Popularité du pape François…

Download PDF

Pour les uns, le pape François est très populaire. Pour les autres, beaucoup moins… Il y a des faits mesurables qui permettent d’évaluer la popularité du Souverain Pontife. La baisse continuelle du nombre de fidèles présents place Saint-Pierre lors des audiences publiques du mercredi, sembleraient appuyer la thèse d’une baisse de la popularité. Une autre anecdote va aussi dans ce sens. Nick Sentovich est un jeune séminariste étatsunien en troisième année au Pontifical North American College de Rome. Comme tous les séminaristes de troisième année ont lui a proposé de participer à la messe de la vigile de Noël célébrée par le pape François dans la basilique Saint-Pierre. Habituellement le Saint-Siège procède à un tirage au sort pour déterminer les séminaristes qui seront de service. Comme très peu de séminaristes ont manifesté de l’intérêt à être présents à la basilique, tous ceux qui ont proposé leurs services ont été acceptés…

42 comments

  1. Rébécca

    Les fidèles cherchent …. ils cherchent leur Chemin de rédemption, ils cherchent le sens de leur vie, ils cherchent la vérité … au quotidien, ils sont comme des agneaux au milieu des loups cherchant presque désespérément Jésus.
    Le Pape François nous invite jour après jour sur cette voie où le Christ se rend présent à chaque instant de notre vie, toujours miséricordieux, notre Libérateur (notre Seigneur et Dieu) se révèle à ceux qui le cherchent.

    Les séminaristes ont (sûrement) rencontré le BonDieu, le combat spirituel qu’implique cette rencontre est long et fastidieux…le Chemin de conversion, ils le vivent au quotidien (je suppose) alors c’est réellement un bon signe qu’ils ne tiennent pas forcément à se mêler à la foule pour ( je l’éspère) se retrouver plutôt dans un cœur à cœur avec le Christ afin d’enraciner leur vie sacramentelle … prions pour eux … bientôt ce seront eux qui nous donneront le BonDieu ( qu’ils auront commencé par recevoir).

  2. RICHARD

    pour moi il est de moins en moins populaire chez les catholiques, car il se préoccupe plus des migrants musulmans que des chrétiens d’orient qui sont tués, martyrisés et qui ne peuvent plus vivre dans leur pays !! pour moi ce n’est pas le pape qu’il fallait à ce moment précis !

    • Frannot

      Je ne peux oublier ces chrétiens syriens qui demandaient s’il fallait qu’ils se convertissent à l’islam pour que le pape s’intéresse à eux.

  3. Jacques

    Une chose est sûre en tout cas, c’est que le pape actuel ne peut pas être populaire auprès des gens honnêtes, car lui-même ne l’est pas.

    Cela est illustré tristement par la manière dont le pape s’y prend pour tenter de faire passer dans l’Eglise, par une démarche odieusement tortueuse, sa révolution sur la communion aux personnes divorcées remariées ne pratiquant pas la continence.Voici les étapes de cette progression aussi sournoise qu’obstinée dont le spectacle nous est odieusement offert:

    .d’abord l’apparition de l’apostasie en cause, mais de manière implicite et par la plus petite porte possible, celle d’une simple note de bas de page dans un chapitre d’Amoris laetitia, histoire de commencer d’inoculer le poison, mais de manière aussi ambiguë que possible, pour éviter les remous en permettant aux bonnes âmes de rassurer faussement le bon peuple catholique avec la chanson de la fameuse herméneutique de la continuité. .

    .puis, l’approbation donnée dans une lettre privée à la démarche adoptée par les évêques d’un diocèse d’Argentine, ce qui laisse de moins en moins de doute sur la volonté hérétique du pape, mais ce dernier prenant soin quand même de se garder de tout énoncé explicite de son projet hérétique, l’approbation donnée à la démarche des évêques d’Argentine étant seulement globale.

    ..puis, publication de la dite lettre dans un organe officiel, quand même!!!,mais on s’ était bien gardé de le faire tout de suite…, pour brouiller les pistes.

    . ensuite, après de nombreux mois de débats dans l’Eglise suscités par cette affaire, tentative de donner à cette lettre, au travers d’une utilisation faussée de la procédure du rescrit, une portée magistérielle qui déclencherait une obligation d’assentiment par les fidèles. On note le caractère rocambolesque et scandaleux de la procédure, car, comme on l’a dit, la lettre à laquelle on prétend donner une valeur magistérielle est exempte de tout énoncé explicite. Voilà donc le peuple catholique sommé d’adhérer à quelque chose que son chef s’est bien gardé, et pour cause car la contradiction avec le Catéchisme aurait sauté aux yeux, d’énoncer. On atteint le sommet du banditisme intellectuel.

    Il faut ajouter la non réponse aux dubia.

    Il faut ajouter les changements de statuts et d’objets d’institutions comme l’Institut Jean Paul II, avec pour effet d’en dénaturer complètement la finalité et de faire passer par nuit et brouillard les intentions de leurs fondateurs, comme Jean-Paul II qu’on venait justement de canoniser.

    Il faut ajouter les purges

    Il faut ajouter le climat entretenu de délations

    Il faut ajouter les paroles insultantes, brutales, fielleuses, vis-à-vis des membres de la Curie, et, plus horrible encore, les propos de menaces et d’intimidation, tout cela au grand jour devant l’opinion, cette fois sans se cacher!!!.

    Quand on vous parle de malhonnêté…

    Le plus stupéfiant, et à la vérité révoltant, dans tout cela, c’est face à cela, l’attitude impavide de la très très grande majorité des cardinaux et des évêques, à des exceptions notables, et même éminentes, près mais qu’on compte sur les doigts des deux mains pour ne pas dire d’une seule. Il faut avoir le cœur bien accroché et se tenir au bastingage, car c’est à vomir

    Elle est belle, l’ Eglise en ce moment…Cela va durer combien de temps, comme ça?

    • Rébécca

      Comme vous y allez Jacques ! …
      Le Pape François nous envoie sur notre Chemin de conversion, pour notre rédemption !
      Il a souci des brebis perdues …perdues de chez perdues ! (Pourquoi en être jaloux ?)
      . Celles qui vivent l’offrande de leur vie, à fortiori lorsq’elles vivent cette offrande dans leur chair, le lien qui les unit à Dieu est direct …nos prières vont vers le BonDieu pour elles mais c’est leur martyre qui contribue à notre sanctification …à la sanctification de l’Eglise ! ( le Pape est loin de négliger cela)

      La Vie éternelle commence ici bas et aujourd’hui ( si l’on accepte d’accomplir la Volonté du Père) …c’est un long combat spirituel… chaque jour le Pape nous en rappelle les exigences, merci à lui.
      Les faux-semblants et les illusions n’ont pas de place dans ses interventions, au contraire, il fait face à la réalité et nous invite à nous préparer réellement ( en profondeur) pour accueillir le BonDieu …et vivre de Sa Grâce en étant, nous même porteur de Dieu pour nos frères (notamment les plus démunis) l

  4. Frannot

    … et il est allé en Birmanie pour se soucier… du sort de musulmans (dont on a oublié de nous rappeler toutes les exactions qu’ils avaient antérieurement commises dans ce pays ! Ce qui ne justifie pas mais explique la situation )

  5. Hervé Soulié

    Guère étonnante, cette baisse de popularité.
    François Bergoglio apparaît de moins en moins comme le pasteur des catholiques du monde, mais de plus en plus comme le chef d’une super-ONG, préoccupé qu’il est surtout de l’avenir des migrants et de l’islam (les Rohingyas….).
    Et puis il y a sa prise de distance avec les Evangiles comme avec l’enseignement de l’Eglise sur des sujets importants comme le montre son texte Amoris Laetitia.
    Mais au-delà de tout cela, on est en droit de s’interroger sue la portée de sa “popularité” : popularité auprès de qui ?
    En vérité des médias, essentiellement, et généralement des gens plus attachés au socialisme qu’au christianisme.

    • Rébécca

      Non, le Pape ne prend pas de distance avec l’Evangile ! Il le vit en esprit et en vérité …et nous invite nous catholiques à faire de même.

  6. Rascol

    C’est pathétique de constater comment les catholiques…disons traditionnels qui s’expriment sur ce blog cherchent à se rassurer en prenant leurs désirs pour des réalités. Qu’ils le veuillent ou non, l’Eglise est “semper reformanda”. Ils ne sont qu’au début de leurs déconvenues: l’Esprit Saint n’a pas fini de nous surprendre !

  7. Marie-Christine

    Merci jacques.

    Merci Jacques pour cette analyse lucide et absolument incontestable que vous avez produite.

    Quand on voit cela, on se dit vraiment que, pour ne pas être gêné par tant de sournoiserie et de brutalité combinées, en fait, finalement, tant de mensonge, il faudrait avoir soi-même un esprit dépravé quelque part.

    La gravité et la honte de la situation sont totalement, radicalement, absolument, définitivement impossibles à nier.

  8. PAUL

    Avec ce pape, le monde catholique est entrée dans une période de nuit et brouillard qui surprend et attriste. Je ne peux que constater une attitude de profond mépris vis-à-vis de toutes ces familles chrétiennes d’Europe qui ont eu à cœur de transmette la foi de génération en génération. Beaucoup de leçons de morale, sur l’accueil des migrants évidemment. Mais une faiblesse criante en matière de production théologique, qui contraste cruellement avec la multitude et la richesse des textes signés par Jean Paul II et Benoît XVI. A se demander ce que ce pape a retiré de la formation donnée aux jésuites qui est pourtant réputée très poussée. L’attention donnée aux catholiques des autres continents est-elle pour autant plus forte? Je n’en suis pas certain si j’en juge la propension de François à visiter des pays (Egypte, Bangladesh) où les chrétiens sont très minoritaires. Et que dire de l’absence de voix face au martyr des chrétiens d’Orient? Face à ce naufrage, il faut prier et aussi se rappeler que l’église de Pierre en a vu bien d’autre depuis deux mille ans.

    • Nicolas

      L’Eglise en a vu d’autre en 2000 ans mais jamais à ce niveau là. La barque de Pierre coule et va bientôt sombrer totalement. Et c’est quand tout sera humainement perdu que Dieu va en surprendre plus d’un.

    • Rébécca

      Mais non Paul ! Les familles chrétiennes n’attendent pas de l’attention pour elles même, vous ne vous imaginez pas à quel point les paroles du Pape François nous aident à cheminer dans la Foi ….avec elles nous découvrons ou confirmons le sens de notre vie ici bas . Cela n’enlève rien à la Théo-logique …au contraire, elles nous invitent à mettre en pratique notre Foi .
      Oui, la tempête fait rage mais, si nous sommes dans la barque avec Jésus, souvenons nous :

      38 Lui dormait sur le coussin à l’arrière. Les disciples le réveillent et lui disent : « Maître, nous sommes perdus ; cela ne te fait rien ? »
      39 Réveillé, il menaça le vent et dit à la mer : « Silence, tais-toi ! » Le vent tomba, et il se fit un grand calme.
      40 Jésus leur dit : « Pourquoi êtes-vous si craintifs ? N’avez-vous pas encore la foi ? »

      Nos enfants nous voient vivre notre foi …. c’est ainsi qu’ils se préparent à la recevoir .

  9. Henri

    A Rascol
    Vous employez le “semper reformanda ” en tordant le sens: il s’agit de se convertir et non de rompre avec la Parole du Christ, vous le savez très bien. Or ceque veut le pape actuel n’ est pas de l’ordre de la saine réforme nécessaire. Ce sont des ruptures hérétiques dont il n’y a absolument aucun précédent dans l’histoire de l’Eglise. Et pour cause: L’Eglise n’a aucune légitimité à s’éloigner de la parole du Seigneur. Ce n’est pas un vain mot quand on parle de l’enseignement permanent de l’Eglise.

    D’ailleurs, lisez attentivement le post très intéressant de Jacques. C’est très intéressant, car on y voit la manifestation indubitable de ce que le pape actuel cache ses projets tout en les poussant. Pourquoi les cache-t-il? Tout simplement parce qu’il ne peut pas les énoncer en clair. Il ne peut pas les énoncer en clair parce que cela ferait apparaître en pleine lumière qu’il rompt avec l’enseignement permanent de l’Eglise fondé sur l’Ecriture.

    Comment le pape pourrait-il avouer en clair qu’il juge possible de donner la communion et l’absolution à des personnes divorcées et remariées ne pratiquant pas la continence, alors que le Catéchisme et saint Jean-Paul II disent TRES EXACTEMENT l’inverse, et en fondant leur position sur l’Ecriture même. Donc le pape actuel se garde de tout énoncé explicite, et il se débrouille très habilement pour faire quand même comprendre, sans le dire, ce qu’il veut. C’est malhonnête. Si sa position était juste, rien ne s’opposerait à ce qu’il l’énonce en clair.

    Ce qui est gênant avec les défenseurs de la malhonnêteté du pape actuel, c’est qu’on ne peut pas dialoguer avec eux car ils sont malhonnêtes eux-mêmes, en affirmant péremptoirement des choses sans ce soucier du tout d’apporter la preuve du bien-fondé de ce qu’ils avancent. Ce n’est pas le cas de ceux que vous appelez les “catholiques ….disons traditionnels” ( au passage, on voit bien votre attaque implicite avec votre formulation, qui a l’air de dire :”je n’en dis pas plus pour rester poli”), qui ont le souci d’apporter les preuves de ce qu’ils avancent. Vous vous gardez-bien de leur répondre avec la même précision, la même rigueur qu’eux, tout simplement parce que vous ne le pouvez pas, c’est comme le pape actuel.

    Tenez: j’ai envie de vous dire: que pouvez-vous répondre précisément à la critique que fait Jacques, faits incontestables à l’appui, sur la méthode du pape actuel consistant à pousser tout en cachant. En particulier, qu’ avez-vous à dire sur ce toupet incroyable consistant à donner le sceau magistériel à quelque chose qui n’est même pas énoncé!!!!! Autrement dit, on donne l’ordre aux membres de l’Eglise de donner leur assentiment à quelque chose qu’on n’ose même pas énoncer!!!!. Expliquez-nous, mais expliquez-nous vraiment, précisément, comment vous faites pour ne pas être choqué par une pareille manœuvre?

    Merci Jacques d’avoir pointé aussi clairement ces aberrations. Ceci étant, convaincre face à la mauvais foi est difficile, peut-être impossible. Chateaubriand le disait déjà.

    • Rascol

      A Jacques .
      Et vous croyez qu’il est facile de discuter avec les gens qui pensent que rien ne doit changer ? Contrairement à ce que vous pensez, l’Eglise s’est toujours réformée , parce qu’elle sait que la Révélation ne peut pas être perçue de la même façon au IIIe et au XVIe siècle, en Europe et en Chine. Vatican II dit le contraire du Syllabus de Pie IX sur bien des points. Et accuser le pape de malhonnêteté ne déshonore que vous.

  10. Bernard

    Je trouve que Tite pose une question importante, en disant, à propos du pape actuel : « Cet homme est-il un idiot ou un déséquilibré ? ». Il dit que cette question le « taraude » depuis le début de son pontificat.

    Je dois dire que moi aussi, ça me taraude. C’est vrai qu’il y a dans l’incohérence et dans la déraison permanentes de ses propos et des positions qu’il défend (d’ailleurs souvent en les cachant : cf l’analyse de Jacques ci-dessus) quelque chose qui justifie de parler d’idiotie et aussi d’ailleurs de déséquilibre, mais il y a quand même risque de malentendu si l’on retient ces termes, car si idiotie ou déséquilibre il y a, il s’agit seulement d’une idiotie ou d’un déséquilibre objectifs, c’est-à-dire en tant , et en tant seulement, qu’apparaissant dans les propos tenus ou dans les positions défendues, mais pas d’une idiotie ou d’un déséquilibre de la personnalité elle-même.

    Pour la personnalité elle-même, il serait plus approprié de parler de manque de jugement et d’aveuglement que d’idiotie ou de déséquilibre. Et encore, il faut aller plus loin dans la précision et dans la nuance. Car le manque de jugement et l’aveuglement se traduisent sur le fond des positions défendues, mais pas du tout, bien au contraire, sur la stratégie mise en œuvre pour faire prévaloir dans l’Eglise les positions concernées. Car sur la stratégie, le pape est au contraire d’une habileté exceptionnelle, époustouflante, comme on le constate en considérant les résultats obtenus. Car ce pape aura réussi une prouesse : celle de faire « gober » une hérésie en l’espace d’un ou deux ans à la quasi-totalité des membres de l’Eglise, membres du clergé, cardinaux et évêques en tête (les exceptions les concernant, étant éminentes, mais rarissimes) et laïcs. Il fallait quand même réussir à faire accepter par tous ou presque tous une rupture dans l’enseignement de l’Eglise, alors que cet enseignement était demeuré permanent depuis 2000 ans, comme il doit l’être puisqu’il n’a d’autre fondement que l’Ecriture. Salut l’artiste ! Avoir réussi à faire admettre par tous ou presque tous une position radicalement contraire à ce qui est énoncé en toute clarté dans le Catéchisme, et a été réaffirmé par un pape, Jean-Paul II, que l’on vient justement de canoniser, c’est quand même un exploit extraordinaire !

    Mais comment expliquer tout cela : d’un côté un aveuglement sur le fond, de l’autre, une efficacité et une habileté stupéfiantes ? En réalité, c’est tout simple. Une expression bien consacrée nous met d’ailleurs sur la voie, car comment désigne-ton, souvent, une habileté à la fois extrême et tournée vers l’erreur ? C’est une habileté diabolique. Et bien voilà, bien évidemment, la clé de l’énigme. C’est le diable qui est ici l’inspirateur.

    Il est raisonnable de retenir ce diagnostic-là. Tout y porte. L’habileté diabolique, on vient d’en parler, mais on peut aussi parler du mensonge. A cet égard, l’analyse de Jacques, ci-dessus, est tout à fait éclairante et convaincante. Or, ne dit-on pas que le diable est le prince du mensonge ? Il parait plus que raisonnable de penser que le diable est effectivement à l’œuvre dans ce que nous observons. En fait, refuser de voir là l’œuvre du diable, ce serait un peu ne pas vouloir croire que le diable existe.

    Alors Rascol va peut-être nous dire que notre propos est ici insultant., et qu’insulter n’est pas évangélique. Mais le Christ n’a-t-il pas lui-même reconnu la présence du diable lorsqu’il a dit : « Arrière Satan» ? Et quant au pape lui-même, il ne s’agit évidemment pas de le juger en notant son aveuglement sous l’inspiration du diable. Personne n’a le droit de juger, et de fait on ne peut sonder les cœurs. Ici, on peut tout à fait penser, et c’est même l’hypothèse la plus raisonnable, que le pape croit vraiment bien faire en défendant la position qu’il défend, et qu’il croit sincèrement agir en l’occurrence pour le bien de l’Eglise, et d’une certaine manière son opiniâtreté dans son entreprise est un signe de courage.

    Au demeurant, d’un mal peut sortir un bien, et la vertu d’espérance nous invite à penser qu’il pourrait bien en être ainsi en l’occurrence. Car le paroxysme de la gravité de la situation étant atteint et manifesté dans le fait que le chef de l’Eglise lui-même est touché, le signal est donné à tous les esprits droits de réagir pour permettre que l’Eglise se ressaisisse. Et c’est ce qui adviendra si les esprits droits réagissent, et ils le feront.

    • Rascol

      En tout cas, il y a une question que vous n’avez pas à vous poser. En vous demandant si François est “idiot ou déséquilibré” vous insultez le pape et l’Eglise, même sous forme de question. On disait la même chose de François d’Assise quand il a quitté ses vêtements en public et que l’évêque l’a revêtu de sa chape.

  11. Rébécca

    Henri, Jacques, Tite …
    Qu’est ce qui vous choque ?
    …..Son infinie miséricorde ? Sa tendresse pour le peuple ? Sa compassion pour les victimes ? Ses offrandes pour les plus démunis ? Sa recherche des brebis perdues ? Ses attentions auprès des pauvres pécheurs ? …. ou ses exigences pour les “disciples” ? Son refus des “pharisiens” (faites ce qu’ils disent mais pas ce qu’ils font) ? Et ses appels à la sainteté pour tous ?

    En tout cela il n’est pas le premier, les saints l’ont précédé …et en premier le Christ ; d’ailleurs tout ça ne vient pas de lui mais de Celui qu’il a commencé par contempler : Son Seigneur et notre Dieu .

    Rappelons nous ces paroles d’Isaie (55,8-9)
    “Car mes pensées ne sont pas vos pensées, et vos chemins ne sont pas mes chemins, – oracle du Seigneur.
    Autant le ciel est élevé au-dessus de la terre, autant mes chemins sont élevés au-dessus de vos chemins, et mes pensées, au-dessus de vos pensées.”

    Ce qui est triste c’est de vous voir vous fermer à l’action salvatrice du BonDieu à travers la voix et les mains du Pape François .

    Henri, pour répondre à votre dernière question, si je puis me permettre Rascol, j’interprète les évènements de cette façon là : nous sommes dans la situation de la “multiplication des pains”

    (Relire Matthieu 14, 13-21…) si nous transposons, nous pouvons dire que les chrétiens (les disciples) ont de la compassion pour ces foules cherchant Jésus mais ils veulent les renvoyer (comme vous actuellement voulez renvoyer les personnes adultères) . Le Pape à la suite de Jésus dit aux Pasteurs : “Ils n’ont pas besoin de s’en aller. Donnez-leur vous même à manger” .. Mais nous n’avons pas ce pouvoir ! rétorquerez vous … alors offrons le peu que nous avons (du temps, de l’attention) à Jésus, et Lui bénira notre offrande, Jésus veut passer par Son Eglise pour nourrir la foule … le Pape nous réveille ou nous révèle notre responsabilité vis à vis des foules qui cherchent Jésus .

  12. Jacques

    A Rebecca et Rascol

    On peut rendre hommage à votre constance dans la défense du pape, d’autant plus remarquable que vous ne ménagez pas votre peine pour le défendre y compris dans des contextes plutôt éloignés, en majorité, de vos idées. On peut rendre hommage aussi à votre courtoisie, même votre bienveillance à l’égard des personnes, qui a quelque chose d’évangélique, face à des points de vue très différents des vôtres.

    Tout cela est vrai, mais quand même, sur un autre plan, on a vraiment envie de vous demander avec quelque insistance, comment vous faites pour ne pas vous sentir gêné à défendre ce qui est raisonnablement absolument impossible à défendre. Pourriez-vous, par exemple, vous demander vraiment quelle réponse vous pouvez apporter rien que par rapport à deux questions :

    PREMIEREMENT, saint Jean-Paul II ainsi que le Catéchisme comportent des énoncés d’une clarté limpide sur l’impossibilité de communier lorsqu’on est divorcé remarié et sans la volonté de pratiquer la continence. Ainsi pour saint Jean-Paul II : « L’Église (…) réaffirme sa discipline, fondée sur l’Ecriture Sainte, selon laquelle elle ne peut admettre à la communion eucharistique les divorcés remariés. (…) La réconciliation par le sacrement de pénitence ‒ qui ouvrirait la voie au sacrement de l’Eucharistie – ne peut être accordée qu’à ceux qui se sont repentis d’avoir violé le signe de l’Alliance et de la fidélité au Christ et sont sincèrement disposés à une forme de vie qui ne soit plus en contradiction avec l’indissolubilité du mariage. Cela implique concrètement que, lorsque l’homme et la femme ne peuvent pas, pour de graves motifs – par exemple l’éducation des enfants – remplir l’obligation de la séparation, ils prennent l’engagement de vivre en complète continence, c’est-à-dire en s’abstenant des actes réservés aux époux. » (FC, n°84). Et ainsi pour le Catéchisme : « Si les divorcés sont remariés ils se trouvent dans une situation qui contrevient objectivement à la loi de Dieu. Dès lors ils ne peuvent pas accéder à la communion eucharistique , aussi longtemps que perdure cette situation. (…). La réconciliation par le sacrement de la Pénitence ne peut être accordée qu’à ceux qui se sont repentis d’avoir violé le signe de l’alliance et de la fidélité au Christ, et se sont engagés à vivre dans une continence complète. » (CEC, n°.1650).

    Le pape, sans le dire clairement il est vrai (cf le point 2 ci-après) promeut le fait de donner dans certains cas la communion aux divorcés remariés y compris ne pratiquant pas la continence. La contradiction est parfaitement incontestable avec les deux énoncés qui ont précédé. La question est dès lors: CETTE CONTRADICTION NE VOUS POSE-T-ELLE PAS PROBLEME, ALORS MEME QU’ELLE IMPLIQUE DE CONSIDÉRER QUE, SI L’ON SUIT LE PAPE ACTUEL, SANT JEAN-PAUL II ET L’ÉGLISE DEPUIS 2000 ANS SE SONT TROMPÉS ? Ne répondez-pas : « Ah, mais il faut bien que l’Eglise évolue », car à supposer même que vous ayez raison de dire cela jusqu’à pouvoir l’appliquer au débat en cause, ce qui n’est d’ailleurs pas le cas, cette réponse de votre part éluderait complètement la question qui vous est posée, car justement, saint Jean-Paul II dit bien que sur la discipline en cause, une évolution n’est pas possible car elle est fondée sur l’Écriture. Donc oui, pour suivre la position du pape actuel, il faut bel et bien s’opposer clairement à celle de Jean-Paul II, lequel au demeurant ne s’est nullement trompé car il est tout à fait vrai que l’Écriture apporte les prémisses qui fondent la discipline actuelle. Ces prémisses fondatrices de la discipline en cause sont d’ailleurs bien rappelées dans le Catéchisme.

    DEUXIEMEMENT, comme Jacques le montre ci-dessus très clairement, le pape actuel promeut son projet sans jamais l’énoncer, en tout cas jusqu’ici alors qu’il le pousse depuis presque deux ans maintenant .La question est cette fois : CELA NE VOUS GÊNE-T-IL PAS DE SOUTENIR UN PAPE QUI PROMEUT A FOND UNE POSITION, JUSQU’À FAIRE OBLIGATION AUX FIDELES DE LUI DONNER LEUR ASSENTIMENT EN PRÉTENDANT CONFÉRER A SA POSITION VALEUR MAGISTÉRIELLE, SANS POUR AUTANT ÉNONCER CLAIREMENT LA POSITION EN CAUSE ? CAR SI LA POSITION EST SI BONNE ET SI JUSTE, POURQUOI NE PAS LA DIRE ? Comment ce qui est juste pourrait-il être indicible ? Vraiment, nous formulons auprès de vous la requête : posez-vous authentiquement ces questions et donnez-nous la réponse….

    • Rascol

      Avec beaucoup de discernement, on donnera peut-être la communion à des gens en situation irrégulière. Et alors , qu’est-ce qui vous choque ? Qu’on leur donne la même chose qu’aux ouvriers de la première heure ?

    • Rébécca

      Cher Jacques, comme nous le rappelle saint Ignace ce matin : “le principe est la Foi et la perfection est la Charité” …. de cela découle la Justice .
      En ayant comme principe la loi on oublie l’action de l’Esprit d’Amour (qui nous dépasse en tous points, même s’Il passe par notre petite vie, Il met tout en œuvre dans un seul but : la rédemption de chacun) Il transcende notre vie .
      Pour répondre à votre première question, les lois demeurent des repères incontestables mais pour que les Hommes en comprennent le sens ( c’est dans un esprit de liberté que le Seigneur nous éduque) et les suivent, il est nécessaire qu’ils aient reçu la Foi ! … Le Seigneur désire que nous choisissions Librement de Le suivre ( parfois je me dis comme vous, ce serait plus simple si on obéissait à la loi et basta) … Le Pape François invite les Pasteurs (Évêques, Prêtres …) à “ne pas laisser s’en aller les ‘divorcés remariés ‘ et à les nourrir nous mêmes” c’est un très beau projet qui nécessite d’être créatifs pour les rejoindre et les accompagner sur leur Chemin de conversion… aucun esprit tortueux là dedans !
      Pour la deuxième question, il me semble que la réponse est induite par ce qui précède .
      Vous cherchez les tenants et aboutissants du Pape François ? Ma réponse est : les tenants sont sa Foi, sa confiance en Dieu … ( il s’appuie sur la Pierre d’Angle, Jésus Christ Lui même) , ses actions sont prières et Charité, et les aboutissants veulent être ceux du BonDieu : la rédemption de tous les Hommes et la sainte Eglise de Dieu .
      Voilà ce qui me pousse à témoigner ici, même si je passe pour un troll (dédicace à Bertholin) : Non, je ne cherche pas la polémique mais je ne suis rien sans Celui qui me sanctifie ) et oui, la foi, que j’ai reçue, me fait parfois ‘marcher sur l’eau’…

  13. Bertholin

    Rascol et Rebecca nous montent un bateau (c’est plus facile à deux).

    Les deux trolls tombent à l’eau (merci Aspro !)

    Que reste-t’il ? La Vérité …

    • Riposte Catholique

      @Bertholin

      Évitez de qualifier de “trolls” des personnes qui ne pensent pas comme vous ou dont vous ne pensez pas comme elles. Merci.

  14. Apollos

    Le côté problématique de l’enseignement d’Amoris Laetitia du pape François se situe, je pense, et comme l’a pertinemment rappelé @Jacques, par rapport, entre autres, au catéchisme de l’Eglise catholique (CEC) n°1650. Ce dernier est extrêmement clair :

    “Nombreux sont aujourd’hui, dans bien des pays, les catholiques qui ont recours au divorce selon les lois civiles et qui contractent civilement une nouvelle union. L’Église maintient, par fidélité à la parole de Jésus Christ (” Quiconque répudie sa femme et en épouse une autre, commet un adultère à l’égard de la première ; et si une femme répudie son mari et en épouse un autre, elle commet un adultère ” : Mc 10, 11-12), qu’elle ne peut reconnaître comme valide une nouvelle union, si le premier mariage l’était. Si les divorcés sont remariés civilement, ils se trouvent dans une situation qui contrevient objectivement à la loi de Dieu. Dès lors ils ne peuvent pas accéder à la communion eucharistique, aussi longtemps que persiste cette situation. Pour la même raison ils ne peuvent pas exercer certaines responsabilités ecclésiales. La réconciliation par le sacrement de pénitence ne peut être accordée qu’à ceux qui se sont repentis d’avoir violé le signe de l’Alliance et de la fidélité au Christ, et se sont engagés à vivre dans une continence complète.” (CEC 1650) fin de citation.

    La question qui se pose donc est : le pape François peut-il aller à l’encontre de l’enseignement officiel de l’Eglise qu’il représente ? N’est-ce pas tordre et transgresser/violer un enseignement extrêmement clair (CEC 1650) que d’affirmer, in fine, le contraire en avançant des “exceptions à la règle”, sans doute pour des motifs qui humainement sont très louables ? Peut-on accommoder la loi de Dieu aux désirs/plaisirs de la loi des hommes ? Autrement dit, peut-on tordre, transgresser un enseignement clair de notre Seigneur Jésus-Christ pour faire plaisir aux hommes sous prétexte de charité chrétienne ? N’est-on pas là en pleine contradiction ? Est-ce l’enseignement d’un pape ou l’enseignement de l’Eglise (contenue dans le CEC) qui doit guider le catholique ?

    Une réflexion qui n’engage que moi : nous savons que le pape François est Argentin. L’Argentine hispanophone qui se situe en Amérique du Sud; sous-continent rongé par la corruption et la violence endémiques qui a vu naître la “théologie de la libération” marxisante. Dans quelle mesure notre pape actuel est-il influencé par cette doctrine humaine frelatée qui instrumentalise l’Evangile pour en faire un outil principalement politique, au détriment de la signification spirituelle de l’Evangile ?

  15. Jacques

    A Rébecca et Rascol

    Je trouve que notre dialogue se précise utilement (merci à Riposte d’en offrir l’occasion) et peut donner l’espoir que nous arrivions, sinon peut-être à nous mettre d’accord, du moins à localiser avec précision l’endroit où nous ne sommes pas d’accord et à partir duquel nos chemins divergent….

    Mais nous n’en sommes pas encore tout à fait là. Poursuivons donc, si vous le voulez, cette recherche.

    A Rébécca

    Vous nous dites, A Henri, à moi et à Tite, en parlant du pape (je cite):
    “Qu’est ce qui vous choque ?
    …..Son infinie miséricorde ? Sa tendresse pour le peuple ? Sa compassion pour les victimes ? Ses offrandes pour les plus démunis ? Sa recherche des brebis perdues ? Ses attentions auprès des pauvres pécheurs ? …. ou ses exigences pour les “disciples” ? Son refus des “pharisiens” (faites ce qu’ils disent mais pas ce qu’ils font) ? Et ses appels à la sainteté pour tous ?”

    Ma réponse est très claire: ce n’est rien de tout ce que vous dites qui me choque, bien au contraire, tout ce que vous évoquez est parfait, et inspire en effet le pape François, je n’en disconviens nullement. Mais ce qui me choque, c’est l’idée que tout cela, qui est bon, justifierait de donner la communion à des personnes divorcées remariées et ne pratiquant pas la continence. C’est là, et là seulement mon désaccord, parce que je pense que donner la communion à des personnes divorcées remariées et ne pratiquant pas la continence contredit l’Ecriture (comme il est facile de le démontrer, et je le ferai ici même si vous le souhaitez), et la miséricorde ne saurait impliquer de contredire le message Divin. D’ailleurs , si c’était vrai, saint Jean-Paul II serait quelqu’un dont la miséricorde serait limitée, qui manquerait de tendresse pour le peuple , de compassion pour les victimes, pour les plus démunis, qui ne recherche pas les brebis perdues, qui manque d’attention auprès des pauvres pécheurs,…. qui est sans exigences pour les “disciples”, qui apprécie les pharisiens, qui se garde d’appeler à la sainteté pour tous ?”. Le pensez-vous vraiment? ( Cette question rejoint bien sûr ma première question dans mon post précédent du 32 janvier à 20 h 05).

    A Rascol
    Vous me dites (je cite):
    “Et vous croyez qu’il est facile de discuter avec les gens qui pensent que rien ne doit changer ? Contrairement à ce que vous pensez, l’Eglise s’est toujours réformée , parce qu’elle sait que la Révélation ne peut pas être perçue de la même façon au IIIe et au XVIe siècle, en Europe et en Chine. Vatican II dit le contraire du Syllabus de Pie IX sur bien des points. Et accuser le pape de malhonnêteté ne déshonore que vous.”

    A propos de la malhonnêteté, vous dites qu’on ne doit pas traiter le pape de malhonnête, et vous avez raison, d’ailleurs pour le pape certes, mais aussi pour quiconque, car on ne doit pas juger les personnes. Dont acte. On ne peut juger que les actes.
    Ceci étant, par rapport à votre observation: “Et vous croyez qu’il est facile de discuter avec les gens qui pensent que rien ne doit changer ?” qui fait écho bien sûr à la mienne, laquelle disait qu’on ne pouvait pas discuter avec ceux qui défendent les positions du pape en ” affirmant péremptoirement des choses sans ce soucier du tout d’apporter la preuve du bien-fondé de ce qu’ils avancent”, ma réponse est la suivante.
    Les tenants du maintien de la discipline des sacrements applicable aux divorcés remariés telle qu’elle a été réaffirmée au nom de l’Eglise par saint Jean-Paul II comme fondée sur l’Ecriture, ne posent nullement en principe que rien ne doit changer. C’est faux de dire cela, et je pense que vous le savez très bien. Mais ce qui est fondé sur la parole de Dieu ne doit pas être changé . Certes dans le respect de celle-ci, il y a évidemment place pour beaucoup d’évolutions, et d’évolutions en effet nécessaires. Donc, vous ne pouvez pas dire qu’il est impossible de discuter avec ceux qui sont d’un avis différent du votre sur la question qui nous occupe ici. Nous sommes au contraire tout à fait prêts à discuter avec vous, justement sur la question de savoir si cette discipline découle du message de Dieu ou pas, et à en discuter avec précision, preuves à l’appui. Et on retrouve là ce que je disais moi-même, et que je maintiens, sur l’impossibilité de dialoguer avec ceux qui affirment des choses sans se soucier d’apporter la preuve du bien-fondé de ce qu’ils avancent.
    (On retrouve là aussi le point que je soulevais dans la deuxième question de mon précédent post, du 12 janvier , à 20 h 05 , à savoir celui de la malhonnêteté de la démarche qui consiste à promouvoir une position sans même l’énoncer. On est bien loin ici de voir apportées les preuves du bien-fondé de ce qui est avancé – jusqu’ici, c’est toujours ce que faisaient les papes: ils n’avançaient jamais rien d’important sans donner les références de l’Ecriture sur lesquels ils s’appuyaient – puisque le pape actuel n’énonce même pas ce qu’il promeut!!!! A ce sujet, je rappelle ma question qui était la suivante: vraiment, pour vous, ça ne fait pas problème? )

  16. hermeneias

    La “miséricorde” prêchée par ce pape n’est que de façade et de parole et il ne la pratique pas lui même , pas plus que la collégialité , la “démocratie” dans l’Eglise ou mieux la fraternité .
    Comme le dit un ouvrage publié en italien et en anglais , “il papa dittatore” , sous le pseudonyme de Marcantonio Colonna , ce pape qui fait régner la “terreur” parmi ses proches collaborateurs ressemble facheusement à certains tyrans Sud-américain et s’est , curieusement , d’emblée entouré d’un petit groupe de proches le C8 ou le C9 à l’encontre de toute la grande Tradition où le pape est “primus inter PARES” .

    Il y aurait , d’ailleurs , à dire sur certains des membres de ce curieux C8 coopté .

    Enfin ce pape est applaudi et aime visiblement être applaudi par “le monde” , c’est à dire les puissants du moment qui professent le relativisme métaphysique , moral et religieux et travaillent , par l’immigration massive et le multiculturalisme , à la désintégration des nations , des cultures et des civilisations pour mieux mettre en place de nouveaux pouvoirs supra-nationaux , mondial et tyrannique .
    Les “pauvres” et les “migrants” semblent bien , dans l’affaire , être un alibi et les chrétiens d’orient et d’Afrique comme les chrétiens EUROPEENS semblent , eux , compter bien peu

  17. Bertholin

    Bon alors je vais le dire autrement : cessons la cécité ; “Pierre le Romain”, cela parle à quelqu’un, ici ?
    Pour moi -et beaucoup d’autres- c’est maintenant tellement évident ! Et le message de la Salette, bien sûr que c’est pour AUJOURD’HUI.

    Bien cordialement

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *