« Big Brother » Bill Gates : enregistrer toutes les naissances pour mieux contrôler la natalité

Download PDF

Le grand bienfaiteur de l’humanité, Bill Gates – vous savez bien que lui et sa femme, Melinda, ont créé une Fondation pour améliorer la santé mondiale et réduire la natalité – a eu une nouvelle idée présentée en novembre dernier au Sommet de la « mHealth Alliance », que vient d’évoquer LifeSite. Il propose d’utiliser la technologie des téléphones portables pour enregistrer chaque naissance pour créer une nouvelle base de données pour la vaccination. Il s’agirait de prendre les empreintes digitales du nouveau-né et de consigner son lieu de naissance, ce qui permettrait de mettre en place des « systèmes pour s’assurer que l’immunisation ait bien lieu ». Et des « avertissements » automatiques pour les parents qui « oublieraient » d’amener leur enfant pour une vaccination.

L’idée d’apparence généreuse est de réduire la mortalité infantile. Objectif déjà partiellement atteint depuis 1960 : on enregistrait alors 20 millions de décès d’enfants avant leur 5e anniversaire, contre 8,5 millions « seulement » aujourd’hui. Gates attribue ce succès à la vaccination des bébés pour les deux tiers, le tiers restant de vies sauvées étant liées à une amélioration de la situation matérielle des parents, selon lui.

Mais l’objectif principal n’est pas en fait de réduire la souffrance des enfants et la tristesse des parents : pour Bill Gates, le bienfait recherché serait une baisse de la natalité. Il a expliqué devant un parterre de 2.000 personnes que les parents ont davantage d’enfants lorsque le taux de mortalité infantile est élevé, il suffit donc de réduire la mortalité pour assurer un taux de natalité plus bas comme on l’a constaté dans l’Occident urbanisé où il est tombé sous le taux de remplacement des populations (le but à atteindre ?).

La Bill and Melinda Gates Foundation finance généreusement le Planning familial et le Fonds des Nations unies pour la population (FNUAP).

En ce qui concerne les campagnes de vaccination, rappelle LifeSite, des cas bien documentés attestent de leur utilisation pour assurer discrètement des stérilisations féminines : ainsi la Cour suprême des Philippines a établi en 1995 que des vaccins anti-tétaniques utilisés lors d’une campagne d’UNICEF contenaient des beta-hCG, qui, administrés de cette façon, conduisent le corps féminin à considérer l’hormone de la grossesse comme un envahisseur lors d’une éventuelle grossesse ultérieure et à la rejeter, et donc à les rendre pratiquement stériles. 3 millions de femmes en âge de procréer avaient reçu ces vaccins lors de campagnes qui les visaient spécifiquement, alors que les hommes étaient deux fois plus nombreux à mourir du tétanos…

La mHealth Alliance où Bill Gates a bénéficié d’une assistance aussi nombreuse et attentive est une création de la Fondation des Nations unies, de la Fondation Rockefeller, et de la Fondation Vodafone qui l’ont lancée en 2009 pour utiliser la puissance des technologies sans fil pour améliorer les questions de santé dans les pays à revenus moyens ou pauvres. Le plan d’aide d’urgence des Présidents des Etats-Unis l’ont rejointe, puis Hewlett Packard en 2010.

Bien sûr, comme tous ces programmes, celui de mHealth propose des solutions et des aides qui sont réellement capables d’aider, de secourir et de soigner. Mais ici avec la certitude que la plupart des donateurs sont des promoteurs de la réduction de la population mondiale par le contrôle de la population, et avec l’idée inquiétante d’une sorte de « mise en ligne » mondiale des données de santé, ce qui est pour le moins à double tranchant.

© leblogdejeannesmits.

1 comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *