En Une

Statues, confessionnaux, autels : le mobilier d’une chapelle vendu aux enchères à Nantes

Commentaires (5)
  1. Courivaud dit :

    Que la Fraternité Saint Pie X se présente le plus souvent possible à de telles salles de ventes, tel est le souhait de plusieurs d’entre nous, excédés par tant de braderies liturgiques organisées par le clergé conciliaire.

    1. Rédaction Riposte Catholique dit :

      Bonjour Monsieur
      La FSSPX est au courant.
      Quant au clergé conciliaire il est – pour une fois – pour rien, il s’agit d’un établissement privé.
      Tout au plus pourrait on reprocher à un prédécesseur de Mgr Percerou d’avoir desacralisé l’oratoire (pour lequel, au mieux, la dernière demande d’autorisation date du milieu des années 1980).

  2. Courivaud dit :

    À la rédaction.
    Ma réflexion avait un caractère général et, de toute façon, on sait très bien ce que le clergé conciliaire et post – conciliaire a mis en œuvre pour liquider tout signe liturgique, mobilier compris, rappelant un passé rigide, obtus, d’arrière garde, passim.

    à vous lire cependant , il y a une exception mais je crains qu’*elle ne confirme cette règle que j’évoque ici.

  3. TD dit :

    Oui M Courivaud vous avez bien raison. Avec la révolution liturgique issue de Vatican II les intérieurs des églises ont été détruits de fond en comble. Autels (remplacés par les tables protestantes), chaires , tables de communion, statues détruits.
    De nombreuses églises ressemblent à des temples protestants.
    Et ce qui est terrible est que ces destructions ont été faites non par les autorités civiles mais par les évêques et les prêtres.

  4. Patrick BUISINE dit :

    Et que dire de la vente des vêtements sacerdotaux et des objets du culte, pour remplacer un calice par une coupe en faïence en signe de ” pauvreté” et ce n’est là qu’un exemple parmi tant d’autres, et ce sans parler des oeuvres d’art disparues dans la tourmente. Ce fut une mine d’or pour des antiquaires et brocanteurs…

Traduire le site »