Église en France

Présidentielles: le combat pour les principes non négociables

Commentaire (1)
  1. DOMREMY dit :

    Anonyme a dit…

    Juste ce souvenir de ma pratique médicale :

    Elle avait 30ans et fait une tentative de suicide médicamenteuse qui l’a envoyée en réanimation où le diagnostic fut fait de mort cérébrale:encéphalogramme plat depuis 24 heures .

    Le service de réanimation nous avertit qu’il envisage de la “débrancher” des appareils qui la maintiennent en survie .

    Ennuyés de n’avoir pu joindre la famille et d’avoir à annoncer à cette dernière sa mort sans préavis nous demandons au service de réanimation de patienter pendant 48 heures ,le temps espérions nous de prévenir les parents que leur fille a tenté de se donner la mort (et qu’ils puissent la voir ailleurs que dans la morgue).

    Et là, 2 jours après miracle : l’encéphalogramme cesse de donner un tracé plat et la patiente revient lentement mais surement à la conscience .Elle revit .

    2 décennies après elle vit et a repris le gout de vivre .

    Il est vrai que l’on ne se pressait pas de retirer les organes- geste qui lui aurait été plus fatal que son geste de désespoir d’un instant .

    Quand apprendrons nous devant la mort et la vie cette vertu fondamentale promue dans toutes les sculptures de nos cathédrales comme dans nos catéchismes qui s’appelle l’humilité et qui donne dans ces cas toutes ses chances à la VIE

    10 avril, 2012 00:11

Laisser un commentaire

Votre courriel ne sera pas visible. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile.

Traduire le site »