Divers Jeanne smits

Haro sur les familles nombreuses

Article précédent
Le retour
Commentaires (4)
  1. Gaëlle dit :

    C’est effrayant.

  2. Denis Merlin dit :

    Première mesure : on pourrait leur conseiller de se suicider, ça ferait des consommateurs d’oxygène en moins (et des imbéciles aussi).(Je plaisante bien sûr, car on n’a jamais le droit de se suicider : on n’y a aucun titre. C’est de l’humour noir, pardon)

  3. cathosympa dit :

    Quelle hypocrisie ! Un raisonnement d’adultes qui ne veulent en rien réfréner leur propre consommation ! “Moi, j’ai le droit de détruire la terre, mais pas le mouflet qui vient après moi!”… en plus, ce que ne dit pas l’article, c’est qu’un enfant, ça empêche de dormir tard le matin, d’aller au cinéma, de regarder tranquillement les émissions les plus dévoyées du moment… Mais ces gens-là sont quand même heureux d’être sur terre et de pouvoir écrire de telles inepties grâce… à l’inconscience de leurs parents, infâmes destructeurs de CO² !!!

  4. Anonymous dit :

    Là où le propos de cet organisme est confus c’est qu’on ne peut mettre sur le même plan la situation de pays dans lesquels la population n’est d’ores et déjà plus renouvelée (et où le nombre moyen d’enfants est de l’ordre de 1, comme l’Italie) et celles de pays où la natalité est totalement anarchique et incontrôlée (où les femmes ont plus de 7 enfants en moyenne, comme le Niger).En effet, si avec 1 enfant par femme un pays se suicide en 50 ans, avec 7 enfants par femme l’autre double sa population tous les 15 ans !Il est bien évident que c’est dans ce second cas qu’une maîtrise de la démographie devient non pas seulement justifiée, mais encore indispensable. Sauf à admettre la fabrication continue de nouveaux miséreux condamnés d’avance à la famine et les ravages écologiques afférents.

Laisser un commentaire

Votre courriel ne sera pas visible. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile.

Traduire le site »