La Caroline du Sud impose un délai d’attente avant l’avortement

Download PDF

Les législateurs de la Caroline du Sud (Etats-Unis), se sont mis d’accord ce jeudi pour imposer un délai d’attente d’a moins 24 heures aux femmes demandant un avortement afin qu’elles puissent avoir accès à des informations capables de les aider à choisir la vie pour leur enfant.

La bataille ne fut pas sans difficultés puisqu’on envisagea dans un premier temps d’exclure de ce dispositif les femmes ayant subi un viol ou un inceste, et aussi d’obliger les centres d’aide aux futures mères à communiquer tous les résultats d’examens et d’échographie réalisés chez eux aux fournisseurs d’avortements, si la femme devait décider de faire mettre un terme à sa grossesse.

Au contraire, la mobilisation des défenseurs de la vie a abouti à l’inclusion dans le dispositif de renvois vers les centres d’aide aux futures mères, notamment par la fourniture de liens vers les sites internet de ces organismes pro-vie qui offrent des échographies gratuites, afin que les femmes soient réellement informées des implications de leur choix.

Cette mesure devrait être définitive puisque la Cour suprême des Etats-Unis a jugé en 1992 que les Etats peuvent imposer un délai d’attente de 24 heures.

En France, le délai de réflexion est fixé à 5 jours, mais il n’est assorti d’aucune obligation ni même d’un quelconque encouragement à s’informer sur la réalité de l’avortement, d’autant que toute « pression » visant à empêcher une femme d’avorter, même psychologique, est interdite.

© leblogdejeannesmits.

1 comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *