Divers Jeanne smits

Statistiques des naissances outre-Manche : entre discrimination et origines

Commentaires (2)
  1. Erasmus Minor dit :

    Mais où avez-vous vu que le mariage est une institution qui trouve son fondement dans les Evangiles ? Que l'Eglise ait voulu bénir le mariage est une bonne chose mais il ne faut pas tout confondre. Le sacrement du mariage est un signe mais il est lié à beaucoup de réalités humaines fort diverses au long de l'histoire. Les premiers chrétiens n'ont jamais vu dans le mariage au sens où nous l'entendons aujourd'hui une institution chrétienne mais seulement une réalité sociale. A l'époque de Constantin, les chrétiens se mariaient suivant les coutumes locales et donc souvent romaines. Les mains jointes des deux époux n'est pas une tradition chrétienne mais romaine par exemple qui était toujours célébrée par une… matrone ! Plus tard, d'autres rites furent inventés mais il faut toujours s'en tenir au précepte évangélique qui met l'humain avant la loi sans exception. Le combat pour la “famille traditionnelle” est un combat politique, pas un combat chrétien ! Un enfant naît et on se moque bien de savoir si ses parents sont ou non mariés : il naît et c'est tout !

  2. Jeanne Smits dit :

    Mais où avez-vous vu qu'il était ici question de mariage religieux ? Ce message ne parle que du mariage civil et de sa pâle copie, évidemment moins contraignante et sans les effets socialement stabilisateurs du mariage : l'union civile.

    L'enfant se moque peut-être de savoir où il naît, mais il n'est pas indifférent pour lui de naître au sein d'une famille stable, d'une mère célibataire, ou dans un couple de rencontre qui se disloquera bientôt.

    Le mariage civil offre au moins quelques garanties à cet égard (séparation plus difficile) même s'il est généralement aujourd'hui fortement dévalorisé.

Laisser un commentaire

Votre courriel ne sera pas visible. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile.

Traduire le site »