Scandale pédophile

Renversant et affligeant : le soutien du cardinal Cushing à la légalisation de la contraception dans le Massachusetts en 1966 !

Article précédent
L'Eglise face à la Révolution
Article suivant
La photo du jour
Commentaires (4)
  1. Yves dit :

    Comment peut-on mettre sur le même plan l’avortement et la contraception? Le premier supprime une vie, la seconde n’est qu’une méthode parmi d’autre de régulation des naissances, régulation que l’Église juge légitime, même si elle condamne les méthodes de contraception non naturelles.

    Les deux actes sont d’une nature très différentes, d’une gravité qui n’a rien à voir et ne peuvent en aucun cas être mis en balance. Si la question de l’avortement n’a jamais vraiment fait débat au sein de la hiérarchie catholique, la question de la contraception était beaucoup moins évidente et n’a été traitée par Paul VI que deux ans après l’affaire que vous évoquez.

    Pour ce qui me concerne, je me garderai bien de jeter la pierre au cardinal Cushing…

  2. klenik dit :

    n’est-ce pas le meme cardinal, il y a quelques annees, lors d’une enquete de pedophilie, s’adressant a des seminaristes

    ‘Messieurs, si vous devez le faire, faites-le avec une femme – ne le faites pas avec un autre homme. Et si vous la mettez enceinte, venez me voir. Je m’occuperai d’elle.’

    je ne crois pas me tromper….

  3. Caroline dit :

    Yves,

    Je suis en désaccord avec vous, lorsque vous affirmez que “la contraception n’est qu’une méthode de régulation des naissances parmi d’autres” et que cela n’a rien à voir avec l’avortement.

    D’accord, la démarche entre les deux choses n’est pas du tout la même.
    cependant, l’une peut mener à l’autre. Il n’y aurait pas pas de problème d’avortement si la régulation des naissances n’était pas appliquée.
    Deuxièmement, d’un point de vue aussi bien scientifique que religieux que pro-vie, on est obligé d’admettre que toutes les méthodes hormonales aussi bien qu’intra-utérines (en gros, pilule et dérivés et stérilets)agissent après la fécondation et ont donc un rôle anti-nidatoire… qui les apparentent donc à l’avortement.
    Un catholique ou un pro-vie honnête ne peut donc que bannir l’utilisation de ces méthodes de sa vie.
    Si vous doutez de l’affirmation, je vous recommande de vous procurez le livre de Randy Alcorn, auteur et ministre protestant (donc pour la contraception) : Does the birth control pill cause abortions ? Il expliquera comment il est passé de la promotion de la pilule à son opposition, en découvrant la vérité…

    J’espère que ça pourra vous éclairer

    1. Yves dit :

      Caroline,
      Je peux vous rejoindre sur votre second argument: certains contraceptifs sont en fait des abortifs et doivent être traités en conséquences. D’autres ne le sont pas et ne posent pas les même difficultés: pilule empêchant l’ovulation, préservatif… Je vous rejoins aussi sur le fait que jouer avec les hormones n’est pas anodin, mais la question est là davantage scientifique et médicale que morale.

      Là où je ne vous rejoins pas du tout en revanche c’est sur votre premier argument. La régulation des naissances, conformément à des critères bien définis, est conforme à la morale. On trouve au n°2368 et 2370 du CEC les éléments suivants: “Pour de justes raisons (cf. GS 50), les époux peuvent vouloir espacer les naissances de leurs enfants. Il leur revient de vérifier que leur désir ne relève pas de l’égoïsme mais est conforme à la juste générosité d’une paternité responsable.[…] La continence périodique, les méthodes de régulation des naissances fondées sur l’auto-observation et le recours aux périodes infécondes (cf. HV 16) sont conformes aux critères objectifs de la moralité. Ces méthodes respectent le corps des époux, encouragent la tendresse entre eux et favorisent l’éducation d’une liberté authentique. ”

      Ce n’est pas la régulation des naissances, légitime et même indispensable dans bien des situations qui crée l’avortement (si je voulais polémiquer, je dirais même que la plupart des méthodes de contraception artificielle sont plus fiables que les méthodes de contraception naturelle et donnent donc moins lieu à des grosses non désirées. Mais ne polémiquons pas…), c’est une absence de sens moral. Ne mélangeons pas tout…

Laisser un commentaire

Votre courriel ne sera pas visible. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile.

Traduire le site »