Hiver démographique : l’ONU confirme

Download PDF

Plus d’un cinquième de la population mondiale aura plus de 60 ans en 2050, soit le double des 11 % enregistrés aujourd’hui (8 % en 1954), et le nombre de personnes âgées (60 ans et plus) dépassera celui des enfants (15 ans et moins) dans le monde dès 2045, selon les projections de la division Population du Département des affaires sociales de l’ONU. Celle-ci vient de publier un rapport sur le vieillissement de la population qui prévoit le triplement du nombre de personnes âgées de 60 ans et plus dans le monde en 2050, pour atteindre les 2 milliards.

Tout en continuant de faire la promotion du contrôle de la population, l’agence onusienne prévoit que cette situation entraînera des conséqences majeures pour les populations actives chargées d’entretenir un nombre croissant de retraités, avec un impact sur la croissance, les investissements, la consommation, les retraites, les impôts et les systèmes de santé. C’est un « vieillissement sans précédent, un processus qui n’a pas d’équivalent au cours de l’histoire de l’humanité », souligne le rapport, en précisant que cette tendance s’observe dans presque tous les pays du monde. Et qu’elle est irréversible vu que les taux de fécondité mondiaux ont peu de chances de retrouver leurs niveaux d’antan. Et si la population âgée dépasse déjà les 20 % dans les zones les plus développées, les autres pays les rattrapent à une vitesse accélérée, avec moins de temps pour s’y « adapter . Et partout, les personnes âgées vivent plus longtemps : l’âge moyen des vieux augmentera aussi.

Le rapport énumère nombre de changements à prévoir sans les qualifier directement de problèmes, et en invitant les Etats à tenir compte des données qu’il fournit pour prévoir les réponses politiques rendues nécessaires par la situation. « Il est urgent que les Gouvernements des pays en voie de développement commenent à prendre des mesures pour confronter les défis et tirer le meilleur parti des chances qu’offre le vieillissement de la population » (sic).

La réduction prévisible du nombre d’écoles pourrait ainsi compenser, suggère le rapport, les besoins accrus en maisons d’accueil à long terme des personnes âgées qui auront une voix de plus en plus prépondérante dans l’arène politique (pour reprendre le résumé de LifeSite).

Peu repris par la presse internationale, ces données sont commentées dans l’Irish Times où la croissance de la population âgée est l’une des plus rapides d’Europe : les plus de 65 ans y progresseront de 59 % de 2007à 2021, et encore de 142 % avant 2061, rappelle le quotidien en citant les projections gouvernementales sur l’avenir des retraites.

© leblogdejeannesmits.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *