Chili : des pharmacies à l’amende pour refus de vente de la pilule du lendemain

Download PDF

Les plus importantes chaînes de pharmacies chiliennes ont été punies d’amendes de 33 millions de pesos (près de 50.000 euros, la plus haute prévue dans le code de la santé) pour avoir refusé de stocker et de vendre dans certaines de leurs officines la pilule du lendemain, le Levonogestrel.

L’obligation de stocker et de vendre la pilule potentiellement abortive existe depuis la promulgation d’un décret du ministère de la santé, le 10 mars 2006.

Une première série d’amendes avait été prononcée en 2006, mais seule une chaîne de pharmacies a plié devant l’obligation.

Cette fois-ci, les chaînes de pharmacies récalcitrantes ont soutenu que la pilule n’est pas disponible auprès des laboratoires chilien, pour se voir répondre que « l’Etat a un mécanisme pour faire face lorsqu’il s’agit d’un médicament nécessaire ; la centrale d’approvisionnement a procédé à une importation et cela a été communiqué aux pharmacies ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *