Encore des questions sur Recife

Download PDF

Patrice de Plunkett, sur son blog, s’en prend de nouveau violemment aux « catholiques plus papistes que le pape » qu’il accuse de faire circuler un dossier anonyme et mensonger sur l’affaire de la petite fille d’Alagoinha, en vue de discréditer Mgr Fisichella de l’Académie pontificale pour la vie qui avait désavoué Mgr Cardoso Sobrinho.

Sur ce blog, j’ai fait paraître sous mon nom, en toute loyauté, plusieurs analyses que j’ai voulues aussi précises et honnêtes que possible, en donnant nombre de mes sources. Je ne sais s’il en a pris connaissance au-delà d’une ou deux citations qu’un lecteur a pu lui envoyer. Je sais que l’article principal, paru dans Présent du 19 mars, m’a valu des félicitations assez inattendues de la part de personnalités que nul ne suspectera d’intégrisme ni même de traditionnalisme.

Le noeud de la question est bien le pronostic vital de la petite fille. J’invite Patrice de Plunkett à se réinformer à ce propos. Je n’ai pas encore noté, mais le fais donc ici, le fait que les assistantes sociales qui demandaient l’avortement immédiat insistaient pour qu’il soit fait au plus vite pour des raisons psychologiques, au motif que le traumatisme serait d’autant moins grand que l’intervention aurait lieu tôt pendant la grossesse. Il ne s’agissait pas de prendre une décision devant un risque mortel immédiat, bien au contraire : le directeur de l’IMIP où elle fut hospitalisée à Recife dans un premier temps a même déclaré devant témoins que, correctement suivie, la petite fille pouvait mener sa grossesse à bien, c’est-à-dire au moins jusqu’à un stade où on aurait pu donner une chance de survie aux deux petits enfants qui sont les grands oubliés de cette affaire.

Ce témoignage-là me paraît capital. Je n’ai jamais cru que Mgr Fisichella en avait été informé avant d’écrire pour la simple raison qu’il parle de ces cas de conscience que l’on rencontre quotidiennement dans les « salles de réanimation » : le regard porté changerait en effet si des médecins connus et respectés (et donc non habituellement avorteurs) s’étaient trouvés devant une fillette risquant de mourir au bout de son sang et avaient dû prendre une décision immédiate. L’acte d’avortement resterait alors objectivement mauvais (voir ici) mais les circonstances changeraient le degré de responsabilité.

Patrice de Plunkett parle de « sophisme » à propos du fait que la fillette n’aurait pas pu quitter l’IMIP (institut maternel et infantile de Pernambuco) si elle avait été en danger de mort. Il se trouve que le personnel de l’IMIP aurait été prêt à réaliser lui-même l’avortement si elle avait été dans une situation d’urgence, il y a renoncé explicitement parce qu’elle n’était pas en danger de mort. Il a été dit aussi explicitement que l’IMIP n’aurait pu la garder dans ses murs que dans le cas où elle aurait été en danger de mort, et que son transfert l’aurait mise en péril. Et il est encore établi qu’elle a été transférée pour aller dans l’établissement CISAM qui lui, était prêt à réaliser l’intervention bien qu’elle ne fût pas en danger immédiat.

Il ne s’agit pas, une fois de plus, de n’avoir pas de compassion pour cette petite jeune fille, mais de raisonner en vérité. Il s’agit aussi de dire que la miséricorde de Dieu est pour tous. Pour le père légitime, l’amant violeur, la mère abusée ou complice, les médecins avorteurs et le curé d’Alagoinha, Mgr Cardoso Sobrinho – jadis professeur de droit canonique à Rome, pour Patrice de Plunkett et même, je l’espère, pour moi.

Patrice de Plunkett note que le père légitime, hostile à l’avortement, était évangélique, comme si ceci expliquait cela et prouvait son manque d’humanité. J’ai trouvé trace de cette assertion dans certains journaux nationaux brésiliens présentant très brièvement l’affaire ; mais rien de plus. Au contraire il a été positivement affirmé lors d’une interview (du curé de la paroisse, semble-t-il) que toute la famille concernée était catholique. Chose que semble corroborer le fait que le père légitime, M. Erivaldo, s’est fait assister du curé et qu’il a tenté de faire interdire l’avortement en s’appuyant sur les services diocésains d’Olinda et Recife, se faisant accompagner par leurs représentants médicaux, psychologiques et religieux. La question reste pour le moins ouverte.

Je n’ai nulle part dans la presse brésilienne trouvé trace de manifestations évangéliques près de l’hôpital où la fillette était suivie et où, selon plusieurs témoins, elle se trouvait bien et jouait tranquillement lorsqu’ils l’avaient vue.
Nulle part, même pas sur des sites évangéliques. Est-ce à dire qu’il n’y en eut point ? Peut-être pourrait-on connaître quelques sources à ce propos ; les miennes, je les ai données sur mon blog…

Plunkett écrit que la fillette était « rachitique » et dénutrie et que ses « organes étaient à peine formés ». Que « ses souffrances étaient insupportables ». Le pronostic vital était engagé sans l’ombre d’un doute.
Où est-il allé chercher cela ?

Rachitique ? Les photos de la fillette parues dans la presse brésilienne ne le laissent pas deviner, et je ne trouve pas cette mention dans les relations de l’affaire dans la presse régionale de Recife ou d’Alagoinha, même s’il en est fait état sur des sites ouvertement anti-chrétiens.

Dénutrie ? A 9 ans, elle mesure 1m30 et pèse 36 kilos. La courbe de croissance moyenne des petites filles françaises indique pour cet âge 1m28 et 27 kilos.

Ses organes étaient-ils à peine formés ? Une conversation avec un médecin gynécologue m’a permis de comprendre que, son cycle menstruel ayant commencé, il n’y avait pas d’insuffisance en soi à ce niveau-là. Une autre conversation avec un prêtre que j’aime bien, absolument pas suspect de traditionnalisme, tournait autour du cas d’une fillette de 6 ans (!) dont son père médecin avait eu connaissance : la petite fille avait mené à bien une grossesse à cet âge-là…

Défendre la vie, c’est essayer de défendre toutes les vies innocentes. Il ne s’agit pas là d’une quelconque hérésie « vitaliste » : ce que nous dit l’Eglise, c’est qie nous devons être prêts à donner notre vie pour ceux que nous aimons. Mais pas de prendre celle des autres…

C’est bien pour cela que cette question a créé une telle polémique. Elle se résume essentiellement en cette question : doit-on admettre que l’avortement est permis et même recommandé dans un cas comme celui-ci ? Je suis certaine, à lire la lettre de Mgr Fisichella, que ce n’est pas ce qu’il dit, ni ce qu’il a voulu dire, puisqu’il parle de situation d’urgence absolue et dit son respect de médecins dont il a pu ignorer au moment d’écrire qu’ils mettent leur point d’honneur à pratiquer des avortements. Mais c’est en ce sens que sa lettre a été interprétée par une presse trop contente de voir l’Eglise, comme cette presse voulait le croire, justifier l’avortement en lui-même.

On peut dire que l’affaire de Recife a eu pour conséquence un grand désordre, et pour cause la circulation d’informations fausses.

Elle aura été aussi l’occasion d’une invraisemblable attaque contre le milieu pro-vie, accusé de « religion de la vie biologique substituée à la religion chrétienne », selon un théologien orthodoxe cité par Plunkett : et même une « obsession raciale identitaire » qui caractérise selon Plunkett ces gens piqués d’un « virus néo-païen ».

Ce ne sont pas des accusations anodines, que ces dénonciations pour haine, pour pharisianisme, etc. Je cherche en vain la charité et la douceur dans ces propos. Pour ma part je ne crois pas avoir manifesté de haine, en tout cas je l’espère. Vu l’enjeu, je crois à l’importance de la recherche de la vérité. Pourquoi interdire son expression ? Pourquoi ne pas engager le débat loyalement ?

10 comments

  1. Henri et Carole Védas

    Merci de revenir aux faits – c’est rafraîchissant – et de ne pas suivre M. de Plunkett sur le terrain irrationnel et ad hominem qu’il semble affectionner actuellement.

  2. Dans le contexte de lynchage médiatique, j'ai voulu comprendre. Je me suis aperçu qu'il existait des “contradictions internes” (entre les termes mêmes d'une même depêche) dans plusieurs dépêches à l'origine de l'affaire de la petite brésilienne.Je suis arrivé au texte suivant que je vous soumets :Où en sommes nous un mois après l'IVG du 04 mars 2009. La nature et l'enchaînement des faits sont mieux connus :La mère n'a pas été excommuniée, le Padre Edson Rodrigues (source ci-dessous) explique qu'il n'en a jamais été question.La fillette non plus (qui a pu croire une telle absurdité) ?Mgr Sobrinho a pris la parole publiquement le 03 mars 2009 et non après l'IVG du 04 mars 2009. Le 03 mars 2009, il a rappelé que le droit canon prévoit l'excommunication de facto des professionnels de l'avortement.L'Evêque de Recife, n'a pas été désavoué par la Conférence Nationale des Evêques du Brésil, laquelle a juste constaté que le mère n'avait pas été excommuniée.Les parents ont, l'un après l'autre accepté l'IVG, persuadés par une assistante sociale pro-avortement que leur fille était en danger de mort. La mère, illettrée, à apposé ses empreintes sur un document qu'elle n'a pas su lire le 28 février 2009 et le père s'est laissé convaincre au cours d'un entretien le 02 mars 2009.Après décision judiciaire, la fillette est confiée à l'institut médico légal de Caruara, puis est trimbalée de l'institut médical de l'enfance de Recife à l'hôpital privé du CISAM sur intervention d'une ONG (Curumim) soutenue par l'IWHC (International Women's Health Coalition) promotrice de la légalisation de l'avortement et du droit des femmes..La presse française s'est totalement abstenu d'utiliser les sources brésiliennes cités ci-dessous. Telle qu'elle s'est passé l'affaire est beaucoup moins croustillante qu'il n'y paraissait à première vue à deux détails près : la grossesse à 9 ans et l'aveuglement extravagant de la presse française.Que celui qui ne s'est pas fourré le doigt dans l'oeil sur cette affaire me jette la première pierre.Sources brésiliennes principales : le blog du Padre Edson Rodrigues (http://padreeedson.blogspot.com/) et la déclaration du diocèse d'Olinda et Recife (http://www.arquidioceseolindarecife.org.br/notaoficial.htm) Autres sources découvertes hier soir :http://video.globo.com/Videos/Player/Noticias/0,,GIM978069-7823-ARCEBISPO+DE+OLINDA+E+RECIFE+NAO+EXCOMUNGA+ESTUPRADOR+DE+MENINA,00.htmlhttp://www.cnbb.org.br/ns/modules/articles/article.php?id=580http://www.cnbb.org.br/ns/modules/news/article.php?storyid=1149&keywords=cardoso

  3. Rétrospectivement, en lisant les dépêches à l'origine de l'affaire de la petite brésilienne, je me suis aperçu de plusieurs contradictions internes (entre les termes de la même dépêche). J'ai donc rédigé un texte à destination de mes enfants, qu'en pensez-vous ? Où en sommes nous un mois après l'IVG du 04 mars 2009. La nature et l'enchaînement des faits sont mieux connus :La mère n'a pas été excommuniée, le Padre Edson Rodrigues (source ci-dessous) explique qu'il n'en a jamais été question.La fillette non plus (qui a pu croire une telle absurdité) ?Mgr Sobrinho a pris la parole publiquement le 03 mars 2009 et non après l'IVG du 04 mars 2009. Le 03 mars 2009, il a rappelé que le droit canon prévoit l'excommunication de facto des professionnels de l'avortement.L'Evêque de Recife, n'a pas été désavoué par la Conférence Nationale des Evêques du Brésil, laquelle a juste constaté que le mère n'avait pas été excommuniée.Les parents ont, l'un après l'autre accepté l'IVG, persuadés par une assistante sociale pro-avortement que leur fille était en danger de mort. La mère, illettrée, à apposé ses empreintes sur un document qu'elle n'a pas su lire le 28 février 2009 et le père s'est laissé convaincre au cours d'un entretien le 02 mars 2009.Après décision judiciaire, la fillette est confiée à l'institut médico légal de Caruara, puis est trimbalée de l'institut médical de l'enfance de Recife à l'hôpital privé du CISAM sur intervention d'une ONG (Curumim) soutenue par l'IWHC (International Women's Health Coalition) promotrice de la légalisation de l'avortement et du droit des femmes..La presse française s'est totalement abstenu d'utiliser les sources brésiliennes cités ci-dessous. Telle qu'elle s'est passé l'affaire est beaucoup moins croustillante qu'il n'y paraissait à première vue à deux détails près : la grossesse à 9 ans et l'aveuglement extravagant de la presse française.Que celui qui ne s'est pas fourré le doigt dans l'oeil sur cette affaire me jette la première pierre.Sources brésiliennes : le blog du Padre Edson Rodrigues (http://padreeedson.blogspot.com/) et la déclaration du diocèse d'Olinda et Recife (http://www.arquidioceseolindarecife.org.br/notaoficial.htm) http://video.globo.com/Videos/Player/Noticias/0,,GIM978069-7823-ARCEBISPO+DE+OLINDA+E+RECIFE+NAO+EXCOMUNGA+ESTUPRADOR+DE+MENINA,00.htmlhttp://www.cnbb.org.br/ns/modules/articles/article.php?id=580http://www.cnbb.org.br/ns/modules/news/article.php?storyid=1149&keywords=cardoso

  4. Où en sommes nous un mois après l'IVG du 04 mars 2009. La nature et l'enchaînement des faits sont mieux connus :La mère n'a pas été excommuniée, le Padre Edson Rodrigues (source ci-dessous) explique qu'il n'en a jamais été question.La fillette non plus (qui a pu croire une telle absurdité) ?Mgr Sobrinho a pris la parole publiquement le 03 mars 2009 et non après l'IVG du 04 mars 2009. Le 03 mars 2009, il a rappelé que le droit canon prévoit l'excommunication de facto des professionnels de l'avortement.L'Evêque de Recife, n'a pas été désavoué par la Conférence Nationale des Evêques du Brésil, laquelle a juste constaté que le mère n'avait pas été excommuniée.Les parents ont, l'un après l'autre accepté l'IVG, persuadés par une assistante sociale pro-avortement que leur fille était en danger de mort. La mère, illettrée, à apposé ses empreintes sur un document qu'elle n'a pas su lire le 28 février 2009 et le père s'est laissé convaincre au cours d'un entretien le 02 mars 2009.Après décision judiciaire, la fillette est confiée à l'institut médico légal de Caruara, puis est trimbalée de l'institut médical de l'enfance de Recife à l'hôpital privé du CISAM sur intervention d'une ONG (Curumim) soutenue par l'IWHC (International Women's Health Coalition) promotrice de la légalisation de l'avortement et du droit des femmes..La presse française s'est totalement abstenu d'utiliser les sources brésiliennes cités ci-dessous. Telle qu'elle s'est passé l'affaire est beaucoup moins croustillante qu'il n'y paraissait à première vue à deux détails près : la grossesse à 9 ans et l'aveuglement extravagant de la presse française.Que celui qui ne s'est pas fourré le doigt dans l'oeil sur cette affaire me jette la première pierre.Sources brésiliennes : le blog du Padre Edson Rodrigues (http://padreeedson.blogspot.com/) et la déclaration du diocèse d'Olinda et Recife (http://www.arquidioceseolindarecife.org.br/notaoficial.htm) http://video.globo.com/Videos/Player/Noticias/0,,GIM978069-7823-ARCEBISPO+DE+OLINDA+E+RECIFE+NAO+EXCOMUNGA+ESTUPRADOR+DE+MENINA,00.htmlhttp://www.cnbb.org.br/ns/modules/articles/article.php?id=580http://www.cnbb.org.br/ns/modules/news/article.php?storyid=1149&keywords=cardoso

  5. Je suis moi aussi choqué par le manque de sens de recherche de la vérité de Monsieur de Plunkett. On lui parle du cas très documenté d’une fillette de 5 ans et demi qui a accouché en 1939 au Pérou par césarienne: tant la mère de 5 ans et demi que l’enfant était en bonne santé! La mère a même eu un autre enfant des années après.Et Monsieur Patrice de Plunkett attaque ad hominem, publie l’article proposé sans l’encouragement à vérifier sa véracité par une simple recherche google …Drôle de sens de la recherche de la vérité pour un … journaliste.

  6. Anonymous

    Je ne parle pas le français comme langue maternelle. Voulez-vous dire que l’Église accepte l’avortement dans un véritable cas extrême? Je sais que ce n’est pas le cas, mais ceci est ma limitée compréhension de cette annonce.

  7. Patrice de PLUNKETT est un journaliste sérieux qui sait ce qu’il dit et n’écrit pas n’importe quoi.J’ai toute confiance en ses affirmations. Il faut bien reconnaître que ce triste évènement a déchaîné bien trop de passions !!!

  8. A anonyme : non, vous avez raison, l’Eglise n’a pas changé sa doctrine sur l’avortement même dans les cas extrêmes. Elle ne le peut pas, même si certaines déclarations intempestives l’ont laissé croire.

    A Jean-Pierre : dans cette affaire, j’ai tâché d’être aussi honnête et précise que possible en citant mes sources d’info. Patrice de Plunkett a allégué des faits dont je cherche en vain confirmation, et il s’est livré à des attaques idéologiques à l’encontre de ceux qui ne partageaient pas son point de vue. Cela dit je suis prête à en discuter loyalement avec lui quand il le voudra.

    A Panouf : pouvez-vous préciser de quoi vous parlez, et sur quel point de théologie morale excatement vous partagez le point de vue de Patrice de Plunkett ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *