Colombie : le nouvel archevêque de Bogota parle contre les unions homosexuelles

Download PDF

Le jour même de sa prise de possession de la cathédrale de Bogota, Mgr Rubén Salazar, président de la Conférence épiscopale de Colombie, a invité la Cour suprême de son pays à ne pas donner suite à la demande de groupes homosexuels visant à mettre les unions homosexuelles sur un plan similaire à celui des mariages. Il a souligné qu’une société ne peut se construire que sur la base solide de l’union entre l’homme et la femme puisque là seul « existent la fécondité et la transmission de la vie ». « Toute autre union qui ne soit pas celle d’un homme et d’une femme peut sans aucun doute avoir un caractère économique, on peut lui concéder des garanties dans tous les autres domaines, mais on ne peut mettre sur un même plan cette union fondamentale de l’homme et de la femme », a-t-il dit.

Pourtant l’expérience et le droit comparé montrent que ces formes d’union civiles ont des effets réels sur le mariage et donc sur la société : voyez le cas français. D’une part, le PACS séduit désormais des couples formés d’un homme et d’une femme qui y trouvent l’avantage d’un moindre engagement, de l’autre il fait apparaître les couples homosexuels comme établi dans une sorte de « vie familiale » comme la Cour européenne des droits de l’homme le reconnaît déjà.

De son côté, le secrétaire général de la Conférence épiscopale de Colombie, Mgr Juan Vicente Cordoba, a eu des mots moins gazés, selon des propos rapportés par le quotidien El Tiempo.

« Fabriquer de la fausse monnaie, c’est dévaluer la vraie et mettre en péril tout le système économique. De même, mettre sur un même plan les unions homosexuelles et la famille, c’est introduire un dangereux facteur de dissolution au sein de cette institution, et, en même temps, du juste ordre social. Le texte du prélat poursuit en affirmant qu’il a été scientifiquement démontré qu’on « ne naît pas homosexuel, on le devient » ; légaliser le mariage gay conduirait donc à fabriquer un « environnement favorable à l’homosexualité » : si les homosexuels sont simplement tolérés, dans être reconnus, leur nombre peut diminuer, assure-t-il. Il dénonce comme un « manque de respect envers l’espèce humaine » le fait que les couples homosexuels tentent de recourir à la fécondation artificielle pour suppléer à leurs manques.

© leblogdejeannesmits.

2 comments

  1. “légaliser le mariage gay conduirait donc à fabriquer un « environnement favorable à l'homosexualité » : si les homosexuels sont simplement tolérés, dans être reconnus”

    Vous avez sans doute voulu écrire “sans être reconnus”.

  2. Laorans

    Ce qui est positif c'est qu'un archevêque en parle, car cela permet de sensibiliser le publique qui ne suit plus les religions qui sont contre le fait de s'aimer les uns les autres.
    Donc grâce à vous, et contre vous, les choses avancent de plus en plus, car vous montrez un visage inquisiteur qui permet aux gens de prendre conscience à quel point vous êtes dangereux pour autrui.

    Au final, vous n'êtes dangereux que pour vous-mêmes, qui perdez chaque jour que dieu fait, de nombreux adaptes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *