Curie

Collège cardinalice et continuité

Article suivant
La photo du jour
Commentaires (4)
  1. Franz dit :

    Espérons même que ce soit l’autre qui disparaisse… Et à jamais !

  2. Claude Timmerman dit :

    J’adore la casuistique de l’optimisme et quelque soit le soutien que je puisse apporter à cette contre réforme, cela ne doit pas masquer la dureté de la réalité curiale!
    Il se passe avec les nominations de cardinaux exactement ce qui se passe avec les nominations épiscopales…Le “niveau” ne change rien à l’affaire! Et la question est bien de trouver les hommes, au delà des incontournables nominations métropolitaines au Sacré Collège…SS Benoît XVI est aussi prisonnier de cela…Il est aussi contraint à des nominations “politiques” qui ne se font certainement pas selon son coeur…Certes,lors du dernier Consistoire, on a pu constater que certains des hommes de sa ligne comme Burke accédaient effectivement à la pourpre cardinalice…
    Mais les nouveaux nommés ne sont pas tous de sa trempe (hélas!)
    Et on a déjà vu que des hommes nommés à la tête de Congrégations de première importance par ses soins (faute de mieux?)ne s’avéraient pas nécessairement ce qu’il espérait…A commencer par le cardinal Hummes par exemple!
    Alors 50 cardinaux nommés à cette date sous le pontificat de Benoît XVI, certes, mais 50 cardinaux ratzingeriens certainement pas!
    Et au jour d’aujourd’hui je ne suis pas sûr que la “sensibilité de la curie” ait beaucoup changé: tant qu’un homme comme Battista Ré avait la haute main sur les nominations épiscopales, il y avait peu de chance de voir évoluer les choses…
    Maintenant on peut enfin l’espérer…
    En fait, à mes yeux l’année clef sera 2015:cette année là, les progressistes emblématique seront enfin retraités de la Curie: Battista Ré, Kasper, Daneels et j’en passe… Et si un consistoire peut avoir lieu cette année là, nous en serons à environ 80 cardinaux électeurs nommés par SS Benoît XVI…Et là, les choses pourraient effectivement changer! Mais aujourd’hui…Grâce au recrutement pratiqué jusqu’ici par les conciliaires avancés,
    L’Eglise manque cruellement d’hommes de qualité!
    Voyez l’exemple de la France: quel achevêque aujourd’hui serait digne du galéo???
    Alors prions pour que Dieu nous conserve Benoît XVI sur le trône de Pierre pour trois ou quatre ans encore!

  3. Luc Warnotte dit :

    Acceptons-en l’augure mais, à l’inverse, évitons d’en faire une pétition de principe. En d’autres termes: le fait que 5à cardinaux électeurs sur 121 aient reçu le chapeau du pape actuel, cela ne signifie pas qu’ils aillent forcément dans son sens au prochain conclave. Si on suivait ce raisonnement, tous les évêques diocésains nommés par Benoît XVI suivraient de sa ligne…
    Pour en revenir au collège cardinalice, il est évident (au-delà de toute appréciation, c’est une constatation) que Benoît XVI a donné le chapeau à beaucoup de prélats qui sont d’une autre orientation que lui, voire qui lui sont opposés.
    Je ne suis donc pas si sûr que Vini Gaimara qu’on puisse écarter la possibilité d’un retournement au prochain conclave.

  4. Jean-Claude Chevalier dit :

    eh bien nous ici au Canada, nous avons un nouvel “intru” dans la machine vaticane. Le nouveau et tout récent Préfet pour la congrégation des Évêques est le Cardinal Marc Ouellet, du Québec. Et les commentaires disaient quoi au juste? Ah oui, vous recherchiez quelqu’un de moins conservateur??? Vous repasserez…svp

Laisser un commentaire

Votre courriel ne sera pas visible. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile.

Traduire le site »