Des contraceptifs gratuits dans l’Obamacare ? Le planning familial en rêve…

Download PDF

Et est prêt à payer pour l’obtenir. Pas moins de 300 avocats avaient déjà été mobilisés par Planned Parenthood en juillet dernier, rapportait une revue médicale, afin de faire pression en vue d’une interprétation ad hoc de la loi sur l’Obamacare dans ses dispositions sur la gratuité de certains services de médecine préventive. Si la contraception n’est pas explicitement nommée dans l’amendement de Barbara Mikulski, des directives sont attendues pour le 1er août 2011 qui trancheront cette question disputée que le planning familial prend très à cœur, notamment pour des motifs financiers évidents.

Rien n’étant encore sûr Planned Parenthood met le paquet , rapporte The New American : au lobbying massif vient de s’ajouter une nouvelle campagne de pétition qui entend recueillir un million de signatures pour la gratuité des contraceptifs dans le cadre de l’assurance santé. Un site web dédié est en construction qui aura pour objectif d’« informer » et de mobiliser, spécialement sur les campus des universités, en communiquant sur l’amélioration de la santé des femmes. (Mais oui, en avalant des hormones qui bloquent une fonction naturelle saine du corps et dont les effets secondaires sont légion !)

« Procurer des soins contraceptifs garde les femmes en bonne santé. Garder davantage de femmes en bonne santé assure qu’elles auront des grossesses plus saines, et donc des enfants en meilleure santé. C’est une suite logique. Et c’est un énorme bienfait pour la société : c’est la raison d’être de la réforme du système de soins », assure Hal C. Lawrence III, vice-président pour la pratique au Collège américain des gynécologues-obstétriciens, pour appuyer la campagne du Planning.

Cela revient à dire que la grossesse est facteur de mauvaise santé, et que tous les effets secondaires de la pilule sont négligeables, y compris la plus grande vulnérabilité par rapport aux MST, alors qu’une adolescente américaine sur 4 est déjà porteuse d’une MST, beaucoup d’entre elles étant incurables, certaines fatales.

The New American invite même ceux qui approuvent la contraception à faire pression en sens inverse, notant que si la pilule et les autres moyens contraceptifs deviennent gratuits, la demande pour ces produits augmentera, ce qui aboutirait mécaniquement à une augmentation des primes d’assurance-maladie pour tous…

© leblogdejeannesmits.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *