En Une

La “sédation terminale”, ou l’euthanasie lente

Commentaires (2)
  1. Boanergues dit :

    Tout ceci est d’une rare hypocrisie !

    Il est même franchement crapuleux d’imaginer laisser mourir lentement un patient avec toutes ses peines et ses angoisses.
    Et cela se pratique, c’est certain.
    Sans demander l’avis du patient !
    Même au sein de certaines familles !

    Il n’y a qu’une seule forme d’eu-thanasie, et le médecin peut très bien la pratiquer s’il veut s’en donner la peine.

    C’est d’amener son patient à se convertir dans la prière, en lui faisant comprendre que son meilleur remède est d’offrir humblement et sincèrement ses souffrances à Dieu pour la réparation de ses fautes, de confesser celles-ci à un prêtre resté catholique (!) et de recevoir le sacrement des malades (extrême-onction), qui par ailleurs, si Dieu le veut, peut guérir le patient.

    C’est le plus noble remède qu’un médecin puisse apporter à son patient en fin de vie.

    Face à cela, les circonvolutions et le prurit du conseil de l’ordre ne sont rien d’autres que des machinations diaboliques !

  2. Gouyé dit :

    la sédation terminal est inscrite dans la loi de 2005
    vous aussi il vous faut 8 ans pour l’apprendre ,

Laisser un commentaire

Votre courriel ne sera pas visible. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile.

Traduire le site »