Divers Jeanne smits

Instrumentalisation du double avortement de Recife : au Brésil, l’affaire est relancée

Article précédent
"Les Gaulier en goguettes"
Commentaire (1)
  1. Denis Merlin dit :

    A supposer que le récit soit véridique (ce dont je doute), il est manifeste que décider un avortement pour l'enfant constitue une décision arbitraire que l'on impose à une enfant incapable de décider. On impose sur le corps de l'enfant un acte de violence sur son corps et cela est contraire à la convention sur les droits de l'enfant de l'ONU.

    Cela est contraire à l'article 19 de cette convention, article 19 dont voici un extrait :

    “Les Etats parties prennent toutes les mesures législatives, administratives, sociales et éducatives appropriées pour protéger l'enfant contre toutes les formes de violence, d'atteinte ou de brutalités physiques ou mentales”

Laisser un commentaire

Votre courriel ne sera pas visible. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile.

Traduire le site »