Costa Rica : communion dans la main et sacrilège

Download PDF

Le candidat battu à l’élection présidentielle au Costa Rica, l’avocat de centre-droit Otto Guevara, est au centre d’une polémique – et a provoqué le « dégoût » des catholiques du pays à la suite du sacrilège commis par sa « fiancée » lors de la messe à laquelle assistaient tous les candidats la semaine dernière. Otto Guevara, divorcé, ne pouvait pour cette raison s’approcher de la Communion. Son amie Deborah Formal est allée communier – dans la main bien sûr – recevant la sainte Eucharistie des mains de l’archevêque de San José, Mgr Hugo Barrantes, non sans un petit dialogue totalement déplacé en un tel moment. Elle demandait la permission de « partager la bénédiction » de la communion avec son « fiancé »… et déclarait par la suite que le prélat lui avait répondu « oui ».

En retournant à sa place, la jeune femme a ostensiblement mordu l’hostie pour en consommer une parcelle, puis, une fois assise, a glissé l’autre partie dans la poche de la chemise d’Otto Guevara qui était assis devant elle.

Scandalisés, bien des catholiques costaricains ont dit leur indignation devant le geste des fiancés (sur la vidéo, Guevara ne paraît pas spécialement surpris) qui révèle à la fois leur ignorance de la Présence réelle de Notre-Seigneur et leur mépris de la communion et de l’Hostie consacrée.

Entre-temps les Costaricains ont élu une candidate pro-vie, Laura Chinchilla.

Cette affaire en dit autant sur les risques de la communion dans la main que sur l’affrontement où est mené l’Eglise par la volonté de personnalités politiques affichant leur catholicisme de passer outre son enseignement sur le mariage, la famille et la vie.

© leblogdejeannesmits.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *