Episcopats locaux

La discrimination est devenu un vice…

Commentaires (4)
  1. Yves dit :

    La langue française, peut-être plus fine que l’Anglais, fait le distinguo entre discernement et discrimination. Et si je vois bien une vertu dans le premier, la seconde n’a pas du tout le même sens…

  2. François Bougnet dit :

    Donnons aux mots leur sens, dictionnaire en ligne CNRTL, CNRS, ATILF :

    DISCRIMINATION, subst. fém.
    A.? [Sans idée de traitement inégal] Action, fait de différencier en vue d’un traitement séparé (des éléments) les uns des autres en (les) identifiant comme distincts.
    Synon. distinction.
    […]

    En français comme en anglais Mgr Porteous fait preuve de bons sens, au sens propre.
    FB

  3. Ghalloun dit :

    Je suis entièrement d’accord avec l’évêque. Et c’est bien un témoignage pour qui veut comprendre, que ce qui était avant une vertu devienne un vice, et réciproquement.

  4. Jeroen Vandenpeereboom dit :

    Article rafraichisant comme une bonne bouffeé d’air! “Discrimination” est devenu un tellement chiffon rouge qu’on le mets à toute les sauces. On entend des constructions fautives comme “telle groupe de population est discriminé” (et en néerlandais: “Zij worden gediscrimineerd”).

    Le “discrimen” est une faculte tres important pour les Romeins. C’est la capacite de distinguer les choses. L’actuel confusion des esprits me fait donc penser au premiers vers des metammorfose d’Ovidius: “Jamque mare et tellus nullum discrimen habebant”.

Laisser un commentaire

Votre courriel ne sera pas visible. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile.

Traduire le site »