Confessions non-stop à Mexico le 28 novembre : l’archidiocèse souligne le cas de l’avortement

Download PDF
Un « marathon » de confessions dans la cathédrale métropolitaine de l’archidiocèse de Mexico : c’est l’événement – le premier en son genre – qu’organisent ce samedi 28 novembre les plus hautes autorités catholiques mexicaines. Si chacun est invité à répondre à l’appel, « Réconcilie-toi avec toi-même et avec Dieu », le communiqué de l’archiodicèse n’évoque nommément que l’avortement, fléau dont on connaît les conséquences néfastes non seulement sur le plan spirituel, mais aussi psychologique.

L’avortement étant un péché dont l’absolution est « réservée » à l’évêque et aux prêtres pénitenciers, comme le veut le code de droit canonique, le cardinal de Mexico, Norberto Rivera Carrera, accordera aux prêtres présents pour confesser la faculté de le remettre en cette occasion, ainsi que tous les péchés relevant de cette procédure réservée, pour faciliter l’accès de chacun au sacrement.

(En certains pays, ce pouvoir est accordé de manière permanente par les évêques locaux.)

Tous les confessionnaux de la cathédrale seront accessible non-stop, à la veille du premier dimanche de l’Avent, de 8 h à 21 h. Pour l’événement, tous les prêtres des alentours ont été sollicités et s’ils veulent se joindre aux nombreux évêques et curés de Mexico et Guadalupe présents, ils s’engagent simplement à passer au moins deux heures à entendre les confessions des fidèles, dans une démarche qui restera « intime et privée », précise l’archidiocèse.

Sur le site d’information de l’archidiocèse, on rappelle :

« L’Eglise est consciente de ce que beaucoup de baptisés ne s’approchent pas des sacrements comme ils le devraient ou qu’ils le font de manière sporadique, et elle voit cela avec préoccupation et tristesse. (…) Le “marathon de confessions” veut ouvrir des espaces et jours spécifiques, en mobilisant un nombre suffisant de prêtres pour que toutes les personnes qui le désirent puissent recevoir ce sacrement, qui est intime et privé. »

« Le sacrement de la pénitence est un pré-requis indispensable pour s’approcher de la Sainte Eucharistie pour la personne se trouvant en état de péché mortel. L’Eglise demande à tous de se confesser au moins une fois l’an », rappelle par ailleurs la note informative, qui annonce une nouvelle journée de cette sorte à la veille du carême 2010.

© leblogdejeannesmits.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *