Divers Jeanne smits

Colombie : une vie sauvée

Article précédent
Avortement : échec en Colombie
Article suivant
Women on Waves
Commentaire (1)
  1. Anonymous dit :

    “Mais assurément le traumatisme de l’élimination volontaire de son enfant est encore plus lourd à porter que celui du viol et de la grossesse”.
    Voici une conclusion tirée bien hâtivement et qui vous conforte dans vos positions “anti-avortement”. Mais a-t-on posé la question à cette pauvre enfant de 11 ans qui va vivre avec le fruit immonde de l’acte violent qu’elle a subi pendant 9 mois au total ? Qui êtes-vous pour oser dire ce qui est le bien pour cette gamine qui est seule, quoique vous en dîtes, à affronter les conséquences horribles du viol qu’elle a subi. L’enfer est pavé de bonnes intentions y compris celles qui sont catholiques bien pensantes.
    Je vous pose une question : qu’auriez-vous fait à la place de cette enfant de 11 ans ?
    Bernard.

Laisser un commentaire

Votre courriel ne sera pas visible. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile.

Traduire le site »