Brèves

EXCLUSIF ! Bordeaux : Le nazi de Pujadas défile avec un drapeau du NPA

Commentaires (5)
  1. Tintoun dit :

    En plus d’être gaucho, il n’est pas fin… le pauvre !

  2. Jean dit :

    Il était au lycée avec moi, il s’appelle Floran Balaresque !

  3. @ TINTOUN
    Ceux qui ne sont pas fins, ce sont ces gens qui portent des jugements sur tous les autres mouvements de la droite nationale et se pensent intellectuellement supérieurs aux autres, et qui ne sont pas foutus-capables de savoir qui sont ceux qu’ils invitent dans des camps de formation.
    Parce que sans ces responsables naïfs et prétentieux (j’ai quitté le FN, j’ai trouvé la vraie méthode, nous avons notre doctrine, nous allons imprégner la société etc….) les Infiltrès n’auraient infiltré personne. Car avant de mener la contre révolution par la création de réseaux (pourquoi pas en effet ?) , il conviendrait tout de même de filtrer ceux qui y sont acceptés.
    Ils doivent bien se marrer à NPA. Car je doute que le contraire y soit possible : eux sont des professionnels de l’entrisme.

  4. Saint James dit :

    J’en reste encore pantois … Un groupe censé défendre la civilisation chrétienne (Dies Irae) se faisait infiltrer par les trotskystes ! Avec des “amis” comme ça, on n’a pas besoin d’ennemis.

  5. Saint James dit :

    @ Pascal

    Vous avez raison : responsables naïfs et prétentieux. Ces braves gens prétendent que leur doctrine est fondée sur les écrits d’Aristote et de Saint Thomas d’Acquin, qu’ils n’ont vraisemblablement jamais lus. Ou alors ils n’ont rien compris, ces deux auteurs n’étant pas des plus faciles.
    Un autre truc qui m’a aussi sidéré : ces intellectuels de choc affirment qu’il n’y a pas lieu de filtrer les adhérents non-chrétiens puisque les responsables du mouvement sont de “bons” cathos ! Ca me rappelle le bon vieux temps des tirailleurs sénégalais qui ne valaient que grâce à leur encadrement par des officiers blancs !
    Un truc qui me gonfle : ces jeunes-gens continuent à rouler ostensiblement les mécaniques au fond de l’église Saint Eloi pendant la grand-messe dominicale. Alors qu’ils sont tous au dodo pendant que les copains à Besancenot viennent la nuit taguer les portes de l’église ou caillasser la vitrine de la librairie d’en face …

Laisser un commentaire

Votre courriel ne sera pas visible. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile.

Traduire le site »