Perepiscopus

Le poisson d’avril de la CEF

Commentaires (3)
  1. Térénia dit :

    Il n’y

  2. Loco dit :

    Pas mal quand même !vv
    On peut toujours s’imaginer qu’on a le Roi Soleil à l’Elysée

  3. Goupille dit :

    “…haine, peur, invective, mépris, violence s’insinuent partout. C’est comme si le désespoir de ceux qui ne trouvent pas de travail, de ceux qui n’ont plus de logement, de ceux qui n’arrivent plus à nourrir leur famille, de ceux qui se sentent méprisés dans leurs convictions, de ceux qui sont en deuil, de ceux qui ont peur de sortir de chez eux, de ceux qui attendent leurs proches pris en otages, enveloppait le pays et légitimait l’égoïsme, l’agressivité, la dérision, le manque de respect.”
    Egoïsme ??? Mais agressivité, dérision, manque de respect, oui. N’est respecté que ce qui est respectable, qui remplit avec talent sa fonction, qui ne travaille pas à démolir ce qu’il est censé servir.

    “C’est dans ce climat que nous nous apprêtons à fêter Pâques. Il ne s’agit pourtant pas d’en faire une fuite au ciel nous permettant d’oublier la réalité.”
    Quel style, pour parler de la Fête religieuse majeure des Chrétiens… Une fuite au ciel ? Vite, une rustine !
    Il pourrait advenir un épanchement de spiritualité.

Laisser un commentaire

Votre courriel ne sera pas visible. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile.

Traduire le site »