Dissidents, contestataires et francs hérétiques

La scandaleuse sœur Quinn en “remet une couche”

Commentaires (4)
  1. Michel dit :

    S’il y avait encore une autorité dans l’Eglise, cette Quinn serait depuis longtemps réduite à l’état laïc et même excommuniée : le scandale, c’est qu’en demeurant ainsi passive, sa hiérarchie s’en fait la complice !

  2. Beatrice dit :

    Si choix il y a, c’est avoir ou ne pas avoir de relations sexuelles, après, il faut assumer les conséquences de ses actes. cette terminologie de “choix” est un piège. Cette soeur croit sans doute faire oeuvre de compassion auprès de ces femmes, mais si il y a compassion nécessaire, c’est bien parce que le coeur de ces femmes est torturé par cet acte. Ce qui prouve que cet acte pose à la conscience un gros problème, donc il n’est pas anodin comme on voudrait le faire croire. Pauvre femme tellement sûre d’elle… c’est pathétique.

  3. Bernard dit :

    Pour information voici une déclaration récente de la porte parole du cardinal George de Chicago (Mme Coleen Dolan) :
    “The Cardinal and the other bishops have no power to exert disciplinary action . . . over this sister or her order,” . “Sisters and nuns are not priests so the authority of the Cardinal and the bishops does not apply to their discipline. That is up to their religious order.”

    Ceci est canoniquement complètement faux. Archi-faux serait peut-être le meilleur terme ! (voir au minimum canons 678 et 1320) Déclaration incompréhensible quand on sait que le chairman très qualifié du comité canonique de la conférence épiscopale des USA  est l’évêque auxiliaire du cardinal à ma connaissance. Incompréhensible aussi quand on sait ce qu’a fait, et dans les formes, Mgr Burke à St Louis à propos du cas de Sister Louis Lears, ce qui a fait suffisamment de bruit aux USA pour que cela s’entende depuis Chicago.

Traduire le site »