Perepiscopus

Profanation : saine réaction de Mgr Ravel

Commentaires (5)
  1. Jean-Paul dit :

    A lire ce qu’écrit Mgr on peut se demander s’il a déjà des indications concernant l’auteur pour parler d’excommunication, peine qui n’est applicable qu’à un fidèle.

    Si l’auteur était effectivement un catholique il sera très intéressant de voir si cette peine latae sententiae sera de plus déclarée par Mgr après un procès pénal diocésain en bonne et due forme.

  2. ANKOU dit :

    La croix (le quotidien) écrit dans un article :

    Sur la Toile, de nombreux sites, souvent proches de l’extrême droite, répertorient avec minutie ce qu’ils qualifient de « profanations », pointant souvent un manque de réaction des pouvoirs publics et de l’Église.

    Faut-il en dire davantage sur les réactions que feront certains catholiques (?!) lorsque des lieux de cultes ou monuments sont dégradés ? Jusqu’à quand feront-ils le dos rond ? Combien de fois ont-ils entendu le coq chanté, et jusqu’à quand le laisseront-ils chanté avant de prendre conscience de leurs renoncements ?
    Ne dit-on pas : il n’y a pas pire aveugle que celui qui ne veut pas voir ?

    http://www.la-croix.com/Archives/2012-12-12/Face-aux-actes-antichretiens-l-Eglise-reagit-avec-discernement-_NP_-2012-12-12-887230

  3. La memoire dit :

    J’avoue ma perflexite devant votre assertion selon laquelle l’excommunication ne serait applicable qu’aux fideles.

    D’une part, l’Histoire de l’Europe depuis le XVIeme siecle nous apprend que plusieurs princes regnant de l’Empire Romain Germanique d’Occident furent excommunies alors, qu’ayant DEJA renie leur bapteme, ils n’etaient plus des fideles. Il en fut de meme pour Henri de Bourbon, et roi de Navarre, excommunie par Gregoire VIII puis Benoit XIV alors qu’il etait “relaps” et ne pouvait donc non plus etre considere comme un membre de l’Eglise Catholique, ce qu’est justement un fidele (plus tard il en fut asbout) .

    D’autre part, la reine Elisabeth II d’Angleterre n’ayant, et pour cause, jamais ete baptisee catholique est bien cannoniquement excommuniee puisque chef supreme de l’Eglise Anglicane…

    Si l’excommunication est souvent interpretee comme l’exclusion, c’est-a-dire le rejet, d’une communaute a laquelle a appartenu la personne excommuniee, l’excommunication signifie aussi l’impossibilite d’une personne a devenir membre de l’Eglise Catholique de sa seule volonte; avant son bapteme une ‘levee d’excommunication” serait indispensable. Levee d’excommunication qui, selon la cause de son excommunication, ou ses responsabilites publiques, releverait soit de l’eveque de l’Ordinnaire, soit du Saint-Siege.

  4. Melmiesse dit :

    Sous l’article de La Croix cité le Secrétaire général de Justice et Paix s’exprime:” Quant à réagir, cela me semble nécessaire surtout pour rappeler un principe général-“toutes les religions méritent le respect”-ou lorsque dans le cas d’un cimetière, tout le monde est concerné”. Ces conditions de réactions me semblent bien restrictives : le tabernacle renversé ne le fait pas bondir

  5. Jean-Paul dit :

    Dialogue avec “La Mémoire”

    Le destinataire des normes pénales, tout comme celui de n’importe quelle norme juridique ecclésiastique, est toute personne qui a été baptisé validement parce que le baptême insère ontologiquement dans l’Église de Jésus-Christ dont il devient membre.
    Cette condition préalable étant supposée, le Code établit d’autres conditions par exemple le canon 11 qui exempte des lois purement ecclésiastique les baptisés en dehors de l’Église latine qui n’y ont pas encore été reçu. Par contre ne sont pas exempté ceux qui, étant déjà catholiques, ont abandonné l’Église par la suite.
    Seuls donc les baptisés catholiques peuvent être aujourd’hui excommuniés ferendae sentenciae ou latae sententiae.

Laisser un commentaire

Votre courriel ne sera pas visible. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile.

Traduire le site »