L’avortement est le pire des assassinats, dit un évêque coréen

Download PDF

Les évêques de Corée ont décidé d’avancer cette année le Dimanche pour la vie du dernier au premier dimanche de mai pour le faire coïncider avec la béatification de Jean-Paul II, qui a toujours protégé la vie, et en vue d’organiser une campagne de rosaires pour la vie tout au long du mois de Marie. Dans un message adressé à tous les fidèles pour ce 1er mai très spécial Mgr Gabriel Chang Bong-hun, président de la commission épiscopale pour la bioéthique, reprenant et développant l’argumentaire qui avait accompagné l’annonce du changement de date, le prélat a qualifié l’avortement « d’encore pire que le meurtre ordinaire, parce que ce sont les parents de la victime qui le commettent, ainsi que les personnels médicaux qui sont censés protéger la vie » :

« C’est un crime brutal contre un être humain sans défense et il faut le condamner sans restriction. »

 Mgr Chang ajoutait :

« Ce n’est pas seulement l’avortement qui est un crime contre la vie, mais aussi une éducation sexuelle inadéquate ainsi que le manque d’égalité entre les sexes. Ils résultent d’une éthique défaillante, d’un manque de soutien à l’égard de ceux qui veulent donner la vie et d’aides gouvernementales insuffisantes pour les couples sans enfants.

Ce qui me préoccupe, c’est que les gens sont devenus complètement insensibles à l’idée du jugement moral. Ça leur est désormais égal, et ainsi ils préparent le terrain à d’autres crimes. Une culture de la mort rampante gagne le monde entier, mais spécialement en Corée, et il faut l’arrêter. »

 D’après AsiaNews, qui donne cette information, l’Eglise catholique de Corée a gagné la considération et le respect des Coréens en mettant le doigt sur le grave problème de dénatalité que connaît le pays, doublé  du « féminide » puisque la tradition coréenne conduit à préférer avoir un premier-né mâle.

Le nombre d’avortements illégaux est très important : il pourrait représenter 341.000 tout-petits tués par an pour 440.000 naissances, selon le gouvernement sud-coréen, et peut-être même 380.000, à en croire une ONG chrétienne.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *