“Harry Potter” et les droits LGBT : l’éducation selon Daniel Radcliffe

Download PDF

Quoi que l’on pense de la série des Harry Potter – et j’ai mon avis très négatif sur la question – on ne peut nier l’incroyable influence qu’elle a eue sur des millions de jeunes, à travers les livres comme au cinéma. C’est pourquoi, lorsque Daniek Radcliffe, qui incarne le jeune sorcier dans tous les films de la série, s’exprime dans la presse, il apparaît comme un modèle, un mentor : proche par l’âge et les préoccupations,  mais auréolé du succès de son rôle et des leçons de vie (et de mort) transmises par l’auteur, J.K. Rowling.

Donc, Daniel Radcliffe vient de donner une interview qui fait déjà beaucoup de bruit : c’est dans Out, qui se veut le leader mondial des magazines de mode et tendances LGBT… Il y plaide pour les droits des « lesbiennes, bi, gay et trans ». Et il le fait sous la forme d’une conversation badine avec la chanteuse transsexuelle Our Lady J (« Notre Dame J ») avec qui, sous l’œil gourmand du photographe, il esquisse quelques pas de danse pour illustrer l’article.

L’an dernier, il avait fait la une des tabloïdes anglais en raison de son amitié avec ladite « chanteuse », qu’il n’avait ni confirmée ni démentie, se contentant de s’extasier sur son talent. Au début de l’année, son engagement à New York aux côtés d’un groupe d’aide aux jeunes LGBT tentés par le suicide, le Trevor Project, dont le nombre d’adhérents allait être multiplié par trois sous son impulsion, a enchanté les communautés gay et lesbiennes. (Ceci n’est pas pour dire qu’il faudrait au contraire encourager le suicide des adolescents : ce sont des jeunes en détresse et ils méritent l’aide, une aide qui si possible ne les enfonce pas dans leur confusion identitaire.)

Les fans de Harry Potter ont désormais des déclarations bien nettes pour guider leur pensée. La chanteuse rappelle à Daniel Radcliffe ce qu’Obama a fait (et n’a pas fait) pour la communauté « LGBTQ » (Q pour « queer », pas normal, homo), et lui demande s’il espère voir des choses changer à cet égard dans le monde :

« Eh bien, évidemment, sur un plan général, oui. Le monde a besoin d’être mieux éduqué, mais je m’incline un peu devant toi là-dessus, J, parce que je n’oserais jamais me poser en expert. »

Et de se féliciter, après les explications de Our Lady J, de ce qu’Obama ait décidé que les transsexuels américains puissent modifier leur genre dans leur passeport pour le faire correspondre à leur « identité », et non à leur sexe biologique.

Puis vient la question : « Sommes-en train de devenir plus coulants en ce qui concerne le genre et la sexualité dans leur ensemble ? »

Réponse de Daniel Radcliffe : « Je pense qu’à chaque nouvelle génération, les gens deviennent plus ouverts vis-à-vis de ces idées, plus conscients, et plus éduqués. Mais c’est un processus vraiment très, très lent. Prenez n’importe famille où les parents élèvent leurs enfants avec un esprit étroit qui comprend l’homophobie, il faudra un moment très profond de prise de conscience pour changer ces points de vues très profondément ancrés. »


Autrement dit : c’est l’autorité traditionnelle qui a tort, et le « bien », c’est de s’en libérer… Qu’on le veuille ou non, telle est la philosophie des Harry Potter, et Daniel Radcliffe l’a dans la peau depuis les premiers tournages qu’il a réalisés à 12 ans. Il en a aujourd’hui 21, et tous les yeux des jeunes fans sont braqués sur lui alors qu’il vient d’entendre le clap de fin du 7e film, qui sortira en deux temps : le premier à l’approche de Noël, le deuxième en juillet prochain – box office oblige.

Il suffit d’ailleurs d’aller voir les commentaires sur les sites de « Potterphiles » pour comprendre que tout cela a été parfaitement mis en musique – qu’il est mignon, y dit-on – et donc, comme il a raison !

© leblogdejeannesmits.

2 comments

  1. Anonymous

    Je ne vois pas trop ce qui peut vous déranger dans les propos de Daniel Radcliffe. Il a bien évidement raison tant sur le fond que sur la forme. Car c'est de la non connaissance de l'autre que vient la haine. Pourtant au cours du XXème siècle nous avons eu suffisament de preuve des actions que peut engendrer la non connaissance des autres (nazisme, extermination des juifs, des malades mentaux, des opposants au pouvoir, franquisme, gernica, fachisme, communisme, etc…).
    Voulez-vous que cette haine recommence ? Il serait tant d'éduquer nos enfants différemments et de leur apprendre qe l'on a tous notre place sur terre : croyants, non croyants, homo, bi, hétéro, grand, petit, gros, mince, laid, beau..
    Une catholique croyante et ouverte d'esprit.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *