Itinerarium

Pour une théologie de la crise européenne

Commentaire (1)
  1. e dit :

    Il est certain que tout ce qui arrive en ce moment oblige à se poser des questions, jusqu’à l’échouage du bateau de croisière italien, son gigantisme, la limite de la technologie, la responsabilité d’un seul homme (le commandant) que l’on dit la cause de tout face à des milliers de passagers.
    Le risque c’est bien le relativisme entraînant le renoncement: tout est pareil, on ne peut rien faire.
    Pourtant que d’espoirs possibles puisque la crise permet de découvrir que l’homme moderne que l’on disait surhomme est malade. Admettre la maladie c’est déjà commencer à vouloir faire un diagnostic et essayer de trouver les remèdes.

Laisser un commentaire

Votre courriel ne sera pas visible. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile.

Traduire le site »