Maximilien Bernard
8120 Articles73 Commentaires

Mgr Fruchaud pourrait rester jusqu'en septembre
Download PDF

f-copie-3.jpg

L’évêque de St Brieuc a remis sa démission au Pape en octobre. On apprend dans
Le Télégramme :

  • “Atteint par la limite d’âge (fixée à 75 ans) en octobre dernier, Mgr Fruchaud, évêque du diocèse de Saint-Brieuc et Tréguier (22), pourrait continuer à exercer sa charge jusqu’à la fin
    de l’année diocésaine
    , c’est-à-dire jusqu’après l’été. Selon le protocole en vigueur, il a «remis sa charge au pape» à l’automne dernier, mais, explique-t-on à l’évêché,
    «Mgr Fruchaud est en bonne santé, et rien ne presse». Si, dans chaque diocèse, il est habituel que l’évêque fournisse une liste des prêtres semblant disposer des qualités nécessaires
    pour devenir évêque, c’est la nonciature, à Paris, en concertation avec le Saint-Siège, qui décide des nominations.”
L'évêque de Luçon soutient la Marche pour la vie
Download PDF
Mgr Alain Castet est le 14e évêque à la tête d’un diocèse de France à soutenir la marche pro-vie du 17 janvier prochain.

Cela ne nous dit toujours pas combien d’évêques seront présent sur place. Un lecteur me dit qu’un évêque qui veut se manifester dans un diocèse qui n’est pas le sien doit demander l’autorisation
à l’évêque du lieu, lequel n’a malheureusement pas (encore) apporté son soutien. Ni aucun de ses auxiliaires. Suivez mon regard…

Toutefois, cette règle ne s’applique pas à un Cardinal. Cela tombe bien, j’en vois un dans la liste des soutiens !

Les évêques et la Marche pour la vie
Download PDF

On annonce le soutien de 23 évêques pour la Marche pour la vie du 17 janvier prochain à Paris. Soit. Mais combien d’évêques en poste (ni
émérites, ni auxiliaires) ?

  • Mgr Marc Aillet, Diocèse de Bayonne, Lescar et Oloron Evêque
  • Mgr Gilbert Aubry, Diocèse de Saint Denis de la Réunion
  • Mgr Guy Bagnard, Diocèse de Belley-Ars
  • Mgr Philippe Barbarin (Cardinal), Diocèse de Lyon
  • Mgr Jean-Pierre Batut, diocèse de Lyon, évêque auxiliaire
  • Mgr Raymond Boucheix, Diocèse d’Avignon Evêque émérite
  • Mgr Jean-Claude Boulanger, Diocèse de Sées
  • Mgr Philippe Breton, Diocèse d’Aire et Dax
  • Mgr Jean-Pierre Cattenoz, Diocèse d’Avignon
  • Mgr Raymond Centène, Diocèse de Vannes
  • Mgr Emmanuel Delmas, Diocèse d’Angers
  • Mgr Jacques Fihey, Diocèse de Coutances Evêque émérite
  • Mgr André Fort, Diocèse d’Orléans
  • Mgr Claude Frikart, Diocèse de Paris Evêque auxiliaire émérite
  • Mgr Maurice Gaidon, Diocèse de Cahors Evêque émérite
  • Mgr François Jacolin, Diocèse de Mende
  • Mgr Christian Kratz, Diocèse de Strasbourg Evêque auxiliaire
  • Mgr Joseph Madec, Diocèse de Fréjus-Toulon Evêque émérite
  • Mgr Jacques Perrier, Diocèse de Tarbes-Lourdes
  • Mgr Gaston Poulain, Diocèse de Périgeux Evêque émérite
  • Mgr Dominique Rey, Diocèse de Fréjus-Toulon
  • Mgr Raymond Séguy, Diocèse d’Autun, Chalon et Mâcon Evêque émérite
  • Mgr René Séjourné, Diocèse de Saint Flour Evêque émérite

Les évêques surlignés en gras sont à la tête d’un diocèse. Soit 13. Sur presque 100 diocèses. Un gros dixième.

Et maintenant : combien viendront physiquement marcher pour la vie avec leurs fidèles ? Sur ce sujet, les fidèles attendent leur “participation active” !

L'abbé Francis Michel est toujours curé de Thiberville
Download PDF

Ainsi en témoigne le site internet du diocèse d’Evreux :

t-copie-6

Sur ProLiturgia, Denis Crouan évoque le problème de l’obéissance. Mais il reste à savoir qui désobéit :

  • “Mgr Nourrichard a parfaitement le droit de déplacer l’un de ses prêtres; encore faudrait-il qu’il puisse justifier les raisons d’un tel déplacement. En l’espèce, il semble que
    l’Evêque d’Evreux n’ait pas la moindre raison: son acte ressemble donc fort à une petite crise d’autoritarisme typiquement clérical – pour ne pas dire épiscopal – qui a son origine dans une
    incapacité à reconnaître la crise que traverse l’Eglise dans son diocèse en particulier. M. l’Abbé Michel a parfaitement le droit de savoir, de la plume de son Evêque, ce qu’on lui
    reproche (il s’en doute d’ailleurs) et de connaître quel sera son avenir. Les paroissiens ont le droit de faire savoir au pasteur diocésain qu’ils préfèrent avoir un prêtre qui est dans
    la ligne du Souverain Pontife plutôt qu’une poignée de “mamies” qui seront autorisées à froufrouter autour de l’autel et de l’ambon à chaque messe. L’Evêque d’Evreux a le droit de savoir que
    les fidèles ne sont pas disposés à demeurer catholiques pratiquants à n’importe quel prix
    .
  • Pour susciter la réflexion, voici trois points de vue sur la question de l’obéissance/désobéissance. Le premier est d’un fidèle laïc: “Il est bien certain que rien ne changera tant que
    les prêtres désavoués ne se manifesteront pas davantage pour refuser fermement certaines orientations pastorales qui n’ont aucune raison d’être et qui, parfois même, n’ont aucune
    légitimité
    . […]”
  • Le deuxième point de vue est celui du P. Louis Bouyer, le théologien bien connu (+2004): “[…] Lorsqu’il y a des défaillances individuelles ou même collectives de la part de
    ceux qui dans l’Eglise sont responsables avant tout de la foi, ce n’est pas du tout une infidélité de la part des fidèles mais au contraire une marque de fidélité de critiquer et de ne pas
    accepter ce qu’enseigne tel prêtre ou même tel évêque ou un groupe d’évêques, lorsqu’il est clair que cela est en contradiction avec ce que le Pape, les conciles, et toute la tradition des
    évêques jusqu’à nous ont enseigné
    . […]
  • Le troisième et dernier point de vue est celui d’un Evêque, Mgr Giovanni d’Ercole. Sa réponse à la question posée ici est claire: “Il faut regarder l’Eglise avec deux yeux. Un
    oeil sur le Pape, l’autre sur l’évêque et le curé. Si l’évêque et le curé disent la même chose que le Pape, c’est l’unité. Or le manque d’unité fait un très grand mal à l’Eglise. Si l’évêque
    ne dit pas la même chose que le Pape, cela me donne un strabisme; alors je regarde le Pape
    .””
Thiberville : soutien à l'abbé Michel
Download PDF

Un blog de soutien à l’abbé Francis Michel a été ouvert à cette adresse : http://thiberville-soutien-abbe-michel.hautetfort.com/

 

Hier, lors de la messe de 17h (forme extraordinaire), l’abbé Michel a demandé d’être nombreux dimanche prochain, surtout pour la messe de 10h. Il a indiqué que
son dossier a été constitué en bonne et due forme et qu’il est défendu en ce moment même à Rome.

La première communauté confessionnelle de France est celle des musulmans
Download PDF

Voici un constat très accablant pour nos évêques, que l’on peut lire dans Sed Contra :

“Il faut lire jusqu’au bout l’Etude Ifop sur le catholicisme présentée fin décembre dans le journal La Croix. Elle ne mesure pas seulement l’effondrement de la pratique religieuse dans
notre pays : si 64% des Français continuent de se définir aujourd’hui comme “catholiques”, 4,5% d’entre eux déclarent assister à la messe chaque dimanche, ce qui
représente en chiffres ronds trois millions de pratiquants
. L’étude Ifop est beaucoup plus instructive encore lorsqu’elle interroge en détail ces derniers pratiquants du catholicisme
sur leurs intimes convictions. Trois chiffres révélateurs et particulièrement accablants : 42% des catholiques pratiquants de France ne croient plus au “rôle civilisateur” de leur
religion ; 63% se déclarent même d’accord ou plutôt d’accord pour affirmer que “toutes les religions se valent” ; 68 à 75% vont jusqu’à demander à l’Eglise de revoir d’urgence ses positions
morales sur le divorce, la contraception et l’avortement

Force est bien d’en conclure que deux catholiques “pratiquants” sur trois occupent les bancs de leurs paroisses sans aucune conviction sur les exigences individuelles et le rayonnement
social de leur propre foi
.

Ce n’est pas le cas des cinq à six millions de musulmans, français ou étrangers, qui vivent sur le territoire de notre République. Tous ceux qui “pratiquent” croient ici dur comme fer aux cinq
piliers de l’islam ainsi qu’à la supériorité universelle et conquérante de leur religion. Combien sont-ils? L’islam n’ayant pas de “culte” au sens propre, et la prière du vendredi n’étant pas
l’équivalent de notre messe du dimanche, il faut prendre en compte les prescriptions rituelles, et notamment le jeûne du Ramadan, pour se faire une idée de la proportion des musulmans
pratiquants : 70%, d’après une autre enquête approfondie de l’Ifop, ce qui induit une population totale comprise entre 3,7 et 4 millions de Croyants. La première
communauté confessionnelle de France – au sens fort du nombre de croyants convaincus et pratiquants – est donc déjà celle des musulmans
…”

Thiberville : la messe de 17h a bien eu lieu
Download PDF
Et Mgr Nourrichard, présent en costume cravate dans la foule, a assisté au début de la célébration. Récit à lire sur Le Forum
Catholique
.

France 3 Normandie rend compte de l’incident de la
matinée et termine ainsi :

  • “L’évêque d’Evreux se donne le temps de réfléchir aux décisions à prendre pour dénouer cette situation épineuse.”

Voir le reportage de France 3.

L'affaire de Thiberville dans la presse
Download PDF

Lu sur Paris Normandie :

  • Accueil glacial, dimanche matin, à l’église de Thiberville pour l’évêque d’Evreux monseigneur Nourrichard. Les paroissiens du canton ont en effet saisi l’occasion de la messe
    d’Epiphanie qu’il devait présider pour exprimer leur colère après sa décision de révoquer l’abbé Michel de sa charge de curé du groupement inter-paroissial de Thiberville.
  • Pour ce faire, l’évêché avait également ordonné la dissolution de ce groupement de treize clochers, malgré son dynamisme reconnu, y compris par les élus du canton, nombreux aussi à assister à
    cette messe qui n’aura finalement duré qu’une dizaine de minutes avant que l’assistance ne quitte les lieux, après avoir hué l’homme d’église, en signe de mécontentement.
  • Un peu plus tard, l’évêque se voyait également interdire l’accès à l’église de Bournainville-Faverolles, barré par des paroissiens. La gendarmerie était présente pour éviter les
    débordements. Malgré ces manifestations, Mgr Nourrichard a dit maintenir sa décision.”

Un nouveau reportage est à suivre ce soir (dimanche 3 janvier) dans le 19/20 de France 3 Haute-Normandie.
t-copie-5.jpg

Des nouvelles de Thiberville (diocèse d'Evreux)
Download PDF
Ce matin, la messe de 10h qui devait se dérouler en présence de Mgr Nourrichard n’a pas eu lieu comme prévue mais a été particulièrement houleuse, l’abbé Michel partant célébrer dans une
autre église (lire le récit sur Le Forum catholique). Le curé, l’Abbé Francis Michel, a annoncé qu’il resterait dans
l’église même si l’évêque amenait un nouveau prêtre.

m-copie-10
Certains lecteurs se demandent comment un prêtre diocésain peut
“désobéir” à son évêque. Il faut tout de même savoir qu’il y a un droit dans l’Eglise catholique. Un évêque ne peut pas déplacer ses curés par caprice. Il doit avoir une raison plus que valable.
Et non invoquer une coutume comme celle, très récente, de déplacer régulièrement les curés. Le Saint Curé d’Ars est resté 40 ans dans le même village. Il n’a pas eu d’autre cure. Le canon 522 dit ceci :

  • “Le curé doit jouir de la stabilité et c’est pourquoi il sera nommé pour un temps indéterminé ; l’Évêque diocésain ne peut le nommer pour un temps fixé que si cela a été admis par un
    décret de la conférence des Évêques.”

En l’occurrence, l’abbé Michel, qui tient à respecter le droit de l’Eglise, comme il en respecte la liturgie, a fait appel de sa révocation aux autorités compétentes à Rome.

Aperçu du diocèse d'Evreux
Download PDF

Le premier évêque d’Évreux fut saint Taurin, au IVe siècle. Le diocèse appartient à la province ecclésiatique de Rouen. La cathédrale est placée sous le vocable de Notre Dame de
l’Assomption.

c-copie-22
On compte 90 prêtres, dont 52 en activité pour 550 000 habitants, et 684 lieux de cultes pour 34
paroisses
. Le diocèse est découpé en 7 doyennés: Centre, Nord, Sud, Ouest, Nord-Ouest, Nord-Est, Est. Le tableau ci-dessous indique la moyenne d’âge des prêtres. Un seul prêtre a été
ordonné en 2007 pour le diocèse.

Nombre de prêtres

Tranches d’âge

1

< 30 ans

7

30-39 ans

10

40-49 ans

7

50-59 ans

13

60-69 ans

21

70-79 ans

30

80-89 ans

1

90 ans et plus

 

Mgr Christian Nourrichard, né en 1948, est à la tête de ce diocèse depuis janvier 2006. Il s’est récemment fait remarquer en interdisant
la communion sur la langue, alors que le Pape tente de resacraliser la liturgie. Il est vrai qu’en matière d’opposition au Pape, le diocèse d’Evreux a hérité d’un lourd passif avec le passage de
Mgr Jacques Gaillot entre 1982 et 1995.

Concernant la forme extraordinaire du rite romain, on compte une messe dominicale à Thiberville (le dimanche à
17h (sachant que la messe selon la forme ordinaire du matin est célébrée ad orientem et grégorienne), avec le célèbre abbé Michel, en conflit avec son évêque, qui est venu le révoquer aujourd’hui. Sans le remplacer. Alors qu’il s’agit de la
paroisse la plus florisssante du diocèse.
Il existe également une messe seulement mensuelle à Evreux. La Fraternité Saint Pie X est présente à deux autres endroits du diocèse.

Le diocèse compte une vingtaine de communautés religieuses, dont l’abbaye du Bec Hellouin (bénédictins Olivétains).

Mgr Aillet ordonnera les séminaristes de l'Institut du Bon-Pasteur
Download PDF



Le 23 janvier 2010 à 9h30 à l’église Saint-Eloi à Bordeaux, seront ordonnés 2 diacres et
2 sous-diacres
de l’Institut du Bon Pasteur, des mains de Son Excellence Monseigneur Marc Aillet, évêque de Bayonne.

Rappelons que l’Institut du Bon-Pasteur a été fondé le 8 septembre 2006. Il est constitué de Droit pontifical, c’est-à-dire qu’il relève directement du Saint-Siège et que son supérieur a le
pouvoir de juridiction ordinaire. Regroupant à l’origine, sous la houlette de M. l’abbé Laguérie, ancien curé de Saint-Nicolas-du-Chardonnet à Paris, six membres fondateurs (cinq prêtres et un
diacre), issus de la Fraternité Saint-Pie-X fondée par Mgr Lefebvre, cette nouvelle communauté est la première du genre reconnue par le pape lui-même.

Le Saint-Siège a dédié l’Institut du Bon Pasteur à «l’usage exclusif de la liturgie grégorienne» pour la messe et pour tous les sacrements, selon «les livres liturgiques en vigueur
en 1962
». La liturgie traditionnelle est déclarée «rite propre de l’Institut dans tous ses actes liturgiques». Selon les statuts et selon le décret d’érection, il s’agit non d’un
indult mais d’une mission et d’une discipline propre, qui manifeste combien le rite dit “de Saint Pie V” est légitime et constitue une richesse pour l’Église.

Mgr Marc Aillet va donc conférer les ordinations selon la forme extraordinaire du rite romain : 2 séminaristes issus de la maison roamine de l’IBP seront ordonnés diacres (un 3ème
devait l’être mais le pauvre s’est blessé) et le séminaire de Courtalain enverra 2 de ses séminaristes pour recevoir le même jour le sous-diaconat.

Thiberville : soutien à l'abbé Michel demain
Download PDF

L’adresse électronique du Comité de soutien à l’abbé Michel est réactivée :

[email protected]

Il est conseillé aux amis de l’abbé Michel, du canton ou de plus loin d’arriver demain assez tôt avant la messe de 10h. Ces amis seront nombreux : le maire a rappelé à la
télévision qu’il avait obtenu plus de 4000 signatures en faveur du maintien du curé.

Mgr Aillet ordonnera les séminaristes de l’Institut du Bon-Pasteur
Download PDF



Le 23 janvier 2010 à 9h30 à l’église Saint-Eloi à Bordeaux, seront ordonnés 2 diacres et
2 sous-diacres
de l’Institut du Bon Pasteur, des mains de Son Excellence Monseigneur Marc Aillet, évêque de Bayonne.

Rappelons que l’Institut du Bon-Pasteur a été fondé le 8 septembre 2006. Il est constitué de Droit pontifical, c’est-à-dire qu’il relève directement du Saint-Siège et que son supérieur a le
pouvoir de juridiction ordinaire. Regroupant à l’origine, sous la houlette de M. l’abbé Laguérie, ancien curé de Saint-Nicolas-du-Chardonnet à Paris, six membres fondateurs (cinq prêtres et un
diacre), issus de la Fraternité Saint-Pie-X fondée par Mgr Lefebvre, cette nouvelle communauté est la première du genre reconnue par le pape lui-même.

Le Saint-Siège a dédié l’Institut du Bon Pasteur à «l’usage exclusif de la liturgie grégorienne» pour la messe et pour tous les sacrements, selon «les livres liturgiques en vigueur
en 1962
». La liturgie traditionnelle est déclarée «rite propre de l’Institut dans tous ses actes liturgiques». Selon les statuts et selon le décret d’érection, il s’agit non d’un
indult mais d’une mission et d’une discipline propre, qui manifeste combien le rite dit “de Saint Pie V” est légitime et constitue une richesse pour l’Église.

Mgr Marc Aillet va donc conférer les ordinations selon la forme extraordinaire du rite romain : 2 séminaristes issus de la maison roamine de l’IBP seront ordonnés diacres (un 3ème
devait l’être mais le pauvre s’est blessé) et le séminaire de Courtalain enverra 2 de ses séminaristes pour recevoir le même jour le sous-diaconat.

Mgr Rey veut briser le tabou sur l'avortement
Download PDF
Un colloque sur les enjeux éthiques soulevés par l’interruption volontaire de grossesse (IVG) est
organisé
à La Castille, par le diocèse de Fréjus-Toulon (Mgr Dominique Rey).

r-copie-3.jpgDans le rapport qu’il a rendu cet été et intitulé Reprendre la main sur les
questions de société
, le député de la Drôme Hervé Mariton a reconnu que l’avortement ne pouvait demeurer un sujet tabou et que la question de l’IVG soit de nouveau abordée sans passion et
sans faux-semblant
. Malgré une diffusion massive de la contraception en France, le taux d’IVG reste très important, proportionnellement deux fois plus élevé qu’en Allemagne par exemple. Les
pouvoirs publics ont récemment manifesté leur inquiétude en raison d’un recours accru chez les jeunes femmes de moins de 20 ans.

Deuxièmement, le syndrome postavortement commence à percer la chape de plomb qui le recouvrait : il est aujourd’hui étudié et bien documenté. Enfin, de nombreuses associations font état
d’un manque de liberté dans le choix des femmes confrontées à une grossesse imprévue, un constat qui trouve écho dans les discours de certains médecins pourtant eux-mêmes favorables à
l’IVG. Aucune alternative n’est véritablement proposée, le droit à une information loyale est quasiment inexistant. Autant de raisons qui ont amené à organiser une réunion de travail à La
Castille avec toutes les personnes susceptibles d’être intéressées : professionnels de santé, pharmaciens, juristes, enseignants, éducateurs,… Plusieurs conférenciers nourriront la réflexion des
participants :

  • Mgr Jacques Suaudeau, directeur scientifique de l’Académie pontificale pour la Vie,
  • Caroline Roux, secrétaire de l’Alliance pour les droits de la Vie,
  • le Père Jean-Régis Fropo qui a publié un ouvrage sur le syndrome post-avortement,
  • Cécile Edel, présidente de Choisir la Vie,
  • Pierre-Olivier Arduin, directeur de la commission bioéthique du diocèse. 

Une table ronde finale permettra de donner la parole aux participants et d’ouvrir le débat sur une action possible au niveau local et/ou national. Ce colloque, sous la présidence
de Mgr Dominique Rey se déroulera le 9 janvier 2010
à La Castille. Programme:

  • 9h Accueil de Mgr Rey
  • 9h30 Pierre-Olivier Arduin, Reprendre la main sur les questions de société : et l’IVG ?
  • 9h50 Mgr Jacques Suaudeau, IVG : la bioéthique personnaliste de l’Eglise
  • 10h10 Père Jean-Régis Fropo, IVG : le syndrome postavortement
  • 10h30 Caroline Roux, IVG : réalité et souffrances
  • 10h50 Cécile Edel – Débat suivi du repas.

Une semaine après, le 17, aura lieu à Paris la Marche nationale pour la Vie. Mgr Rey s’y rendra-t-il ? Nous aurons l’occasion d’en reparler. 

P.S. : Je souhaite à mes lecteurs une excellente année 2010. L’actualité épiscopale promet d’être très riche… Merci de votre fidélité.

Les mitres de plomb de Golias à l'honneur chez Perépiscopus
Download PDF

Golias a élu les prélats qu’il n’aime pas. Autant dire que, à l’inverse d’hier, nous les apprécions beaucoup sur ce blog, à commencer par
Sa Sainteté le Pape Benoît XVI, qui reçoit la tiare !

Parmi les évêques français, on note la présence de Mgr Marc Aillet, évêque de Bayonne, qui le mérite bien (voir les multiples occurrences sur ce blog, dans la fonction
recherche
), Mgr Guy Bagnard, évêque d’Ars (voir ici), à
l’honneur en cette année sacerdotale, Mgr Hippolyte Simon, archevêque de Clermont (voir ici), et le cardinal Philippe Barbarin, archevêque de Lyon et Primat des
Gaules.

Nous aurions bien ajouté Mgr Dominique Rey, mais Golias devait en avoir assez de le mettre à l’honneur chaque année…

Félicitations à eux. Et que les autres évêques français les prennent pour exemple.

Quelles solutions face à la crise des vocations ?
Download PDF
Sur son blog, Denis Sureau passe en revues les différentes solutions expérimentées par nos évêques
pour faire face à la crise des voctions sacerdotales :


  • “Face à la pénurie, plusieurs modèles d’organisation (parfois combinés) sont actuellement expérimentés :
  • Le regroupement de paroisses. Cette solution qui a prévalu a vite montré ses limites. Un prêtre peut-il s’occuper de 60 clochers, comme dans le diocèse de Langres ? Le
    diocèse d’Agen
    est passé en dix ans de 420 à 26 paroisses mais dans cinq ans, il n’y aura plus 26 prêtres.
  • Le recrutement massif de diacres. Le diocèse de Saint-Dié (Vosges), qui n’a aucun séminariste et dont la dernière ordination remonte à 2003, a lancé une campagne de recrutement
    de diacres permanents. Les responsables pastoraux ont repéré 70 candidats (hommes mariés, âgés entre 35 et 55 ans) et l’évêque proposera cette mission à 30 d’entre eux. 
  • Le recours aux laïcs. Il est institutionnalisé sous diverses formes dans plusieurs diocèses (Poitiers, Créteil, Tulle, Châlons-en-Champagne…). Des laïcs bénévoles ou salariés
    sont chargés de responsabilités pastorales, les prêtres venant pour administrer les sacrements. Plus largement, on estime que 500 000 laïcs sont actifs dans les paroisses. Mais ce vivier tend
    aussi à s’épuiser. 
  • L’appel aux prêtres étrangers, souvent africains, parfois asiatiques. Une forme d’« immigration choisie » qui n’est pas inépuisable : l’Église d’Afrique a également besoin de
    pasteurs. 
  • L’appel aux communautés nouvelles et traditionnelles. Un choix fait par le diocèse de Fréjus-Toulon, d’abord par Mgr Madec puis par Mgr Rey, et qui a permis d’éviter le
    regroupement des paroisses. Son séminaire compte 80 séminaristes. D’autres diocèses emboitent le pas (Avignon). 
  • La création de pôles missionnaires. Proposition exposée à Lourdes par Mgr Lebrun : abandonner le maillage territorial et créer des pôles missionnaires autour de prêtres vivant
    en communauté. Des équipes itinérantes composées de prêtres, religieux et laïcs mèneraient des missions d’évangélisation auprès de communautés de base animées par des laïcs.”
L'évêque de Laval veut réévangéliser son diocèse
Download PDF

Lors du premier dimanche de l’Avent, le diocèse de Laval a lancé une initiative originale, en distribuant gratuitement 20 000 exemplaires de l’Evangile selon
St Luc et des Actes des Apôtres,
illustrés par 15 œuvres d’art. Les chrétiens sont invités à donner ce livre à quelqu’un de leur entourage (voisin, ami, famille) pour entamer
un dialogue de fond. Mgr Thierry Scherrer, évêque de Laval, explique :



“Ce projet s’enracine dans le synode des évêques d’octobre 2008 à Rome qui avait pour thème ‘La Parole de Dieu dans la vie et la mission de l’Église‘. Il s’agit de
remettre la Parole de Dieu au centre de nos communautés chrétiennes, et de favoriser la rencontre du Christ, qui est présent dans l’Eucharistie et dans l’Ecriture. C’est l’expérience de la
première communauté chrétienne (Ac 2,42). Depuis plusieurs années, nous redécouvrons l’importance de la Parole de Dieu, qui nourrit la foi des chrétiens. Cette distribution de l’Evangile
de Luc doit nous permettre de redécouvrir la force missionnaire et évangélisatrice de la Parole de Dieu
. La Parole a une force missionnaire extraordinaire, elle peut remettre debout des
personnes qui ne se savaient plus aimées. Cette initiative permettra aux chrétiens mayennais de sortir de leurs églises pour annoncer l’Evangile autour d’eux. Pour rejoindre les autres, il faut
aller vers eux. Il n’y a pas de vie chrétienne féconde sans cette amitié avec Dieu puisée dans l’Ecriture. La Parole de Dieu doit changer nos cœurs et nos modes de vie, et nous amener à tisser
une vie chrétienne dans ce diocèse rural”.

Chaque chrétien a reçu hier 2 exemplaires de l’Evangile de St Luc et des Actes des Apôtres : un pour lui-même et un à donner. Un blog
recueillera les impressions et questions des animateurs.

Mgr Vingt-Trois cautionne-t-il le lobby gay dans ses paroisses ?
Download PDF

La paroisse Saint-Merri, dans le IVe arrondissement de Paris, organise ce soir une veillée de prière oecuménique avec des associations défendant
ouvertement l’homosexualité
, comme David et Jonathan. Un pseudo-dialogue, qui s’apparente à du militantisme gay, abordera “la légitimité d’une
visibilité communautaire
“, “le mal être et le rejet latent ou explicite des églises” et “la contradiction et le jugement sur les
nouveaux modes de vie (homoparentalité
)” !

On aurait aimé trouver ce rappel :

L’Église enseigne que le respect envers les personnes homosexuelles ne peut en aucune façon conduire à l’approbation du comportement homosexuel ou à la reconnaissance juridique des
unions homosexuelles
.”

Mais même pas ! Qu’en pense l’archevêque de Paris ?

La repentance de Mgr de Berranger : une attaque contre l'Eglise
Download PDF
Le 19 novembre 2009, le Conseil Représentatif des Instances Juives de France (CRIF) a rendu hommage à l’évêque émérite de Saint-Denis pour son rôle de «
porte-voix » de la Déclaration de repentance des évêques de France en 1997. Le président du CRIF, Richard Prasquier,
a souligné l’importance de la déclaration «qui a mis en lumière le rôle, non pas des individus, mais des institutions». A Drancy, le 30 septembre 1997, Mgr de Berranger lisait la
Déclaration d’une repentance, qui n’est pas “des évêques de France” mais de certains évêques…

Cette manipulation avait été décryptée par Michel de Jaeghere (La Repentance, histoire d’une manipulation). Le
30 septembre 1997, par cette déclaration de Mgr de Berranger, les évêques français ont choisi de jeter l’opprobre sur leurs prédécesseurs, de dévaluer les interventions de l’Eglise
pendant la guerre et le rôle des catholiques dans le sauvetage des juifs. Les évêques polonais avaient également fait une déclaration. Mais là où l’épiscopat polonais parlait de fautes de
certains catholiques”, la déclaration française répète de façon incantatoire les mots “Eglise” et “hiérarchie“. Et c’est bien ce dont se félicite aujourd’hui Richard
Prasquier : par delà la dénonciation de la faiblesse des hommes, il y a la volonté de mettre en cause l’institution. En voici un extrait pour vous en convaincre :



“Dès 1928, le Saint Office avait condamné l’antisémitisme. En 1938, Pie XI déclarait avec force « Spirituellement, nous sommes des sémites ». Mais de quel poids pouvaient peser de telles
condamnations. de quel poids pouvait peser la pensée des quelques théologiens évoqués plus haut par rapport aux stéréotypes antijuifs, constamment répétés
, dont nous retrouvons la trace, même
après 1942, dans des déclarations qui, par ailleurs, ne manquaient pas de courage ? Force est d’admettre en premier lieu le rôle, sinon direct du moins indirect, joué par des lieux communs
antijuifs coupablement entretenus dans le peuple chrétien
, dans le processus historique qui a conduit à la Shoah. En effet, en dépit (et en partie à cause) des racines juives du
christianisme, ainsi que de la fidélité du peuple juif à témoigner du Dieu unique à travers son histoire, la « séparation originelle » surgie dans la seconde moitié du ler siècle a conduit au
divorce, puis à une animosité et une hostilité multiséculaires entre les chrétiens et les juifs
. Sans nier par ailleurs le poids des données sociales, politiques, culturelles, économiques
dans le long itinéraire d’incompréhension et souvent d’antagonisme entre juifs et chrétiens, un des fondements essentiels du débat demeure d’ordre religieux. Cela ne signifie pas que l’on soit en
droit d’établir un lien direct de cause à effet entre ces lieux communs antijuifs et la Shoah, car le dessein nazi d’anéantissement du peuple juif a d’autres sources. Au jugement des
historiens, c’est un fait bien attesté que, pendant des siècles, a prévalu dans le peuple chrétien, jusqu’au Concile Vatican II, une tradition d’antijudaïsme marquant à des niveaux divers la
doctrine et l’enseignement chrétiens, la théologie et l’apologétique, la prédication et la liturgie. Sur ce terreau a fleuri la plante vénéneuse de la haine des juifs
. De là un lourd
héritage aux conséquences difficiles à effacer – jusqu’en notre siècle. De là des plaies toujours vives.”

C’est un véritable réquisitoire contre l’Eglise et plus précisément contre l’Eglise pré-Vatican II. Cette cérémonie de repentance à Drancy a été de fait une cérémonie d’abjuration de
l’enseignement préconciliaire. On est en plein dans l’herméneutique de la rupture dénoncée par Benoît XVI
.

Pour l’honneur de l’Eglise, et de la France, il faut souligner que près de la moitié des évêques français de 1997 ont refusé de se prêter à cette mascarade. Les signataires se sont donc
présentés comme “les évêques d’Ile-de-France” auxquels se sont associés ceux des diocèses où il y avait des camps. Soit 16 évêques.

Le diocèse de Rouen en synode
Download PDF



240 délégués des paroisses et mouvements catholiques du diocèse de Rouen ont participé les 14 et 15 novembre à la première session d’un synode diocésain ouvert le 25 octobre
par l’archevêque de Rouen, Mgr Jean-Charles Descubes. A Rouen, le précédent synode remonte à l’après Concile. Cette fois, l’archevêque de Rouen a souhaité une réflexion
sur les conséquences de la profonde réorganisation de 2005 qui a abouti à des regroupements en 7 doyennés et 56 paroisses
. Le père Alexandre Joly, secrétaire général du synode, rappelle
:

Le diocèse avait alors choisi de définir la paroisse comme une communion de communautés qui repose sur un territoire géographique déterminé et qui reste ouverte à tous ceux qui
frappent à sa porte”.

Le diocèse de Rouen sous l’impulsion de Mgr Joseph Duval avait alors pris quelque distance avec le droit canonique qui dit que la paroisse est une «communauté précise de
fidèles
».

Le synode devra répondre à cette question : “Que ferons-nous pour que nos paroisses soient des communions de communautés de disciples du Christ qui vivent et témoignent de l’Evangile
?
” et préciser les moyens : rassemblements, célébrations et responsabilités à mettre en place. En clair : le synode se demande comment il va pouvoir agir au vu de la
raréfaction des prêtres. Les paroisses du diocèse de Rouen sont au travail depuis un an. Il en est sorti un Cahier Synodal. A
charge pour les membres du synode de l’amender.

Après les deux journées de travail de la 1ère session du synode où 144 interventions (de 2 minutes chacune) des délégués ont été enregistrées, des commissions vont travailler. Une 2ème
session se déroulera les 27 et 28 février 2010, et une 3ème le 1er mai 2010.
Le synode sera solennellement clôturé le lundi 24 mai à l’abbatiale Saint-Ouen à Rouen (abbatiale actuellement transformée en ballet équestre). L’archevêque de Rouen
aura alors 5 mois de réflexion pour promulguer les « déclarations et décrets » du synode.

Le diocèse compte 143 prêtres, dont 107 en activité (79 ont moins de 75 ans et 13 moins de 40 ans) et 12 séminaristes. Reste à savoir si l’appel à des prêtres membres d’instituts sera évoqué,
ainsi que la création de paroisses personnelles, comme l’encourage le motu proprio Summorum Pontificum.

Mgr Castet s'engage pour la vie dans son diocèse
Download PDF

Mgr Castet a décidé de célébrer chaque samedi (à partir du 5 décembre) à 9h00 une Messe pour la Vie dans sa cathédrale à Luçon.

Le diocèse de Lyon fête l'Aïd-el-Kébir
Download PDF


Une page du site internet
du diocèse de Mgr Barbarin est consacrée à l’Aïd. Mais contrairement à Mgr Dubost,
évêque d’Evry, le diocèse de Lyon précise que le sacrifice d’Abraham dans le Coran est bien différent à celui de la Bible :

  • “La fête du sacrifice commémore la soumission d’Abraham à Allah, lorsque le patriarche était prêt à sacrifier à Allah son fils Ismaël (selon les musulmans, puisque que dans la
    tradition biblique il s’agit d’Isaac) sur son ordre.”
Pourquoi les cloches ont-elles sonné vendredi ?
Download PDF
Les évêques de Strasbourg, Mgr Jean-Pierre
Grallet
(Archevêque de Strasbourg), Mgr Christian Kratz (Evêque auxiliaire de Strasbourg), Mgr Vincent Jordy (Evêque auxilliaire), ont fait sonner les cloches de toutes les
églises du diocèse, vendredi. Pourquoi ?
  • Pour fêter l’Aïd-el-Kébir ?
  • Pour l’entrée dans le temps de l’Avent ? Un vendredi…

Renseignement pris, les cloches ont sonné pour entrer dans le temps de l’Avent marqué par… l’ouverture des marchés
de Noël dans les grandes villes alsaciennes
. Ainsi participe-t-on au mercantilisme.

Mgr Rouet accuse l'Eglise
Download PDF

Dans une vidéo, datée du 8 novembre celle-là, l’évêque de Poitiers continue son attaque de l’Eglise. Lisez plutôt :


“Il y a trois problèmes de fond qui traversent l’Église de France. […] 1er problème de fond, c’est le manque [de prêtres]. Ou bien le manque est une catastrophe
et il faut à tout prix le combler. […] Ou bien le manque est une chance que je crois, c’est la chance de créer autre chose, de faire autrement, et on avance jamais par les pauvretés, que
toute restauration, retour à un état antérieur, est voué à l’échec, parce que nous ne sommes plus dans un temps ni une société d’hier. Donc inventons, je ne prétends pas avoir trouvé le
fil à couper le beurre. Je ne prétends pas avoir le modèle unique mais je dis : c’est au moins une grande chance de pouvoir vivre en Europe, en France, ce que vivent les milliers et milliers
d’Africains, de Sud-Américains ou d’Asiatiques. Donc le manque nous divise. Je prends comme une incitation de l’Esprit à créer autre chose. [à savoir : remplacer les prêtres par des
laïcs, on connaît la chanson
]

Le deuxième défi touche l’évangélisation. […] Si vous vous voulez mettre la ville de Niort à feu et à sang, faites une procession à Niort, la ville des assurances et des
mutuelles, à tous les coups, vous allez réanimer la libre-pensée, la franc-maçonnerie et tous les opposants. [Donc surtout, face aux christianophobes, faire profile
bas
…] […]

Le troisième débat touche : qu’est-ce que l’Église peut recevoir du monde ? Alors je m’explique par les exemples : la féodalité s’est effondrée. Les terriers [ancêtres des
cadastres
], ici, en Poitou, ont gardé des serfs « S.E.R. » (sic) et pas « C.E.R…S. » (sic), servus, esclave. Ce n’était pas le statut d’esclaves, c’étaient des gens qui avaient une
semi-liberté. C’est l’Église. Et s’il y a eu des révoltes contre les propriétés ecclésiastiques, c’est que l’Église était la dernière de toutes les réalités sociales à avoir conservé le
servage
. Lorsqu’en 1848, Schoelcher – Victor Schoelcher – a réussi à faire supprimer l’esclavage, on ne peut pas dire que les cathos étaient aux premières lignes. Sur la condition féminine
aujourd’hui, et aussi bien que sur l’engagement écologique, on n’a pas été les premiers à prendre la course
. [Tout ceci est parfaitement faux, Mgr Rouet reprenant à son compte un certain
nombre d’erreurs propagées par des gens peu catholiques, comme Renan. L’Eglise, par la voix de St Paul, puis des papes, a été la première à s’exprimer sur l’esclavage, comme sur le respect de la
femme et de l’environnement, encore aujourd’hui.
]

Mgr Rouet aura 74 ans en janvier. Encore une année avant sa démission.

Solidarité épiscopale
Download PDF

La Cour européenne des droits de l’homme (CEDH) a récemment jugé la présence de crucifix à l’école contraire au droit des parents d’éduquer leurs enfants selon leurs convictions et au droit des
enfants à la liberté de religion, en Italie. Cette décision a provoqué une vague de protestation.

Dernière en date, vendredi, les évêques “ont protesté contre le verdict de la Cour européenne des droits de l’homme à Strasbourg concernant le symbole de la croix“.
Selon les évêques, le crucifix “n’est pas seulement un signe sacré pour chaque chrétien, mais aussi un élément important de l’identité culturelle européenne, présent dans les symboles
nationaux de beaucoup de pays et organisations
“.

Si la décision de la CEDH concerne l’Italie, elle pourrait concerner demain, un autre pays.

C’est pourquoi les évêques ont réagi. Les évêques… polonais, réunis au sanctuaire marial de Czestochowa en
Conférence épiscopale jeudi.

Quant aux évêques français, on ne les entends pas souvent critiquer les discussions scandaleuses des institutions européennes.

Traduire le site »