En Une

Canada et Québec : l’Eglise catholique fonce dans le mur, et surtout sans se poser de questions

Commentaires (2)
  1. Arome dit :

    On est désolé pour nos frères québécois et canadiens, chez qui ça ne va pas fort en ce moment (et même un peu pire qu’en France).

    Maintenant le libellé de l’article n’est compréhensible que pour l’auteur. “L’Eglise préfère aller dans le mur”. Préférer… à quoi ? L’article ne le dit pas.

    On suggère (cela va mieux en le disant) : “à la remise en cause des méthodes de gestion actuelles”, “à la promotion de l’adoration eucharistique et des sacrements”, “à l’évangélisation”…

    BIen à vous,

  2. Jack dit :

    Comme tout le patrimoine cultuel catholique de France et de Navarre, celui du Canada n’appartient pas aux évêques mais seulement aux fidèles catholiques de notre époque et des nombreuses générations qui nous ont précédé. En disposer à leur gré pour indemniser les victimes de pervers ecclésiastiques que le Christ a très sévèrement jugé par ces mots terribles: “Mieux vaudrait qu’ils soient précipités dans la mer avec une meule de moulin attachée à leur cou !”, c’est un abus de pouvoir clérical insupportable. C’est se défausser sur les fidèles des carences, des erreurs et de la corruption de la hiérarchie épiscopale et vaticane. Des carences et des erreurs qui perdurent encore à l’heure actuelle si l’on en croit de nombreuses promotions récentes.
    Que ces criminels et ceux qui les ont couvert paient leurs crimes avec leur patrimoine propre, quel qu’en soit le coût.
    Celui des fidèles catholiques est sacré !!!
    A-t-on jamais obligé l’Education Nationale à vendre des écoles ou des immeubles administratifs pour indemniser les victimes de profs pédophiles de l’enseignement public???

Traduire le site »