Dialogue interreligieux et oecuménisme

Un nombre record d’adultes va être reçu dans l’Église en Angleterre et aux Pays de Galles

Commentaires (6)
  1. Thierry dit :

    Deo gratias!

  2. Ghalloun dit :

    Je vais apporter un bémol.
    Je pense qu’on peut répondre par la négative, mais malgré tout, on sait que la religion aux Etats-Unis est un super-marché. Est-ce que ce ne serait pas la même chose dans une moindre mesure au Royaume Uni? Et donc, si c’était le cas, les catholiques venus de l’angicanisme iraient voir ailleurs à la première anicroche dans dans l’Eglise catholique.

  3. Amandine dit :

    “…un seul troupeau, un seul Pasteur”

    Deo Gratias !…

  4. Hodie dit :

    Saint Augustin, De unice Baptismo, ch. XXII :

    » Ceux qui, quittant l’hérésie ou le schisme, viennent à l’Église catholique ne sont pas admis à la cléricature. »

    Conciles d’Elvire en Espagne (v. 300­303, canon 51) :
    » Si quelqu’un, venant de n’importe quelle hérésie, nous rejoint en tant que fidèle (laïc), il ne devra pas du tout être promu clerc. Quant à ceux qui ont été ordonnés auparavant [lorsqu’ils étaient encore dans la secte hé­rétique], ils doivent assurément être radiés de la cléricature. »

    Saint Innocent Ier (401 – 417), Lettre Magna me gratulatio, 18 décembre 414, adressée aux évêques de la Macédoine :
    » La loi de notre Église catholique est d’imposer les mains et d’accorder seulement la communion laïque [ne pas admettre dans les rangs du clergé] aux baptisés qui viennent à nous après avoir quitté les hérétiques et de ne pas choisir quelqu’un parmi eux pour lui conférer les honneurs de la cléricature. »

    » […] les anciennes règles, transmises (traditas) soit par les apôtres, soit par les hommes apostoliques, que l’Église romaine garde et commande de garder. »

    Celui qui est né dans une secte hérétique, mais se convertit plus tard, ne saurait donc être admis à la cléricature. Le catholique qui devient hérétique, mais se rétracte ensuite, ne saurait pas non plus devenir prêtre.

    » Quant à celui qui passe de la foi catholique à l’hérésie ou à l’apostasie, poursuit Saint Innocent Ier, mais qui, [ensuite] se repent et veut revenir [à l’Église catholique], est-ce qu’il pourrait être autorisé à être admis dans les rangs du clergé ? Lui, dont le crime ne pourra être effacé, à moins qu’il ne fasse une longue pénitence ?
    Après sa pénitence, il ne lui sera pas permis de devenir clerc, en vertu des lois ecclésiastiques (canones) qui font autorité. »

  5. Yves dit :

    @Hodie: Conclusion? On envoie le Saint-Père rôtir en enfer? Ou on le remercie pour la sollicitude avec laquelle il accueille nos frères avec leur histoire et leur patrimoine liturgique, ce qui marque en effet peut-être (je n’ai pas pris le temps de vérifier les sources, et surtout qu’il n’existe pas de texte disant le contraire) une rupture avec l’histoire de l’Église? Est-il nécessaire de préciser que la deuxième réponse a ma préférence?

  6. Hodie dit :

    ” Que demandez-vous ?
    – La foi !”

    Cher Yves, je n’ai pas de préférence et guère plus d’opinion.

    Le magistère, infaillible, me suffit.

    Si ce n’est pas catholique, ce n’est pas catholique. Le devoir du Chrétien en la matière est d’en tirer les conséquences.

Laisser un commentaire

Votre courriel ne sera pas visible. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile.

Traduire le site »