La santé des bébés-éprouvettes en question

Download PDF

Aux termes d’une étude menée sur les résultats de 3.980 articles publiés dans des revues médicales et scientifiques de 1980 à 2005 montrent des risques significativement accrus de graves problèmes de santé chez les enfants conçus artificiellement, par fécondation in vitro ou par injection de sperme intracytoplasmique, annonce LifeSite.

On note ainsi un risque accru de fausse couche (+ 20 à + 34 %) par rapport à celui encouru en cas de conception naturelle, mais aussi + 55 % de risques de pré-éclampsie ; + 155 % de risques de naissance d’un enfant mort-né.

Le risque de faible poids à la naissance s’accroît de 70 à 77 %, celui de très faible poids étant encore plus important ( 170 à 200 %).

On enregistre également davantage de cas de malformations importantes et de lésions cérébrales.

Ce n’est pas la première affirmation du genre ; celle-ci, résultant des travaux du Dr Alastair Sutcliffe (University College de Londres) et du Dr Michael Ludwig, du Centre de Médecine reproductive et d’endocrinologie gynécologique de Hambrug, frappe par l’étendue de sa base d’étude.

Ses responsables soulignent que le nombre de naissances actuellement obtenues par procréation médicalement assistée (PMA) dans les pays développés, soit 1 % de toutes les naissances, justifient un suivi accru des problèmes liés à ces techniques.

1 comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *