El Salvador : le vrai visage de l’UNICEF

Download PDF

Une journaliste pro-vie du Diario Hoy à El Salvador, Julia Regina de Cardenal, dénonce l’UNICEF (l’organisme de défense de l’enfance de l’ONU) pour son parrainage et sa participation  la diffusion d’une série télévisée nicaraguayenne qui fait la promotion du désordre moral auprès des jeunes, et qui est programmée dans son pays depuis le 1er juin. « SEXto Sentido » (Sixième Sens)  est diffusée à une heure où les enfants regardent le petit écran ; le programme « valorise la promiscuité, la prostitution comme une manière pour les jeunes filles de gagner leur vie, l’homosexualité et toutes sortes de désordres sexuels ».

Julia Regina de Cardenal se demande quelle peut bien être « l’obsession » des organismes internationaux qui investissent « de telles quantités d’argent pour pervertir nos enfants ». Le message qu’ils subventionnent à l’intention des adolescents est celui-ci, selon la journaliste : « Le sexe est un jeu amusant, qu’il faut explorer en recherchant le plaisir, sans se préoccuper de ses conséquences pour la santé physique, psychique, mentale, spirituelle, familiale, sociale, culturelle, etc. »

Elle rappelle qu’à l’heure où son pays traverse une grave crise marquée par la violence et le terrorisme et une « brutalité sans précédent », eux-même déclenchés par la perte des valeurs morales, la dislocation des familles et la permissivité pour la jeunesse. Le parrainage de l’UNICEF n’en est que plus « insensé et inadmissible », aux antipodes des véritables besoins des enfants salvadoriens que sont la santé, l’alimentation, la sécurité et l’éducation.

La Fondation « Si a la Vida » ( oui à la vie) dont Julia Regina de Cardenal est responsable avait proposé à l’UNICEF un projet destiné à « promouvoir les valeurs morales au niveau national » : il n’y eut même pas de réponse ». « Est-ce qu’ils n’ont de l’argent que pour faire la promotion des anti-valeurs ? C’est la chose la plus destructrice qu’ils puissent faire », souligne la journaliste, citée par ACIPrensa.

Elle dénonce en même temps les autorités locales salvadoriennes qui ont autorisé la diffusion de la série télévisée et encourage les parents à contacter les responsables pour s’élever contre cette « perversion des enfants par la télévision ».

« Il est de la responsabilité de tous les parents de mettre un terme à ce bombardement en règle contre nos droits d’éducateurs premiers, principaux, auxquels nul ne saurait se substituer, de nos enfants ; contre le droit de protéger leur innocence ; contre notre foi et notre identité personnelle. »

© leblogdejeannesmits.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *