Divers Jeanne smits

Instrumentalisation du double avortement de Recife : au Brésil, l’affaire est relancée

Article précédent
"Les Gaulier en goguettes"
Commentaire (1)
  1. Denis Merlin dit :

    A supposer que le récit soit véridique (ce dont je doute), il est manifeste que décider un avortement pour l'enfant constitue une décision arbitraire que l'on impose à une enfant incapable de décider. On impose sur le corps de l'enfant un acte de violence sur son corps et cela est contraire à la convention sur les droits de l'enfant de l'ONU.

    Cela est contraire à l'article 19 de cette convention, article 19 dont voici un extrait :

    « Les Etats parties prennent toutes les mesures législatives, administratives, sociales et éducatives appropriées pour protéger l'enfant contre toutes les formes de violence, d'atteinte ou de brutalités physiques ou mentales »

Traduire le site »