leblogdumesnil

2013-27. L’expression « fille aînée de l’Eglise » est-elle due à la France?

Commentaires (10)
  1. Lys Ardent dit :

    A noter également ce texte de sa Sainteté le Pape Grégoire IX à Louis le Neuvième: http://www.lysardent.fr/2012/09/29/france-protectrice-de-la-foi-catholique/

  2. Loco dit :

    Rien de tel que l’instruction , surtout quand elle nous apporte la connaissance .
    C’est une libération.
    Merci Lully

  3. Garmon dit :

    OUi, l’Ethiopie (royaume d’Axoum) vient en second : (source Wikipdia)
    Au iiie siècle, Aksoum a commencé à s’ingérer dans les affaires de l’Arabie du Sud, en prenant le contrôle de la région occidentale de Tihama. À la fin du iiie siècle, le royaume a commencé à frapper sa propre monnaie et il fut nommé par le prophète Mani (celui des MANIchéens)comme l’une des quatre grandes puissances de son temps avec la Perse, Rome et la Chine. Aksoum se converti au christianisme en 325 (la date du concile de Nicée) ou 328 sous le règne du Roi Ezana et il était le premier État à utiliser l’image de la croix sur ses pièces de monnaies.
    (les parenthèses sont de moi)

  4. JEAN dit :

    oui le France est la fille aînée de l’église, ça n’a pas changé, ça renforce notre foi, et on en est fière, si il y en a qui veulent autrement, il faut se lever plus tôt,

  5. Peu m’importe, ce n’est pas l’Essentelir

  6. Jean Ferrand dit :

    Quel est ce Lully ? S.V.P.

    Euh, ce titre de fille aînée de l’Eglise est peut-être un peu usurpé, depuis Lacordaire, si je comprends bien. Mais il serait bien inoffensif si toutefois la France s’en montrait digne. Hélas, il semble qu’on en soit loin…

    J’ai toujours compris de titre de fille aînée, ou de fils aîné, non pas dans l’absolu : la France ne fut pas la première nation officiellement chrétienne, mais comme fille, ou fils, aîné de l’Eglise de Rome, en rapport avec le patronage de sainte Patronille.

    Mais c’est un peu fictif, il faut l’avouer.

  7. ecolemaison dit :

    Voilà une controverse intéressante mais vous êtes bien prompt à conclure. Et vous faites erreur, ce qui va m’amener à vous demander de publier un article correcteur, ce sera sympa de partager cette question.
    D’abord, c’est au débarquement des saintes Maries auquel il est plutôt fait allusion lorsqu’on parle de “fille aînée de l’Eglise”, et cela remonte à bien avant les conversions d’Etat qui n’ont, pour l’Eglise, qu’une importance secondaire.
    Si l’expression est peut-être d’invention récente, vous ne parvenez point à le prouver. Je vous fais remarquer que votre démonstration n’est pas scientifique, on ne prouve pas une absence, des millions de documents ont disparu à travers l’Histoire, spécialement au moment de la révolution. Rien ne dit qu’elle n’ait pas été utilisée antérieurement à Lacordaire et pour ma part je pense qu’il est fort plausible que les rois l’ait entendue.
    Car il est bien dit que le roi de France est “le Fils aîné de l’Eglise”. Et non son chef, comme il l’est rappelé à chaque souverain. Les souverains anglo-saxons sont chefs de leurs églises respectives, même s’ils n’ont aucune notion de théologie. Dans le monde catholique il en va autrement. On n’est que “fils” (soumis à l’obéissance envers le saint-Siège), et non “chef”, comme le sont les rois protestants qui peu à peu vont s’arroger la direction des consciences et faire verser l’Europe dans le “philosophisme” barbare.
    Bref, comment se pourrait-il qu’aucun exégète n’ait pas pensé à transférer, comme l’a fait Lacordaire, le titre de “Fils aîné de l’Eglise” du roi à “fille aînée de l’Eglise” de sa Nation ? Louis XV a été le Fils aîné de l’Eglise sous 7 papes, et ce titre ne lui a jamais été contesté.
    A l’intérieure du royaume, le Fils aîné de l’Eglise nommait les évêques.
    Mais pourquoi est-il donc Fils aîné de l’Eglise, voilà ce qui pourrait guider votre recherche.

  8. ecolemaison dit :

    Ah je vois que vous mentionnez le titre de Fils aîné de l’Eglise, donc il reste à déterminer la question de l’origine du titre d’une part, et la possibilité que quelqu’un ait employé cette expression avant Lacordaire, malgré la disparition de documents. Il vous suffira de dire sur ce dernier point que “selon l’état des recherches actuelles, il semble que le titre n’ai pas été employée avant Lacordaire, sauf erreur de ma part.”

  9. ecolemaison dit :

    Nota bene: Le concept de nation, dont la Révolution a fait une idéologie, existe tout de même avant elle. Le royaume n’est pas un empire, il y a en son sein une homogénéité dont la nature peut être discutée encore longtemps par les académies. La révolution a le génie de transformer en idée des réalités, puis ensuite de détruire la réalité par l’idée. Il faudrait donc s’aviser de ne pas réduire à rien le principe national au motif que la révolution l’a récupéré, sans quoi il faudrait bientôt réduire à rien le principe d’église universelle parce la maçonnerie mondiale l’a récupéré. Nous refusons la nation républicaine, xénophobe, antichrétienne et grotesque, mais retenons la nation charnelle et spirituelle. Maurras ne disait rien d’autre.

  10. boret dit :

    En tout état de cause, l’apostasie qui sévit actuellement suffirait à dénier à la France ce titre de fille ainée de l’Église.

Laisser un commentaire

Votre courriel ne sera pas visible. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile.

Traduire le site »