« Mariages » gay en Argentine : on se précipite

Download PDF

Samedi, le premier « mariage » entre deux femmes a été célébré à Rio Gallegos en Argentine, militantes gay et cohabitant depuis 16 ans qui ont ainsi gagné la course pour constituer la premier paire lesbienne à profiter de la légalisation du mariage en Argentine, non plus entre un homme et une femme, mais entre deux « cocontractants » indéfinis.

Deux Chiliens, Giorgio Nocentino et Jaime Zapata, avait obtenu de se marier à 0 h 09 du samedi matin à Mendoza, quelque minutes après l’expiration de la période d’attente après la publication de la loi au Bulletin officiel qu’ils estimaient, avec leur avocat, accomplie huit jours après celle-ci. C’était  pour eux la solennisation d’une cohabitation entamée 23 ans plus tôt, rien de plus, aucun des deux n’étant militant de la cause gay.

Depuis la liste s’allonge – on parle pour l’heure de 88 % de « mariages » entre deux hommes dans le cadre de la nouvelle loi à Buenos Aires, où 43 couples ont pris rendez-vous pour s’unir – et la presse met l’accent sur la longue période de cohabitation qui a précédée à ces unions devant le juge.

Compte tenu de l’intérêt provoqué par la nouveauté de la situation et de la population argentine, on peut dire que le nombre d’homosexuels qui veulent se prévaloir de leur nouveau droit reste plus que modeste : tout ça, pour ça ? Preuve de plus, s’il en fallait, que la légalisation du mariage gay ne concerne qu’un petit nombre de personnes qui ont agité tout un pays pour obtenir une reconnaissance de principe.

Un mot – en attendant, je l’espère, un post plus complet sur la question – de la « stabilité » de ces couples mise en avant pour faire admettre que leur situation mérite en quelque sorte récompense. Il apparaît, aux termes d’études menées par des observatoires qui n’ont rien d’hostile à la communauté homosexuelle, que les paires gay, notamment masculines, n’attachent pas à la fidélité la même importance que les couples constitués d’un homme et d’une femme, et trouvent bien des arrangements, mutuellement consentis ou non, pour mener une vie sexuelle libre. La « fidélité », ici, se contente souvent d’être « émotionnelle » et non physique.

Cela met le « mariage » gay sur un tout autre plan que le mariage tout court, mais risque – vous verrez ! – de faire évoluer le concept de fidélité parmi les époux plus classiques. C’est là l’un des inconvénients non négligeables de la légalisation des unions gay…

© leblogdejeannesmits.

3 comments

  1. extrêmement bien dit ! Je ne connais aucun , je dis bien aucun “couple” gay qui soit “fidèle”…
    Il existe une logique animale là-dedans, l'homosexualité ne portant pas de fruits, tout est permis. Les Gays ont des mentalité d'amants, pas “d'époux”, et de toute manière, Deux coqs dans une basse-cour sans poules, comment voulez-vous que ça ne se chamaille pas. De plus, le couple gay sera une occasion d'importatations scandaleuse “d'enfants immigrés” pour continuer à nous détruire !

  2. Fino

    “le nombre d'homosexuels qui veulent se prévaloir de leur nouveau droit reste plus que modeste”
    “mais risque – vous verrez ! – de faire évoluer le concept de fidélité parmi les époux plus classiques. C'est là l'un des inconvénients non négligeables de la légalisation des unions gay…”

    c'est quand même complètement contradictoire… s'ils sont si peu nombreux à se marier, comment pourraient-ils transformer (ou faire évoluer) le concept de fidélité dans le mariage des hétérosexuels… ??? c'est vraiment prendre les couples hétérosexuels pour des moutons de Panurge…

    J'ai l'impression que vous cherchez (ou créez) n'importe quel élément négatif à cette loi qui, finalement, comme vous le prouvez dans votre post, ne bouleverse en rien notre société (et ne la détruit pas non plus…).

  3. Fade Out

    Je tombe sur ce site par hasard, et j'hésite entre le rire et la consternation 🙂

    Je sais que ça ne sert pas à grand chose de répondre mais bon…

    Gay Savoir : Vous même qui vous dites gay, seriez vous fidèle si vous étiez en couple ? Pourquoi seriez vous capable d'être fidèle à une femme mais pas à un homme ? Seriez vous une personne différente dans un cas et dans l'autre ?
    Je parle de vous, pas de l'image que vous vous faites des gays [pour rappel, la cage aux folles, c'est une pièce de théatre jouée par des hétéros. pas la réalité]

    Bon courage


    Signé : un gay en couple fidèle depuis 2 ans, qui ne veux pas d'enfants, et qui connait de nombreux couples fidèles gays ou lesbiens. Eh oui.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *