Dissidents, contestataires et francs hérétiques

San Diego : l’Université catholique récuse un professeur pro-avortement

Commentaires (2)
  1. Castille dit :

    C’est en effet un genre très couru de nos jours. On se dit catholique en s’attaquant à TOUT ce qui constitue l’essence du catholicisme. J’entends, l’Immaculée conception, l’Eucharistie, le mariage des prêtres, la divinité du Christ (aboutissement fatal de la contestation après l’immaculée conception), la sainteté.

     

    Une jeune femme soutenait qu’elle était catholique en m’opposant tous les arguments de sectes protestantes et la parole de Dieu, à ses yeux, semblait heureusement remplacée par les billevesées du Da Vinci Code.

     

    Qu’en est-il exactement avec cette façon de catholiques? Pourquoi n’assument-ils pas d’avoir tourné le dos au catholicisme, même parfois de ne l’avoir jamais été? Est-ce une ruse dans l’espoir déjà vain qu’un jour le mot catholique lui-même soit défini par leurs erreurs?

     

    Bah! On n’a jamais vu Dieu perdre. Sur la terre comme au ciel.

  2. Sebaneau dit :

    Rien ne sert plus le Malin que celui qui se prétend chrétien tout en violant toutes les prescriptions du christianisme.
    Ainsi,  des assassins, tortionnaires et violeurs  soi-disant “chrétiens”  qui,  pour faire passer leurs crimes,  en appellent chez nous à la solidarité” de leurs “frères”.

Traduire le site »