L'affaire Notre Dame

Deo gratias ! Les poursuites contre les 88 de Notre Dame University, abandonnées

Commentaires (4)
  1. soha dit :

    je ne vois pas comment on peut pardonner et mépriser…Mais c’est encore un de ces mystères qui me dépassent. Adorons les voies du Seigneur …

  2. guilmeau dit :

    Le pardon n’efface-t-il pas tout ? Alors…..

    1. Americatho dit :

      L’“amnistie” n’est pas l’amnésie ! Les 88 de Notre Dame – 87 en fait, une manifestante pro-vie est décédée depuis l’évènement, et peut-être en raison du stress qui lui a été occasionné –, ne seront pas poursuivis par la justice. Mais qui les a traduits devant les tribunaux ? Le P. Jenkins, évidemment. Alors qu’on l’en suppliait, il n’a pas abandonné les poursuites. Il n’a pas eu mot de compassion pour ces gens pacifiques, menottés et jetés sans ménagement dans la prison du comté. Certains y sont restés plusieurs jours, incapables de payer leurs cautions. Alors…, voyez-vous, si le pardon des offenses s’impose encore faudrait que l’offenseur présente aussi ses excuses pour que la justice soit satisfaite. Je n’aurai plus de mépris mais une énorme admiration pour le P. Jenkins quand il aura présenté les siennes pour les scandales à répétition dont il a été l’auteur.

  3. Un catholique dit :

    Pour Soha

    Je vois très bien ce que peut être le pardon,
    je vois aussi très bien ce qu’ont été ces actes méprisables, commis et redoublés très volontairement.

    à l’adresse du président Jenkins :
    Si donc tu offres ton don à l’autel, et que là il te souvienne que ton frère [ils sont 88] a quelque chose contre toi,
    laisse là ton don devant l’autel, et va d’abord: réconcilie-toi avec ton frère; et alors viens et offre ton don.

Laisser un commentaire

Votre courriel ne sera pas visible. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile.

Traduire le site »