TD dit :

    Texte de Michel Viot qui ne voit pas la réalité. La réalité est là : le pape révolutionnaire veut éradiquer la messe traditionnelle et je ne peux m’empêcher de citer un texte paru sur le forum catholique qui dit tout ce qu’il faut dire :
    “.parce qu’elle est catholique, au sens plein et traditionnel du terme.
    Elle n’est pas oecuménique, elle n’est pas protestanto-compatible, pas assez horizontale, pas assez adaptable à toutes les pitreries toutes plus impies les unes que les autres qui jalonnent depuis 50 ans la mise en place de la nouvelle messe.
    Les tenants du NOM, dont certains persistent à venir ici tenter de nous faire avaler leur soupe frelatée, sont incapables de compter sur les doigts des deux mains les endroits et les moments où celui-ci est -ou a été- célébré depuis 1969 dans un sens pleinement traditionnel.
    On voit mal comment quelque chose d’intrinsèquement vicié pourrait être, une fois institutionnalisé et dans un contexte de fuite en avant et d’impiété généralisée, célébré vertueusement…
    La messe traditionnelle est la butte-témoin de la persistance de la Tradition catholique, donc elle n’est pas acceptable pour la Rome moderniste.
    Pour cette raison même, l’attachement à cette messe de tout traditionaliste conséquent est irrévocable, puisqu’il s’enracine dans la Foi.
    Tout chantage à l’obéissance et à la soi-disant communion est donc nul et non avenu, tout comme le sont les prétendues sanctions canoniques qui découleraient d’un maintien de la Tradition envers et contre la Rome moderniste.
    Être suspens ou excommuniés par des gens qui, jusqu’en 1962, auraient été mis au ban de l’Eglise et rangés parmi les hérétiques et les schismatiques, voilà plutôt un titre de gloire…”
    Quant à savoir si l’on peut se contenter d’un strapontin dans le zoo conciliaire, la situation actuelle en montre assez la précarité et la contradiction…

  5. emi dit :

    C’est peut-être justement parce qu’il a fréquenté la Maçonnerie qu’il est à même de connaître mieux les agissements de certaines personnes.
    D’ailleurs pourquoi les représentants de l’Eglise de France ont-ils fait appel à un F.M. pour un tel rapport ?

  6. fg dit :

    @Bruno Anel
    Pendant la soi-disant “paix liturgique”, la très grande majorité des demandes de messe traditionnelle était refusée.
    Soyez honnête, n’inversez pas les rôles !

Traduire le site »