Journée internationale de la Terre-Mère : l’ONU marquera le 22 avril la fête du panthéisme néomarxiste

Download PDF

« Panthéisme néomarxiste » ? C’est le qualificatif choisi par la plateforme citoyenne HazteOir en Espagne pour cette première célébration onusienne de ce qu’il est difficile de ne pas voir comme la déesse mère, Gaia, ici appelée « Terre-Mère ». L’initiative approuvée par l’ONU le 22 avril 2009 en assemblée plénière veut, enfin, reconnaître les droits de Mère Nature, 60 ans après la proclamation des droits de l’homme.

L’initiative fut conduite par le président bolivien « indigéniste » Evo Morales et bénéficia de l’appui de plus de 60 pays membres. Son auteur ? Leonardo Boff, théologien de la libération, qui put s’adresser à l’assemblée plénière grâce à l’hospitalité de la délégation brésilienne qui l’avait apporté dans ses bagages. Un autre prêtre renégat, Miguel d’Escoto, est proche de l’initiative que HazteOir voit comme symptomatique de l’enthousiasme « christophobique » des Nations unies. Evo Morales, en tout cas, est connu comme assurant la promotion dans son pays de l’idolâtrie, du paganisme et du culte de la Pachamama, la planète-mère.

En février, d’Escoto et Boff ont donné le coup d’envoi à Managua, sous le patronage du président nicaraguayen Daniel Ortega, au projet de Déclaration universelle du bien commun de la Terre-Mère et de l’humanité, destinée à être présentée lors de la première Conférence mondiale des peuples sur le changement climatique et les droits de la Terre-Mère qui se tiendra à Cochabamba, en Bolivie, du 20 au 22 avril. Ce « Sommet de Cochabamba » bénéficie du soutien du Forum social mondial.

Ce sommet est organisé par les néomarxistes de l’Amérique du Sud comme réponse au sommet de Copenhague : la réponse du panthéisme néomarxiste au panthéisme capitaliste, commente HazteOir.

Voici un avant-goût de la déclaration :

« La Terre forme avec l’Humanité une entité unique, complexe et sacrée… Il y a un lien de parenté entre tous les êtres vivants parce que tous sont porteurs du même code génétique de base qui fonde l’unité sacrée de la vie dans ses formes multiples, c’est pourquoi l’Humanité fait partie de la communauté de vie et constitue le moment de conscience et d’intelligence de la Terre elle-même, faisant que l’être humain, homme et femme, est la Terre-même qui parle, pense, sent, aime, soigne et vénère… Le Bien Commun de la Terre et de l’Humanité exige que nous comprenions la Terre comme vivante et sujet de dignité. Nul ne peut se l’approprier de manière individuelle, elle ne doit pas faire l’objet de commerce, ni subir d’agression systématique de la part de quelque mode de production que ce soit… »

Quant à Leonardo Boff, il s’est exprimé sans ambiguïté à Buenos Aires, rappelle HazteOir :

Plus il y a de diversité, mieux c’est. De même pour les cultures. Plus il y a d’expressions religieuses, plus il y a de facettes de Dieu. Qui se manifeste de mille manières… Nous sommes tous frères et sœurs à partir de cette racine. Nous le savons par notre bagage scientifique, saint François le savait.  Même chose pour un ver, un chimpanzé ou pour nous autres. Tous frères ou cousins germains. Peut-être bien le chimpanzé tient-il cachés les deux gènes qui le différencient de l’homme, peut-être est-il l’avenir de l’humain.

L’espèce humaine est condamnée à faire ce qu’elle fait parce qu’elle est un parasite de la Terre… Il vaut bien mieux pour la Terre que disparaisse ce cancer. La Terre peut continuer tranquillement de développer une autre forme de vie, une autre infrastructure biologique candidate à notre remplacement. Porteuse de spiritualité… Les religions abrahamiques sont les plus violentes, parce qu’elles se croient porteuses de vérité, comme le Pape à Ratisbonne. Ce qu’il faut, c’est de la spiritualité, par des credos et des doctrines.

Comme ça, au moins, nous voilà prévenus. Et pour ceux qui n’y croiraient pas : ici.

© leblogdejeannesmits.

2 comments

  1. “le moment de conscience et d'intelligence de la Terre elle-même, faisant que l'être humain, homme et femme, est la Terre-même qui parle, pense, sent, aime, soigne et vénère… “

    Ah oui, et c'est la terre qui pense en toi et toi tu n'es rien. Alors tais-toi, laisse parler la terre. Mes frères vers de terre et chimpanzés écoutons la terre, n'écoutons pas l'ONU.

    La déclaration universelle des droits de l'homme était fondée sur la raison universelle de l'homme et, à ce titre, était parfaitement légitime, ici nous avons pour fondement la folie soit une doctrine arbitraire qui n'a aucun titre à être imposée à l'humanité.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *