En Une

L’attitude de la CEF vue de l’étranger

Article précédent
Qu’est-ce qu’un trentain?
Commentaires (7)
  1. Où est l’Evangile dans cette docte assemblée de peureux ?
    Ils ne sont pas prêts à défendre le Christ jusqu’au martyr…
    Quand auront ils fini de trahir ?
    Il n’y a que l’évêque de Bayonne qui soit chrétien, les autres sont mondains comme dit notre Pape, c’est à dire vendus au monde, autrement dit à Satan.

  2. moreau jean-pierre dit :

    très bien ! pour qui connaît la CEF nous n’avons pas encore tout vu ! Le prochain texte sera signé Pontier et ça promet !

  3. eljojo dit :

    Il faudrait expliquer en quoi il y a une incompatibilité fondamentale entre d’une part le fait de constater qu’on a perdu un combat politique (la loi est passée, promulguée, appliquée) et d’autre part le fait de s’engager pour les valeurs dans lesquelles nous croyons.

    Oui, nous avons perdu cette bataille. L’enjeu n’est donc plus l’urgence d’une opposition à un processus législatif, mais bien davantage dans une ré-évangélisation des consciences.

    Combien sont ceux qui ici hurlent (à raison) au scandale contre les procédés utilisés par le gouvernement, mais n’auraient aucun scrupule à utiliser les mêmes méthodes s’ils étaient au pouvoir, sous prétexte qu’ils ont “raison”, qu’ils défendent la “loi naturelle”.
    Et pourtant, la fin ne justifie pas les moyens…

    Plus généralement, les choses doivent être analysées dans leur contexte. Quand le Cardinal Archevêque de Paris déclare qu’il ne faut plus compter sur l’Etat pour défendre nos valeurs, il n’est évidement ni compromis ni défaitiste, il est dans la ligne du Saint-Père constatant que les chrétiens doivent être à contre-courant.

    L’enjeu est donc bien celui d’un combat global : social, culturel, politique, philosophique, et dont la clé de voûte est spirituelle.
    Il faut donc en revenir à l’évangile,pour nous en nourrir, et pour le transmettre et le proclamer.

    La question est donc : qu’aurait fait le Christ, et que veut-il de nous aujourd’hui ?
    La réponse est dans l’évangile : il les envoya eux par deux annoncer que le Royaume de Dieu est proche.

    Et c’est parce que les disciples ont annoncé deux par deux que le paganisme est tombé. Les manifestations, sous toutes leurs formes, légales ou non, sont légitimes, et sans doute nécessaires. Mais la seule chose qui changera ce monde, c’est l’évangile donné, reçu et partagé. Le reste en découlera.

  4. Clovis dit :

    Auprès de Mgr Aillet on peut en ranger quelques autres comme Mgr Rey par exemple.

    Quant à la CEF, si, comme je l’ai lu ici en Avril, elle est présidée par un membre du GOF, il convient de la dissoudre pour en élire une autre véritablement catholique.

    Je réitère donc ma question: Mgr Pontier est-il franc-maçon, oui ou non?

  5. Philippe dit :

    Le jour où il y aura une loi ordonnant la mise à mort des évêque ils seront un peu plus virulent pour inviter les paroissiens à exprimer leur opinion et celle de l’Eglise. Donc selon “eux” les enfants comptent moins que les évêques ?

  6. de Provenchères Charles dit :

    Il n’y a pas que parmi les Hommes politiques qu’il faut faire le “ménage”.L’Eglise de France est malade car elle a un clergé et des Evêques qui sont devenus des FONCTIONAIRES qui sont plus au service du “pouvoir” que de l’Eglise du Christ .N’ayant pas la FOI chevillée au corps il ne seront jamais des Martyrs. Ce sont des Pasteurs qui ont épousés les idées du moment et qui n’ont pas envi de se mouiller,se sont des tièdes mis à part 7 à 8 Evêques qui eux sont très bien.

    Charles.

  7. eljojo dit :

    @ Charles

    effectivement, nos prêtres, nos évêques, sont loin d’être parfaits, mais ils ont au moins le mérite d’être là.

    On critique facilement les prêtres de la génération 68, mais vous-a-t-il traversé l’esprit que ces prêtres que vous haïssez tant ont eu le courage de rester fidèles à leur ordination, et ont été traumatisés par le reniement de ceux qui sont partis ?

    Vous-tous qui huez ces vieux prêtres progressistes, avez-vous pensé à leur souffrance ?

    Cela n’excuse rien, mais cela explique beaucoup.

Laisser un commentaire

Votre courriel ne sera pas visible. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile.

Traduire le site »