Juan Carlos d’Espagne : retour à l’envoyeur !

Download PDF

Une hôtesse de l’air d’Iberia qui avait accompagné le roi et la reine d’Espagne lors de leur premier vol vers Roma vient d’envoyer une lettre à Juan Carlos Ier pour lui renvoyer, « avec une douleur qui n’est pas petite et encore bien plus de déception », la photo dédicacée qu’il lui avait donnée à l’occasion de ce voyage.

« Mon foyer ne peut pas être sous le regard d’un monarque, supposé catholique », qui a avalisé la nouvelle loi d’avortement, écrit-elle.

Maria Belén Lopez Delgado poursuit : « Aujourd’hui, je ressens l’obligation morale de vous rendre cette photographie que j’ai précieusement gardé avec tant d’affection et de fierté, et qui a toujours été à la place d’honneur chez moi. »

« Quelqu’un pourra bien venir m’expliquer, avec raison même, que notre Constitution vous oblige à signer tout ce qui est approuvé par le Congrès des députés. Néanmoins, de même que vous avez su trouver en d’autres occasions ponctuelles pas si éloignées dans le temps, un biais pour intervenir dans des affaires de manière non prévue par la Constitution, vous auriez pu vous servir de cette magnifique habileté pour éviter cette loi assassine, qui offense le sensibilité et la dignité de tant et tant d’Espagnols. »

L’hôtesse de l’air accuse également Zapatero de détourner la démocratie espagnole au profit des siens et d’avoir dangereusement divisé le peuple et avertit le roi Juan Carlos qu’au jour où ils ne voudront plus de la Couronne, il les écoutera, sans tenir compte des gages donnés aujourd’hui.

« Au final il serait bien triste qu’il arrive à la Couronne une chose comme celle qui a conduit Winston Churchill à dire à son adversaire, Neville Chamberlain : “On vous a donné à choisir entre le déshonneur et la guerre… Vous avez choisi le déshonneur, vous aurez aussi la guerre.” »

© leblogdejeannesmits.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *