Divers Jeanne smits

Le rapport du FNUAP sur la population : encore pire dans les détails

Commentaire (1)
  1. Mme, Smits,
    Habitant dans un pays ou la natalité se porte plutôt bien (le Mexique), je ne peux constater que c'est souvent dans les foyers en situation de pauvreté extrème que les femmes continuent à avoir des familles nombreuses. Les hommes refusant systématiquement la vasectomie, ¿quelle issue pour toutes ces familles qui ne peuvent pas nourrir leurs enfants, surtout dans des pays óu, comme le mien, les élites refusent de payer des impôts afain de construire un Etat providencial? ¿n'est-il pas vrai que la pression demographique conduit à la pression alimentaire, de logement, etc.? ¿est-on résignés à avoir des enfants qui n'hériteront, a coup sûr, que pauvreté et promiscuité? Sans renier d'un minimum d'humanité, je crois, pour le bien de tous, que des politiques de controle natale s'avérent bien nécessaires là óu les populations sont incapables d'assurer leur minimum vitale (je pense au milieu rurale dans mon propre pays, milieu urbain marginale, voire les populations immigrés en France). Je me pose beaucoup de questions.
    Avec tous mes respects.

Laisser un commentaire

Votre courriel ne sera pas visible. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile.

Traduire le site »