Divers Osservatore

La béatification d’Edmond Michelet peut-elle être une canonisation de ses choix politiques?

Article précédent
Le livre du Pape et le Metablog
Commentaires (11)
  1. BACLET dit :

    Pour en savoir plus, l’ouvrage court mais dense et précis de Bernard Zeller est une source excellente :

    “Edmond Michelet est-il un saint ?”
    Edition La Doller, 2009

    A lire

  2. de la Croix Guy dit :

    Voilà bien encore une preuve que la Curie romaine contient encore de larges traces du courant progressiste qui l’a envahie depuis plus de 60 ans…

  3. Jean-Claude Chevalier dit :

    ah… ils vont sûrement attendre…après tout… rien ne presse

  4. Benoît Lobet dit :

    Comme pour Pie IX, dont la béatification posa des problèmes à d’aucuns – et j’en fus -, il faut rappeler qu’on ne béatifie pas une “partie” de personne, mais une personne tout entière, avec ses choix politiques, ses options de vie, ses comportements. La grandeur de l’Eglise catholique n’est-elle pas de proposer précisément des modèles multiples, qui, pourvu qu’ils soient authentiquement évangéliques, échappent à toute récupération ou à tout déni idéologiques?

  5. Kris Vancauwenberghe dit :

    “La grandeur de l’Eglise catholique n’est-elle pas de proposer précisément des modèles multiples, qui, pourvu qu’ils soient authentiquement évangéliques, échappent à toute récupération ou à tout déni idéologiques?” C’est vrai, et si vrai que ça prémunira sans doute nos petits-enfants contre tout risque de béatification de l’abbé Lobet, puisque lui n’échappe pas aux récupérations idéologiques (entre autres nombreux exemples, son post sur le roi Baudouin ici: http://www.osservatore-vaticano.org/relations-avec-les-etats/communion-de-la-reine-despagne- si vla-preuve-par-golias).

  6. michael dit :

    Comme celle de toute institution humaine, la politique de l’Eglise n’est certes pas la plus exemplaire. Dans l’Esprit, le Christ est certes plus communiste que tous ces vieux crabes qui durant toute l’histoire se sont montrés les complices des pouvoirs et de l’argent.
    Restera ce qui mérite de rester!

  7. Benoît Lobet dit :

    Cher Monsieur Vancauwenberghe, je voudrais bien savoir ce que j’ai dit di Roi Baudouin qui ne soit pas rigoureusement exact…

  8. Benoît Lobet dit :

    Et, pour préciser encore ma pensée, et parce que je connais cette histoire de près, je peux affirmer que le Roi Baudouin a voulu préserver ET l’honneur de sa conscience ET le fonctionnement des institutions démocratiques du Royaume. Et il y est arrivé. J’espère qu’on le béatifiera un jour, lui – et aussi son épouse – pour avoir voulu préserver ce double enjeu et ainsi faire honneur au serment qu’il avait fait devant le pays en même temps qu’à sa foi chrétienne.

  9. Philippe Pouzoulet dit :

    Ce commentaire démontre surtout que l’auteur ne connaît rien d’Edmond Michelet, de sa formation culturelle, de ses convictions, de ses engagements politiques …et de ses profondes divergences avec le MRP qui conduiront à la rupture à cause de sa fidélité envers De Gaulle.

    Sur l’Europe par exemple : il n’y a pas plus attaché à l’Europe des nations qu’Edmond Michelet : il l’a connue dans le camp de concentration ! L’auteur met complètement à côté de la plaque.

    L’auteur ne sait même pas que le parquet reçoit ses instructions du ministre de la justice. Il ne s’agit pas de pression sur la formation de jugement…

    Affligeant de stupidité et d’ignorance…Et ce sont des gens comme ça qui prétendent juger de l’initiative de l’Eglise ?

    Merci d’afficher des “vaticanistes” un peu moins nuls…

    1. Vini Ganimara dit :

      J’avoue ne pas comprendre en quoi votre réaction répond à mon article.
      Je n’ai jamais prétendu que Michelet préférait l’Europe fédérale à l’Europe des nations.
      Et je ne crois pas avoir nié non plus l’existence d’un lien hiérarchique entre le parquet et la chancellerie.
      J’ajoute que je n’ai jamais prétendu “juger de l’initiative de l’Eglise”, pour deux raisons au moins:
      1) Je n’en ai pas l’autorité;
      2) Il n’y a pas encore, que je sache, d’initiative de l’Eglise en cette matière, mais simplement un appel à documentation (à moins que le procès soit jugé d’avance?).
      Je dis simplement qu’il existe un risque, qui n’est pas négligeable, que la béatification de Michelet soit comprise comme une canonisation des options politiques et religieuses de la démocratie chrétienne (options qui dépassent largement le seul MRP et, plus largement encore, la personne d’Edmond Michelet).
      Que vous soyez attaché à la béatification du grand-père de votre épouse est parfaitement compréhensible et même louable, mais je ne vois aucune raison de ne pas s’interroger sur les conséquences d’un tel acte.
      A moins que vous imaginiez que, lors d’un procès de béatification, on ne s’intéresse qu’aux vertus personnelles de l’intéressé?

      PS: puis-je me permettre de vous faire remarquer qu’il n’est pas forcément de bonne stratégie de répondre par l’insulte à un article qui, lui, n’était pas insultant? Les lecteurs sont forcément amenés à songer que les injures masquent mal une argumentation un peu courte…

  10. charles baril dit :

    moi les considérations politiques ne m’intéressent pas, comme c’était déja le cas à l’époque du christ! mais cet homme, car j’ai eu l’occasion de le ressentir à travers ses ouvrages mais aussi, de façon personnel, apporte encore aujourd’hui bonté et désintéressement, pour ceux qui savent sentir avec leur coeur! il est proche du christ… priez avec foi, vous verrez.

Laisser un commentaire

Votre courriel ne sera pas visible. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile.

Traduire le site »